• Informer
  • Participer
  • Professionnels
login
pass
lettre d'information ▼
    Exemple ?  
Russie: crise économique et vente de gaz tous azimuths
2832 visites
Article publié le 09/09/2009 à 10:57 par CaDerange
 
Pami les pays du BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine) qui se remettent plutôt bien de la crise financière au point qu'ils sont devenus les leaders de l'économie mondiale, il y en a un, la Russie, qui au contraire continue à s'enfoncer dans la crise. Son PIB est en baisse de 9.8 % au premier trimestre 2009 et, pire encore, de 10.9 % au second. Les emprunts bancaire aux particuliers semblent sous contrôles par contre ceux aux entreprises sont sujets à de grandes craintes de défaillance (25%!) pour le dernier trimestre 2009.

Par contre le budget russe, qui avait pour particularité surprenante pour nous, français, d'être excédentaire depuis 10 ans, est passé pour cause de plan de relance dans le rouge foncé. Son déficit est estimé atteindre 9.4 % du PIB cette année à la suite du quadruplement sur quatre ans de la dépense publique.fédérale. Le tout pour un plan de relance qui n'a pas vraiment marché et dont le meilleur résultat est d'avoir réussi à limiter la baisse de la consommation aux alentours de 6.5 %.

Or les entreprises russes doivent rembourser 137 milliards de dollars au second semestre pour lesquelles elles auront beaucoup de mal à trouver un refinancement. Par ailleurs le rouble déjà fortement déprécié au dernier trimestre 2008 est toujours sous pression et les 160 milliards de dollars qui sont sortis du pays depuis le dernier trimestre 2008, ne sont pas prêt d'y revenir. Ce qu'il manque, parait il, par rapport aux autres membres du BRIC, ce sont des capitaux étrangers pour y investir. Or Vladimir Poutine, dans un domaine, l'énergie, pour lesquels il serait possible d'attirer de tels investissements vient au contraire de dénoncer publiquement la "Charte de l'Energie" qui assurait une certaine sécurité aux investisseurs dans le domaine des hydrocarbures. Même si les évènements pétroliers de ces dernières années ont montré le peu de cas que faisait Poutine des contrats existants, c'est une inquiétude de plus qui ne peut que repousser l'arrivée de nouveaux investisseurs. C'est désormais acquis que le pétrole et le gaz russe sont réservés aux compagnies russes.

Que faire pour rééquilibrer les comptes et l'activité économique dans un pays dépendant des hydrocarbures pour un bon tiers de ses rentrées fiscales? Espérer dans une hausse qui se redessine du prix des hydrocarbures et pousser les ventes de gaz et de pétrole.

Au nord et à l'ouest, tout va bien. Le Gazoduc Nordstream qui alimentera l'Allemagne et d'autres pays d'Europe de l'Ouest dont désormais la France suite à l'entrée de GDFSuez a son capital, poursuit sa route sous la Baltique. Au sud, on assiste à une concurrence frontale entre le gazoduc dit South Stream qui est prévu alimenter les balkans, l'Europe centrale et jusqu'à l'Italie, puisqu'il s'agit d'une coproduction Gazprom-ENI, et son concurrent Nabucco poussé par l'Union Européenne pour diversifier ses sources d'approvisionnement en gaz. Vladimir Poutine vient de marquer un point important en allant signer à Ankara un protocole d'accord avec la Turquie pour permettre à Southstream de passer au fond de la mer Noire dans les eaux territoriales turques. Et ce quelques semaines après la signature en grande pompe par la Turquie de l'accord de consortium européen pour le lancement de Nabucco ! Et en plus en présence de Silvio Berlusconi.

Un double jeu qui s'explique par le fait que la Turquie est aussi le troisième importateur de gaz russe après l'Allemagne et l'Italie et que cette source d'énergie lui est indispensable. Sans compter que les droits de passage de ces deux gazoducs seront un appoint non négligeable pour le budget turc. Reste que cet accord renforce la prééminence de l'approvisionnement en gaz de l'Europe par ou via la Russie et Southstream au détriment de Nabucco dont on ne sait pas bien comment et avec quel producteur on pourra l'alimenter. Ukraine, Biélorussie ou Géorgie, notez bien que l'Union Européenne est dans les griffes russes pour une bonne part de son approvisionnement énergétique !

A l'est,après la gazoduc en construction pour alimenter le Japon, la Russie a signé (enfin) un contrat de fourniture de 30milliards de m3 de gaz à partir de 2011 pour la Chine et vient de donner le premier coup de pioche en présence de Vladimir Poutine d'un autre gazoduc de 1350 km pour amener le gaz des gisements gaziers de l'ile de Sakhaline à l'extrême est de la Russie vers le sud c'est à dire Kahbarovsk d'ou doit partir une branche à vocation d'approvisionnement interne de l'extrême orient russe et vers le port de Vladivostok d'où il sera exporté vers d'autres marchés. Corée du sud,Japon voire même les Etats Unis puisque l'opérateur de Sakhaline est le groupe ExxonMobil.

Dans un autre domaine, celui de la distribution,Gazprom a trouvé un accord avec la compagnie nationale autrichienne OMV pour accroitre considérablement le dépot gazier de Baumgarten au sud de vienne qui appartenait à OMV pour en faire un énorme dépôt de stockage appelé Plateforme gazière de Transit Centre-européenne, CEGH, qui servira de référence pour la fixation des prix du gaz dans la zone.

Même topo en Hongrie ou Gazprom négocie avec la compagnie nationale MOL la construction d'un très gros dépôt gazier. Tout ceci pour assurer certes la stabilité de l'approvisionnement gazier de l'Europe centrale mais au prix d'une dépendance considérable de l'Europe vis à vis de la Russie. Que se passera t-il le jour où la Russie décidera, unilatéralement de doubler le prix de son gaz ?

 

Participer vous aussi à ce forum
ATTENTION, vous devez préalablement vous inscrire et être connecté

Vous avez la possibilité de laisser un commentaire dans notre forum de discussion afin d'éclaicir et d'enrichir l'article publié ci-dessus.

N'hésitez pas à nous signaler toutes formes d'abus en cliquant sur le lien présent en bas de chaque commentaire pour pouvoir le supprimer rapidement. Nous vous demanderons d'indiquer le motif de l'abus, ainsi qu'une courte explication ...

Pour pouvoir commenter, donner votre vote à un commentaire ou signaler un abus, vous devez préalablement vous enregistrer. Merci de vous connecter ici avec vos identifiants. Si vous n'êtes pas enregistré, inscrivez vous ici.

Cet article vous paraît intéressant ?
(Pour voter, faîtes 1 clic sur l'une des 8 étoiles ci-dessous)

Pertinence: 2.8/8 (82 votes)

Du même auteur :
Documentation