1 kg de viande de veau = 220 km de trajet en voiture

Vu le coût énergétique, environnemental, et de santé publique de la viande, ne serait-il pas opportun de promouvoir la baisse de sa consommation et de privilégier la qualité (élevages respectueux du bien-être animal) à la quantité ? Ne faudrait-il pas en arriver à taxer la viande, comme cela est déjà réclamé dans plusieurs pays ?

A l’heure où l’on cherche comment consommer moins d’énergie, on a un peu tendance à oublier que le moyen le plus efficace de réduire le gaspillage énergétique serait de manger moins de viande. Ci-dessous un extrait d’un article qui vient de paraître dans Le Point et qui devrait vous éclairer à ce sujet.

"Pour le compte de l’Ademe, l’expert Jean-Marc Jancovici a chiffré la part du régime carnivore dans la fièvre terrestre. Stupéfiant ! Le kilo de viande de veau équivaut à un trajet automobile de 220 kilomètres ! L’agneau de lait : 180 kilomètres ! Le boeuf : 70 kilomètres ! Le porc : 30 kilomètres ! Et encore Jancovici n’a t-il pas comptabilisé les apports carbonés de l’emballage, du déplacement du consommateur et de la cuisson. A titre de comparaison, la production d’un kilo de blé ou de pommes de terre équivaut tout juste à un créneau en voiture."

Dans le meilleur des cas, il faudrait informer le public sur le coût énergétique de la viande et l’inciter à modérer sa consommation. Il faudrait aussi l’inciter à consommer mieux, à choisir les produits provenant des élevages qui respectent le bien-être animal. Les animaux sont des centaines de millions, en France, à être entassés dans des élevages en batterie où ils doivent passer toute leur vie dans des espaces minuscules et inconfortables. Bref, il faudrait privilégier la qualité à la quantité. Pour cela, un label « bien-être animal », en préparation par l’Union européenne, serait un progrès considérable.

Dans la restauration collective (cantines, restaurants universitaires, maisons de retraite), il faudrait instaurer la présence d’un menu végétarien équilibré, et choisir les produits animaux dans les élevages respectueux du bien-être animal.

Dans le pire des cas, si la consommation de viande ne baisse pas suffisamment après les campagnes d’information, il faudrait peut-être envisager de taxer la viande. Ce qui serait normal vu son coût en termes :

  • d’énergie
  • de perte de la biodiversité par destruction des espaces naturels. En effet, un animal de ferme ne donne qu’un kilo de viande pour seize kilos de céréales ingérées. La conséquence immédiate est que la majorité des superficies cultivables (64 %) est destinée à produire des aliments pour les animaux, en pâturages ou en cultures. Pour nourrir une personne pendant un an, il faut 2 ha de terre par des protéines animales ou seulement 0,16 ha de terre par des protéines végétales
  • de pollution des rivières et nappes phréatiques, surtout par les élevages industriels
  • de soins pour les personnes victimes de maladies dues à une surconsommation de viande, principalement les maladies cardiovasculaires, les cancers, et certaines maladies neurologiques

Il y a, d’ores et déjà, dans les pays anglo-saxons, des campagnes pour demander de taxer la viande ; voir par exemple le site http://www.taxmeat.com

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

9 Commentaires sur "1 kg de viande de veau = 220 km de trajet en voiture"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
dittmar
Invité
Attention à ne pas tout mélanger et à chercher des “veaux émissaires ” afin de ne pas changer nos pratiques de déplacement car ce qui consomme actuellement le plus d’énergie c’est bien le transport notre viande à nous humain. le veau s’il est élevé correctement ( sous la mére ) avec des vaches nourries de foin et d’ herbe paturée et qu’ il ne fasse des 100aines de km pour être cosommé n’ est pas plus problématique que d’autres viandes car si l’on veut conserver des pâturages ( certaines zones ne pouvant être valorisées qu’ en herbages il nous faudra… Lire plus »
Tom
Invité

La consommation de viande n’est pas tenable à long terme. Il n’y a pas que le cout (enorme) en énergie, il y a aussi celui en eau qui est considerable. Nos deplacements ont bon dos mais au moins ils servent à quelquechose de plus util que satisfaire notre gloutonnerie.

aila
Invité
Il est assez facile de tirer des conclusions très partiales en se réclamant d’une étude à priori sérieuse! personnellement, je n’arrive pas à trouver une trace de ladite étude sur le site de l’ADEME … est-ce que quelqu’un peut m’aider? de quand date cette étude? portait-elle uniquement sur la viande? quels ont été les paramètres pris en compte dans le calcul? parce que quitte à emettre des avis irréalistes sur les choses qu’il faut arrêter de produire, il me semble qu’il serait plus intelligent de ralentir fortement l’industrie de l’armement, bien plus consommatrice d’énergie (pensez à ce qu’il faut pour… Lire plus »
David
Invité
L’étude citée se penche sur le coût énergétique de la viande, elle conclut que la consommation de viande est une bêtise d’un point de vue énergétique. Bien. Le rédacteur de la nouvelle en conclut qu’il faudrait imposer que la viande provienne d’élevages respectant le bien-être animal. D’accord, mais a-t-on le moindre commencement de preuve que le respect du bien-être animal va nécessairement se traduire par une baisse du coût énergétique de la viande ? Dans le cas d’élevages de ruminants à l’herbe, c’est probable. Mais je ne crois pas qu’on élèvera des poulets en leur faisant manger de l’herbe. Pas… Lire plus »
chmgd
Invité

Désolé pour mon titre racoleur, mais “la viande” (c’est à dire la consommation de chair animale, au sens large) tue 1,2 milliards d’animaux chaque année, juste en France, sans compter les poissons, crustacés, etc…(chiffres 1992, ça n’a pas dû beaucoup changer). Les raisons énergétiques, environnementales, voire médicales sont bien sûr de bonnes raisons pour devenir végétarien – mais le refus de l’exploitation animale pour notre plaisir est une raison suffisante (et non exclusive). Plus d’infos sur http://www.viandes.org

Cora
Invité
Cet article est très intéressant. Je voudrais surtout répondre à David: pourquoi dis-tu que “l’homme” (c’est-à-dire, des humains) ne peut pas devenir végétarien de lui-même? Nous sommes des millions de personnes à travers le monde à avoir fait le choix de refuser de manger les animaux (et aussi des millions qui sont végéta*iens de naissance!). La viande, c’est peut-être bon dans la bouche si on aime le goût de la souffrance (ou si on ne réalise pas ce qu’il y a derrière), mais c’est surtout le cadavre d’êtres sensibles qui avaient envie de vivre, et qu’on a séparé de leur… Lire plus »
yaglourt
Invité

Le coût énergétique n’est pas seul prendre en compte. Il y a aussi le problème de l’eau (ô combien d’actualité !). Un exemple : la quantité d’eau nécessaire à la production d’1kg de pommes de terre est de 100 litres, alors que pour 1kg de bœuf, il faudra 13 000 litres d’eau. Alors c’est sûr que les mentalités devront forcément changer…

Gordjazz
Invité

L’avantage d’une normalisation sur la qualité des élevages est que le coût de la viande va augmenter. Par conséquent, elle deviendra plus difficile d’accès aux moins riches, et donc la masse totale consommée pourra diminuer. Limiter la consommation des riches est plus difficile, mais pas plus que de leur limiter l’accès aux week-ends sous les tropiques en jet privé, ce qui est polluant aussi.

Agri
Invité

En tant qu’éleveur de bovins je peut voir affirmer que ces affirmation sont totalement fausse en effet un animal prend 1,5 kg par jour en moyenne et vous êtes entrain de dire qu’il faut 13000 litre d’eau pour faire 1 kg dit donc quel soif a cette vache alors avant de dire des chiffres vous fériez mieu de réfléchir car vos affirmation sont FAUSSE.

wpDiscuz