• Informer
  • Participer
  • Professionnels
login
pass
lettre d'information ▼
    Exemple ?  
Fatigue pour le bio
2205 visites
Article publié le 30/08/2009 à 22:41 par CaDerange
 
Pas de chance pour le bio ces temps çi. Un rapport britannique vient de porter un coup sévère à ce type d'alimentation en confirmant que les aliments bio n'apportaient rien de plus que des aliments issu de filières traditionnelles de culture du point de vue de la santé des consommateurs ou d'avantages nutritionnels éventuels.

C'est en examinant les publications scientifiques publiées que l'équivalent britannique de l'Agence Française pour la sécurité sanitaire des aliments, la FSA, Food Standards Agency,en arrivé à la conclusion qu'il n'y a aucune différence significative entre les apports nutritionnels( vitamines,sucres, métaux divers, calories) des aliments bio par rapports aux aliments cultivés par les méthodes classiques. Pour les teneurs de résidus en pesticides, engrais ou produits de traitement, il existe bien une différence en faveur des produits bio qui en sont quasiment exempts mais à des niveaux infiniment faibles en teneur de ces résidus et dans tous les cas bien en deça des Limites Maximales de Résidus imposées par la législation.

Pourtant les produits bio sont vendus en moyenne 25% plus chers que les produits conventionnels. Ces 25% correspondent ils à des rendements inférieurs d'autant, ou bien intègrent ils une marge supérieure pour les producteurs, -genre 10% de perte de rendement et 15% de marge producteur en plus-,l'étude ne le dit pas ? Ce que l'on sait néanmoins c'est que les rendements des cultures bio offrent un caractère aléatoire certain.

Qu'avez vous donc de plus pour ces 25 % de plus à l'achat ? Rien sur le plan nutritionnel ou santé donc d'après l'étude mais sans aucun doute votre contribution à la santé des terres, des cours d'eau, voire de l'air encore que de ce point de vue là, il n'y ait pas non plus d'études exhaustives sur ce type d'affirmation.Signalons que l'excédent de nitrates dans les eaux bretonnes à qui l'on attribue la prolifération des algues sur le littoral, est une réalité bien connue qui tient au fait que nos autorités ont été incapable de faire respecter les réglementations françaises et européennes à l'agriculture bretonne, ce qui a valu à la France d'être condamnée par la Commission Européenne.

On peut se demander dans ces conditions pourquoi d'un coté l'Etat, dans le cadre du Grenelle de l'Environnement, a pris des engagements forts de développement de l'agriculture bio,- 20 % des surfaces agricoles en bio pour 2020- , à coup de subvention ( 200 euros l'hectare de prime de reconversion, plus le crédit d'impot, plus l'aide à la structuration des filières de commercialisation,plus l'engagement d'approvisonnement à 20pct de cantines, plus... plus... plus...) et pourquoi, plutôt, il ne ferait pas respecter les législations existantes, voire les sévériser considérablement si les scientifiques en jugent ainsi, pour la santé des terres,de l'air, des rivières et de la mer ? En d'autres termes, l'Etat doit il se prêter à nos/vos frais à une démarche marketing à laquelle la promotion de l'agriculture bio ressemble fortement ou plutôt, si les aspects de protection de l'environnement sont effectivement cruciaux, imposer à la totalité de l'agriculture conventionnelle comme bio, de nouvelles normes de protection de l'environnement infiniment plus sévères ?

D'autant plus que l'on sait déjà que, face à une population mondiale voire française en augmentation forte et permanente d'içi là,on ne pourra se contenter des rendements plus faibles et aléatoires des culture bio? Enfin quelle cohérence dans la logique de l'Etat entre le développement du bio plus cher à cout de subvention et la lutte pour l'accroissement du pouvoir d'achat?

Décidément, notre Etat est bien peu cohérent dans ses programmes et ses décisions. Est ce que par hasard ce ne serait pas par clientèlisme ou encore par démagogie puisqu'hélas c'est un défaut des démocraties ? Il y a une cause nouvelle qui, pour des raisons ou des intérêts divers devient populaire. Il faut forcément, quel que soit le bien ou le mal fondé de la dite cause, paraitre la soutenir si on veut pouvoir... être réélu un jour! Le crédo du système démocrate, du moins tel que le comprennent nos hommes politiques d'aujourd'hui.

Mangeons donc du bio...

 
 
Ais-je lu trop rapidement pour qu'une impression de jugement un peu négatif est valorisé devant l'agriculture bio ?
La question chère à l'article sur le sur-coût de 25% à l'achat de produits issus de l'agriculture bio n'est d'ailleurs pas motivé de source. De mon point de vue, j'observe en effet un prix d'achat plus élevé sur certains produits, d'autres non.
Je réagis d'ailleurs tout d'abord sur 2 comparaisons mises en exergue dans l'article :
- apports nutritionnels équivalents
- prix d'achat 25% supérieur en AB
peut-on savoir si une corrélation entre les deux a été constatée, car sinon c'est une redite du sujet des produits plus chers que d'autres en dehors du critère dit "biologique" (producteur différent, marque dit gourmet par exemple, ou alors de terroir, AOC, etc...)
Non en terme de qualité nutritionnelle, mais gustative, j'ai pu constater pour un produit AB (légume généralement) en comparaison avec un produit bien moins cher du conventionnel (sous-vide, emballage ou issu d'un rayon de supermarché) une sacré différence du plaisir gustatif à l'insipide voire avec un fort potentiel de putréfaction du produit bas prix issu du conventionnel. Mais je ne m'égare pas sur une si simple observation pour conclure que les produits à bas prix sont forcément mauvais en goût, ni même qu'un produit AB sera longue conservation. D'ailleurs je remarque qu'une collègue m'a laissé une pomme du Chili qui était restée un mois dans un sac plastique dans un bureau dont la température oscille entre 22 et 30° et qui était à peine flétrie, l'irradiation des fruits semble assainir l'aliment en éliminant que les mauvais nutriments et conserver toutes les qualités nutritives.

Mon sinon ma réaction d'origine était pour m'assurer que le sujet n'est pas issu d'une réaction automatique au conditionnement spontané de notre société avec l'actualité, les études, la politique, la mode...
Alors si le sujet et de se poser la question sur la différence de l'agriculture "biologique" ou "conventionnelle", n'est pas se demander tous les matins si on s'habille en blanc ou noir ?
Ne restons pas endormi et n'acceptons pas notre conditionnement, si on se préoccupe du prix (c'est une de mes préoccupations dans l'approvisionnement de ma nourriture), alors pourquoi ne cherchons nous pas sa motivation ? ne pas se laisser manipuler, entraîner par la publicité ou des articles révélant des études, pour dire j'ai pas que ça a faire de regarder si on est pas en train de tuer mon environnement pour se procurer plein de profits et voler les biens de cette planète au détriment des autres (et je n'exclue pas qu'un industriel du bio puisse faire la même chose sauf qu'on peut présumer qu'il ne péchera pas à la grenade explosive par exemple) ?
Oui écoutons les études, mais vérifions au possible, constatons par nous même, posons nous la question de l'importance de faire une agriculture qui permet de prélever des ressources en symbiose avec l'écosystème que la recherche du rendement démesuré et provoquant un gaspillage non naturel ?
Personnellement je ne peux pas dire que mes autres activités de la vie sont plus importantes que ce qui m'apporte l'un des besoin les plus fondamentaux, la nourriture (et l'eau y compris, voire même l'air quand on regarde une étude sur les cancers des agriculteurs du conventionnels à cause de l'inhalation des produits de traitements, les 25% plus cher m'apparaissent d'une futilité non mesurable).

Bref je me permets un peu de subjectivité supplémentaire en disant qu'une agriculture biologique qui est faiblement représentée sur l'ensemble (alors qu'elle fut plus ou moins la seule possible à une époque) explique peut-être aussi une partie du sur-coût. Si on s'investit dedans (tiens donc peut-on aussi faire un comparatif des subventions dans le conventionnel vis à vis du biologique - les 25 % sont-ils justifiés ?) alors on ne peut que réduire les coûts non ?????
Trouvez vous ce commentaire pertinent ?   2     0
 
Pour rétablir la vérité, voici un article vu sur le site du MDRGF :

http://www.mdrgf.org/news/news050809_bienfaits_bio.html

Révélations sur l?Etude anglaise (1) parue dans l?American journal of Clinical Nutrition (AJCN) comparant les aliments bios et conventionnels .

Le MDRGF prouve qu?un examen des 162 études scientifiques publiées au cours des 50 dernières années citées par les auteurs fait en réalité apparaître des différences significatives favorables aux aliments bios pour 6 catégories de nutriments importants !
Une étude tronquée. L?étude publiée dans l?AJCN n?a pourtant pas donné ces informations. Elles sont pourtant contenues dans le rapport de 209 pages réalisé par les auteurs de l?étude pour la Food Standards Agency(2), en plus de l?étude elle-même.

Des avantages pour la bio. Ce rapport (page 17/20) montre un avantage concernant de nombreux nutriments pour les produits bios dans les 162 études publiées dans les revues scientifiques retenues. Les végétaux bios contiennent ainsi en moyenne plus de magnésium, de zinc, de composés phénoliques, de flavonoïdes, de sucres et de matière sèche que les cultures intensives, qui contiennent, elles, plus d?azote. De même les produits animaux bios contiennent plus de certains acides gras que leurs homologues non bios, contrairement à ce qui a été publié partout.
Pourquoi une telle différence entre les données contenues dans les études scientifiques analysées et ce qui a été communiqué ? Les conclusions de l?étude publiée dans l?AJCN qui restreignent l?avantage pour les cultures bio aux seuls phosphore et acidité sont basées sur une analyse de 55 études seulement, choisies parmi les 162. Les auteurs ont en effet choisi d?appliquer des critères supplémentaires de sélection des études qui ont eu pour effet de faire disparaître?les 2/3 des études publiées dans des revues scientifiques sérieuses sur le sujet ! Ainsi le fait de ne pas préciser dans une étude une définition claire des méthodes de production biologique des aliments testés ou d?omettre de citer l?organisme certificateur suffisait pour voir exclure arbitrairement l?étude de la liste des études dites « de qualité » prises en compte ! 87 études sur 162 ont ainsi été exclues pour ce seul motif, soit plus de la moitié ! Les données disponibles ont donc été considérablement expurgées et l?étude publiée dans l?AJCN ne présente que les résultats de ces 55 études et ne donne pas le détail des résultats des 162 études validées disponibles, ce qui donne une image très incomplète de la réalité de la connaissance scientifique en la matière !
« Le MDRGF regrette que l?on n?ait pas mis en avant toutes les données scientifiques objectives montrant que les produits bios contiennent en moyenne plus de certains micronutriments - dont on connaît les bienfaits pour la santé - que les produits de l?agriculture intensive. L?étude anglaise minimise ces différences, qu?elle expose pourtant dans son rapport à la FSA, et en nie l?importance pour les consommateurs, sans justification, ce que nous contestons» déclare François Veillerette, Président du MDRGF. «Nous regrettons aussi que n?ait pas été mis en avant l?absence de résidus de pesticides dans les aliments bios comme étant un élément favorable à la santé. Le MDRGF rappelle à cet effet les conclusions du rapport de l?AFSSA(3) de 2003 qui précise que : « Le mode de production biologique, en proscrivant le recours aux produits phytosanitaires de synthèse, élimine les risques associés à ces produits pour la santé humaine et concourt à une moindre pollution environnementale, notamment de la ressource en eau.. » ajoute t?il.
Trouvez vous ce commentaire pertinent ?   1     0
 
Ou encore, une fine analyse de ces propos :
http://blog.toutallantvert.com/2009/07/30/general/les-produits-bios-ne-sont-pas-plus-sains-quand-reuters-deforme-les-propos/

Une information Reuters vient de tomber au 29/07/2009 et est repris sur l?ensemble des sites d?informations de la planète: « Les produits bio ne sont pas plus sains, selon une étude » de l?American Journal of Clinical Nutrition. (Merci à Arnaud G. pour l?info)
Ah, bon??? curieux nous allons voir l?article et décidons d?aller plus loin et de retrouver les sources concernant cet article. Et là, nous nous rendons compte que les propos ont été complètement déformés.

Le vrai titre aurait dû être « Sur le plan nutrionnel, les produits bios pas spécialement meilleures que les produits conventionnels », « Pas plus d?apports nutritionnels dans le bio que dans le conventionnel »? (ou quelque chose de ce genre là).
Cela fait toute la différence, l?étude porte sur l?aspect nutritionnel: apports vitaminiques, en fer, en minéraux, etc.. (donc une vue court terme). Cela exclut d?office les pesticides et les effets à long terme de la digestion et la bio-accumulation des pesticides dans le corps (et bien sûr aussi les effets sur la santé des agriculteurs, l?impact sur les éco-systèmes et le vivant,etc).. L?étude porte uniquement sur l?aspect nutritif et non pas de l?impact des pesticides dans l?alimentation. Et là, il y a confusion!
L?étude reste intéressante, mais de tirer d?un point de vue partiel une généralité, il n?y a qu?un pas? que certains ont franchi. On tombe donc dans le préjugé, l?opinion (non fondée), la rumeur?
Le tort est fait, ceux qui n?iront pas plus loin dans la lecture de cette depêche en concluront que « le bio », c?est de l?escroquerie ou que c?est un surcoût inutile? On voit déja de nombreuses réactions sur les forums/commentaires de ces articles.
Retour sur une grosse bourde de Reuters. Combien de médias vont s?empresser d?aller diffuser cette information? Info « low-cost », qui cherche à attirer l?audimat? Total irresponsabilité? ou métier de journaliste sous pression? titre racoleur?
L?article en question, on le trouve là sur l?Express, Le Monde , Le Point , Le Figaro, Libération, etc? bref tous les sites qui se fournissent en infos auprès de Reuters.
Heureusement, il y a un minimum de traçabilité (pas comme certains sites dont on ne peut vérifier l?information). La depêche a été pondu par Ben Hirschler et la traduction française faite par Nicole Dupont.
Erreur de traduction?
Première hypothèse, erreur de traduction? C?est possible? mais en allant directement sur le site de Reuters, on retrouve l?article en anglais « Organic food is no healthier, study finds », donc la traduction n?a rien à voir. Par contre, il est indiqué sur l?article « Reporting by Ben Hirschler; editing by Simon Jessop, indiquant que le contenu a été édité par Simon Jessop.
Editeur à l?orgine de la déformation?
Serait-il à l?origine de ce raccourci? L?article de la BBC malgré un titre similaire, cependant relativise ces études en expliquant qu?on ne connait pas les effets des pesticides à long terme, que cela ne signifie pas qu?il faut pas consommer « bio » et qu?on ne peut conclure définitivement à quoi que ce soit, sans faire plus d?études et avec plus de recul. Quelques rares médias n?utilisent pourtant pas le même titre, ce qui prouve qu?il y a quand même des journalistes qui font un minimum leur travail et ne reprenne pas bêtement une information sur leur site.
Un article avec un réel apport journalistique
Bref, sur Science Daily, le titre est plus approprié et l?article plus détaillé puisqu?on pouvait lire « Organic Food Not Nutritionally Better Than Conventionally-produced Food, Review Of Literature Shows« , littéralement « l?alimentation bio, sur le plan nutritionnel, n?est pas spécialement meilleure que l?alimentation produite de manière conventionnel, montrent des études »
Le communiqué de presse d?origine
Enfin, on tombe sur le communiqué de presse du London School of Hygiene & Tropical Medicine (29/07/2009)qui confirme bien nos propos. L?information a été complètement déformée passant de « sur le plan nutritionnel, le bio pas spécialement mieux que le conventionnel » à ? » le bio pas meilleure pour la santé » (version reuters). D?ailleurs la conclusion exacte est:
« On the basis of a systematic review of studies of satisfactory quality, there is no evidence of a difference in nutrient quality between organically and conventionally produced foodstuffs. The small differences in nutrient content detected are biologically plausible and mostly relate to differences in production methods. »
Bref, voilà comment de manière irresponsable, une information est complètement déformée? D?ailleurs, certains donnent le ton en réaction: « La très couteuse alimentation biologique, pas meilleure pour la santé »: costly organic food no healthier than your basics.
Il est où le travail journalistique là? La valeur ajoutée du journaliste? ? Voilà, qui ne renforce pas la confiance envers les médias. Comment désinformer le grand public et lancer des rumeurs. Au vu des réactions sur certains forums, le mal est déja fait.
Bon, on notera +1 pour la Depêche qui a intitulé son article: « Les produits ne seraient pas plus nutritifs que les autres selon une étude » (on note au conditionnel, et la notion de l?aspect nutritif et non pas de santé), +1 pour pour la Presse Canadienne qui a intitulé: Les produits biologiques n?ont pas plus de valeur nutritive, selon une étude , même 20 minutes Suisse a réussi un titre plus pertinent: « Les produits bio sans avantages nutritionnels ». Pourtant le contenu est quasi identique. Seul le titre change.
Le titre choisi est donc bien un titre qui fait une extrême simplification, un faux raccourci, totalement racoleur, avec ses effets pervers.
Pour plus d?informations,
- L?article sur Reuters en Anglais « Organic Food is no healthier, study says » (29/07/2009)
- L?article sur Science Daily (30/07/2009) Organic Food Not Nutritionally Better Than Conventionally-produced Food, Review Of Literature Shows
- Le communiqué de presse d?origine: La fameuse « étude anglaise » Organic food not nutritionally better than conventionally produced food (29/07/2009)
- L?article scientifique d?origine: Nutritional quality of organic foods: a systematic review de l?American Journal of Clinical Nutrition (29/07/09) qui conclut son article par « On the basis of a systematic review of studies of satisfactory quality, there is no evidence of a difference in nutrient quality between organically and conventionally produced foodstuffs. The small differences in nutrient content detected are biologically plausible and mostly relate to differences in production methods. »
Trouvez vous ce commentaire pertinent ?   1     0
 
aucune reaction d'enerzine face à cette revelation?
Trouvez vous ce commentaire pertinent ?   2     0
 
Et même en supposant que cette étude soit sérieuse et impartiale, il me semble que cet article fait un raccourci assez bizarre en opposant encouragement de l'agriculture biologique et exécution de la réglementation existante. Pour ma part, je ne comprends pas bien le rapport entre ces 2 notions. Ce qu'il faut faire, c'est évidemment les deux, et pas l'un ou l'autre.

Concernant l'argument selon lequel les rendements de l'agriculture bio ne permettraient pas de nourrir tous les français, c'est effectivement vrai, mais seulement si nous ne modifions pas nos habitudes de consommation. Etant donné le rendement nutritionnel très faible de la production animale (1g de protéine animale demande 5 à 10 fois plus d'énergie qu'un gramme de protéine végétale), si nous remplaçons une partie de notre consommation de viande (celle-là même qui est la principale source des marée vertes d'ailleurs) par une quantité équivalente de protéines végétales, le problème sera résolu. Les gains de productivité obtenus par cette piste compenserons plus que largement la perte relative de productivité liée à la diminution de l'utilisation des engrais et pesticides chimiques.
Nous serons de toute façon forcés de passer par cette transition à court terme. Voir toute la littérature sur le pic de pétrole à ce sujet.
Trouvez vous ce commentaire pertinent ?       

Participer vous aussi à ce forum
ATTENTION, vous devez préalablement vous inscrire et être connecté

Vous avez la possibilité de laisser un commentaire dans notre forum de discussion afin d'éclaicir et d'enrichir l'article publié ci-dessus.

N'hésitez pas à nous signaler toutes formes d'abus en cliquant sur le lien présent en bas de chaque commentaire pour pouvoir le supprimer rapidement. Nous vous demanderons d'indiquer le motif de l'abus, ainsi qu'une courte explication ...

Pour pouvoir commenter, donner votre vote à un commentaire ou signaler un abus, vous devez préalablement vous enregistrer. Merci de vous connecter ici avec vos identifiants. Si vous n'êtes pas enregistré, inscrivez vous ici.

Cet article vous paraît intéressant ?
(Pour voter, faîtes 1 clic sur l'une des 8 étoiles ci-dessous)

Pertinence: 3.4/8 (73 votes)

Du même auteur :
Documentation