5 milliards d’euros pour développer le réseau gazier

La modernisation du réseau gazier  pourrait représenter un coût total de 5 milliards d’euros sur les dix prochaines années, selon une étude prospective menée par le gestionnaire de réseau GRTgaz.

Lors d’une conférence de presse tenue lundi, GRTgaz a indiqué que les investissements dans le réseau gazier pourraient s’élever à 5 milliards d’euros pour la période 2008-2017.

Ces chiffres proviennent d’une étude prospective sur le développement du réseau au cours des dix prochaines années, publiée par le gestionnaire. Même si la plupart des projets pris en compte (terminaux méthaniers, interconnexions avec les réseaux adjacents, centrales de production d’électricité à partir de gaz) restent aujourd’hui à confirmer, GRTgaz dit s’être attaché à travers cette étude :

  • à satisfaire les besoins de nouvelles capacités d’entrée de gaz naturel exprimés par le marché qui nécessitent un renforcement significatif du réseau.

545 millions d’euros d’investissements ont d’ores et déjà été décidés et un montant  complémentaire de l’ordre de 2 milliards d’euros pourrait s’avérer nécessaire si tous les projets se réalisent. Le montant total des investissements dépendra in fine de la demande des opérateurs actifs sur le marché français, souligne GRTGaz, et notamment du nombre de terminaux méthaniers qui seront effectivement décidés sur la période considérée. Ces développements visent en particulier à favoriser les échanges de flux gaziers dans la zone Nord (axe Cuvilly – Voisines et Morelmaison – Chemery) et dans la zone Sud (axe St-Martin de Crau – Etrez).

  • à assurer la fiabilité du réseau et sa mise en conformité avec les nouvelles réglementations en matière de sécurité et d’environnement pour un montant de l’ordre de 2 milliards d’euros.
  • à remplir les obligations de service public pour un montant de l’ordre de 450 millions d’euros.

"Un tel programme d’investissements pourrait conduire à relever le tarif moyen de plus de 22% sur la période, ce qui correspond à une hausse annuelle de 2,8%" a commenté le journal les Echos hier.

Par ailleurs, GRTGaz a insisté sur le fait que le scénario indicatif retenu dans cette étude se fait dans le cadre d’un dialogue permanent avec les acteurs du marché et qu’il entend les éclairer sur les conséquences techniques et financières des adaptations du réseau induites par la réalisation de nouveaux projets et de faciliter la concertation qui en résulte.

Pour la première fois, note le gestionnaire, est apportée cette année un éclairage sur la question du développement de la liaison entre la zone Nord et la zone Sud de GRTgaz pour laquelle les acteurs du marché ont montré un fort intérêt.

Le renforcement de cette interconnexion, sans la réalisation préalable des développements du réseau dans les zones Nord et Sud évoqués plus haut, est évaluée à 1,6 milliards d’euros (euro constant). Ce projet de liaison, ainsi que le moment de son éventuel développement, devront donc faire l’objet d’échanges approfondis avec le marché souligne GRTGaz.

Le programme d’investissement ddu gestionnaire est soumis chaque année à l’approbation de la Commission de régulation de l’énergie (CRE) et le montant total des investissements est validé par le Conseil d’Administration de GRTgaz.

L’intégralité du rapport qui présente le plan d’investissement de GRTgaz sur la période 2008-2017 est disponible sur www.grtgaz.com

Partagez l'article

 



      

Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz