• Informer
  • Participer
  • Professionnels
login
pass
lettre d'information ▼
    Exemple ?  
Forum de l'Eau : Un problème majeur pour le monde
3961 visites
Article publié le 14/04/2009 à 10:02 par CaDerange
 
Vous savez qu'il vient de se tenir, comme tous les trois ans à l'initiative du Conseil Mondial de l'eau, un Forum international sur les problèmes de l'eau dans le monde.

Un problème mondial tout aussi crucial que celui de l'énergie mais qui visiblement, à en juger par sa couverture médiatique, intéresse peu nos médias. Peut être parce que, croient ils, ce n'est pas un problème de pays riches dans lesquels il suffit de tourner le robinet et d'aller aux toilettes. Pour l'instant du moins....

Il y avait, parait il, 15 000 personnes à Istambul où il se déroulait, pour y assister. Un chiffre dont l'ampleur interpelle mais que curieusement, l'on retrouve dans beaucoup de forum mondiaux. Ca fait quand même 1000 personnes par pays pour les 150 pays du monde, concernés ou pas. On ne m'ôtera pas de l'idée qu'il y a derrière de tels chiffres d'assistance, du tourisme institutionnel, politique et médiatique. En ce qui concerne la France, il y avait la secrétaire d'Etat à l'Ecologie et un sénateur qui animait un collège de parlementaires. Que faisaient les 998 autres ....

Le thème du Forum était intitulé "Surmonter les différends en matière d'eau" ce qui était en soi un bon titre car effectivement, de l'accès à l'eau naissent et peuvent naître quantités de différents dans le monde susceptibles d'ailleurs de se terminer en guerre.

Le premier est celui de l'accès gratuit et sans limite de l'agriculture à l'eau, un principe fondamental, pour les agriculteurs du moins, qui consomment ainsi 70 % de l'eau douce de la planète, mais que l'on commence à questionner quand on voit l'usage qui en est fait dans le cadre de l'irrigation de cultures extensives.

Il y a ensuite celui de l'accès préférentiel que s'arrogent les pays en amont des fleuves pour en priver éventuellement les populations et les pays qui vivent en aval de ces fleuves. C'est le cas par exemple des eaux du Tigre et de l'Euphrate, deux fleuves majeurs du Moyen Orient qui prennent leurs sources dans les montagnes turques avant d'aller irriguer la Syrie et l'Irak. Or la Turquie a lancé un programme de construction de 22 barrages, toujours en cours, pour dynamiser le sud est du pays et qui se traduit par une baisse du débit de ces fleuves quand ils pénètrent chez leurs voisins. Lors de la mise en eau du barrage Atataurk en 1990, la Turquie a simplement coupé le débit de l'Euphrate pendant le mois de sa mise en eau. Réponse du premier ministre turc aux plaintes de ses voisins à l'époque ; "Nous ne réclamons pas de partager leurs ressources en pétrole".

Autre point chaud du globe sur le sujet de l'eau, la Cisjordanie et Israël, dont les eaux primaires s'étendent sous leur deux territoires. C'est la raison du plus fort qui s'applique avec en principe un partage des eaux du Jourdain et des nappes phréatiques mais dans la réalité 66 litres d'eau par palestinien contre 235 par israélien.Une seule solution dans la région dessaler l'eau de mer mais ça coute cher et surtout ça consomme de l'énergie avec les émissions de CO2 qui accompagnent cette consommation, sauf à faire appel au nucléaire, bien sur.

Pour mémoire la quasi disparition de la Mer Morte pour cause d'irrigation excessive des champs de coton en amont de cette mer du temps des soviétiques dont le moins que l'on puisse dire est qu'il n'avaient aucun soucis d'environnement ni d'écologie.

Autre lieu potentiel de conflit lié à l'eau dans le monde, l'Himalaya dont descendent tous les fleuves gigantesques qui alimentent l'Inde et le Bengladesh. Un Himalaya sous le contrôle des Chinois, eux mêmes très à cours d'eau, depuis la prise de contrôle du Tibet, le "château d'eau de l'Asie". Ceci explique peut être cela.Le Bramapoutre et l'Indus pourraient bien être un jour "utilisé" au Tibet pour les besoins propres de la Chine dont le territoire n'est pas particulièrement riche en eau.De même pour le Haut Mekong qui alimente en aval le Vietnam et pour lequel la Chine a des projets d'aménagement.

Rajouter par la dessus un doigt de réchauffement climatique et la croissance sans fin des populations et vous verrez se profiler à l'horizon des sources de conflits majeurs. Pourtant l'histoire nous enseigne que les humains ont toujours su se limiter et arriver à vivre sans se battre pour l'eau. Sauf une fois en Mésopotamie il y a 4000 ans.

 

Participer vous aussi à ce forum
ATTENTION, vous devez préalablement vous inscrire et être connecté

Vous avez la possibilité de laisser un commentaire dans notre forum de discussion afin d'éclaicir et d'enrichir l'article publié ci-dessus.

N'hésitez pas à nous signaler toutes formes d'abus en cliquant sur le lien présent en bas de chaque commentaire pour pouvoir le supprimer rapidement. Nous vous demanderons d'indiquer le motif de l'abus, ainsi qu'une courte explication ...

Pour pouvoir commenter, donner votre vote à un commentaire ou signaler un abus, vous devez préalablement vous enregistrer. Merci de vous connecter ici avec vos identifiants. Si vous n'êtes pas enregistré, inscrivez vous ici.

Cet article vous paraît intéressant ?
(Pour voter, faîtes 1 clic sur l'une des 8 étoiles ci-dessous)

Pertinence: 3.2/8 (62 votes)

Du même auteur :
Documentation