• Informer
  • Participer
  • Professionnels
login
pass
lettre d'information ▼
    Exemple ?  
La Chine au secours des pays producteurs de pétrole
3009 visites
Article publié le 13/05/2009 à 11:22 par CaDerange
 
La baisse des prix du baril de pétrole de 120 à 50 dollars maintenant, si elle a offert un grand bol d'air aux pays développés et à leurs économies, n'a pas que des avantages en particulier pour les pays producteurs qui ont vu leurs revenus diminuer brutalement dans les mêmes proportions.

Egalement pour les compagnies pétrolières qui vont annoncer des résultats en forte baisse pour le premier trimestre 2009. Chevron vient d'ailleurs d'émettre un "profit warning", avertissement sur le profit,sur le résultat de ce premier trimestre 2009 qui sera infiniment moins glorieux que le premier trimestre 2008. Au point que 2009 risque d'être la première année pendant laquelle politiciens et médias ne s'esbaudiront pas grassement sur les profits indécents de Total. Les budgets d'exploration des pétroliers ont été revu largement à la baisse et leurs sous traitants, les sociétés de services pétroliers et d'ingénierie comme Sclumberger, Technip, Halliburton et d'autres diminuent actuellement leurs effectifs.

Revenons aux pays producteurs et à leurs compagnies pétrolières. Tout dépend pour eux de la phase de développement dans laquelle ils se trouvent. Si comme les pays du golfe et leurs compagnies pétrolières, on est en régime de croisière et on campe sur des montagnes de dollars, pas de problème, on réduit un peu la voilure et on attend que l'orage passe. A moins que, naïvement, on soit venu à l'aide des banques américaines au tout début de la crise. Si comme les pétroliers russes, on vient juste d'emprunter lourdement pour racheter, qui,Gazprom, la part de Shell dans Sakhaline ou qui, Rosneft, les actifs de Ioukos spolié, on se trouve face à des difficultés considérables pour poursuivre ses investissements.

Même topo pour le brésilien Petrobras qui s'est lancé dans la mise en exploitation des gisements récemment découvert au large de la côte brésilienne en face de Sao Paulo. Des méga gisements comme celui de Tupi mais qui ont l'inconvénient de se trouver à des profondeurs extrêmes de -6000 à -7000 m de profondeur et qui, outre le défi technique, exigeront des investissements pharaoniques. C'est simple Pétrobras a prévu 174 milliards de dollars d'investissements sur la période 2009/2013 pour pourvoir amener le Brésil à l'autosuffisance énergétique. Trois fois hélas, le prix du baril s'est brutalement écroulé.

Autre cas de figure celui du Vénézuela et de son emblématique Président Hugo Chavez, grand pourfendeur d'américains et de compagnies pétrolières,populiste à tout crin qui avait choisi comme politique de redistribuer largement la manne pétrolière au peuple moyennant sa réélection permanente. Hélas, là aussi, la baisse du baril est passé par là et Hugo Chavez a désormais toutes les peines du monde à maintenir les nombreuses missions sociales qu'il a initié. Il est vrai que la balance des paiements largement excédentaire au moment du baril à 120 dollars est désormais déficitaire. Après la nationalisation des actifs des compagnies pétrolières on en est désormais à celle des riziculteurs,à l'occupation par les forces armées des aéroports et ports et ... à la hausse des prix du carburant à la pompe, inchangé depuis 13 ans à 4 cts d'euro le litre!

Pour tous ces pays et industries dans la peine, Zorro est arrivé... sous la forme de l'ami chinois. Qui lui n'a pas assez de ressources pétrolières ou minères mais a des montagnes de dollars. Je vous ai déjà fait part du prêt de 25 milliards de dollars fait aux compagnies russes Rosneft et Transneft moyennant un contrat d'approvisionnement de la Chine pour 300 000 barils/jours pendant 25 ans.Au Brésil ce sont le compagnies chinoises Sinopec et Petrochina qui ont prété 10 milliards de Dollars à Petrobras contre un contrat d'approvisionnement de 100 000 à 160 000 barils/jours. Au Venezuela, Hugo Chavez, contre 4 millions de dollars en infrastructures, entend accroitre les livraisons du pays jusqu'à 1 millions de barils/jours en 2013 contre 380 000 actuellement. Et Hugo Chavez de déclarer à l'occasion d'une visite de Hu Jintao que "nul n'ignore que le centre de gravité du monde s'est déplacé à Pékin" !

Même politique de la Chine pour mettre la main progressivement sur les ressources minières qui passent à sa portée. Avec Rio Tinto la compagnie minière australienne bientot sous la coupe de Chinalco, avec OZ Minerals attaqué par Minmetals, c'est maintenant au tour de Fortescue Metals Group que lorgne China Investment Corp allié à Anglo American. Passons sur l'action de la Chine vis à vis du continent africain.

La Chine est à l'attaque partout dans le monde pour sécuriser les ressources minières et énergétiques qui lui manquent pour nourrir sa population et continuer à assurer sa croissance. Qu'il est doux d'avoir plein d'argent quand les autres sont en difficultés...

Gageons qu'en 2050, les plus malheureux ne seront pas les Chinois. Au fait que fait l'Europe? Toujours à la recherche d'une politique énergétique ?

 

Participer vous aussi à ce forum
ATTENTION, vous devez préalablement vous inscrire et être connecté

Vous avez la possibilité de laisser un commentaire dans notre forum de discussion afin d'éclaicir et d'enrichir l'article publié ci-dessus.

N'hésitez pas à nous signaler toutes formes d'abus en cliquant sur le lien présent en bas de chaque commentaire pour pouvoir le supprimer rapidement. Nous vous demanderons d'indiquer le motif de l'abus, ainsi qu'une courte explication ...

Pour pouvoir commenter, donner votre vote à un commentaire ou signaler un abus, vous devez préalablement vous enregistrer. Merci de vous connecter ici avec vos identifiants. Si vous n'êtes pas enregistré, inscrivez vous ici.

Cet article vous paraît intéressant ?
(Pour voter, faîtes 1 clic sur l'une des 8 étoiles ci-dessous)

Pertinence: 2.8/8 (73 votes)

Du même auteur :
Documentation