• Informer
  • Participer
  • Professionnels
login
pass
lettre d'information ▼
    Exemple ?  
Le prix du Gaz baisse aux US et monte... en France
3747 visites
Article publié le 08/03/2010 à 09:33 par CaDerange
 
Bizarre. Vous avez dit bizarre? Comme c'est bizarre ! Et Oui, comme vous voyez sur la courbe ci contre le prix du gaz aux Etats-Unis est en forte baisse par rapport à celui du brut. Comme j'ai eu l'occasion de vous l'expliquer c'est l'émergence des gaz dit non conventionnels qui en saturant le marché en a fait chuter les prix.

Ainsi, pour un prix de référence de 100 au 1er janvier 2009, il ne vaut plus sur le marché spot que 70 de nos jours alors que dans le même temps le brut et à peu de chose prés les produits pétroliers qui lui sont liés a monté de 25 %.

Et dans le même temps, on est en train de nous préparer, en France, à une augmentation du prix du gaz de 7 à 9 % à partir du 1er avril. Ou est l'incohérence?

Le prix du Gaz baisse aux US et monte... en France
C'est simple, nous sommes nous toujours dans un système de prix administrés par l'Etat sur la base d'une révision trimestrielle de ce prix en fonction des couts d'approvisionnement et de distribution de l'ex GDF. Or l'essentiel de cet approvisionnement se fait par gazoduc, en particulier à partir de la Russie, dans le cadre de contrat d'une durée de 25 voire 30 ans qui sont indexés.... sur le prix du baril de pétrole. Le seul endroit au monde où il y a une cotation spot du prix de gaz est effectivement aux Etats-Unis qui est approvisionné par ses propres productions sur le territoire national et par du Gaz de Pétrole Liquefié, GPL, d'importation en provenance des gigantesques usines de liquéfaction du Moyen Orient.

Rajoutez la dessus une couche d'intervention gouvernementale pour ne pas monter quand les prix montent (cas de la forte hausse du baril aux environs des 150 euros) et en compensation pour ne pas baisser quand le baril baisse et vous comprendrez pourquoi l'évolution du prix du gaz en France est inextricable.

Ce qui devrait permettre à un nouvel entrant sur notre marché d'aller chercher du gaz aux US et de nous le vendre à prix cassé, me direz vous? Hélas ce n'est pas comme cela que l'on comprend la concurrence en France. Le marché est bien verrouillé, ne serait ce que par la logistique très lourde de l'approvisionnement (gazoducs par rapport à l'importation par des méthaniers de GPL dans des dépôts gaziers spécialisés avec unité de regazéification) et par le peu d'appétence de nos autorités pour la concurrence.

Et voila pourquoi vous allez voir le prix de votre gaz augmenter là où le consommateur américain le verra baisser !

 
 
Cet article se présente comme faussement naïf sur le thème "on se fait avoir" avec le prix du gaz. C'est un procédé qui rend l'article agréable à lire et est donc attractif. Malheureusement, l'article est bourré d'approximations voire d'inexactitudes et il induit donc en erreur le lecteur.

1) Il a confusion ? involontaire ?- entre le marché spot et le marché du client final; le prix affiché sur Henry Hub est un prix "j'achète aujourd'hui du gaz naturel pour être livré demain et uniquement demain à ce prix-là, et livré sur place au Hub, à charge pour moi de le transporter, de le stocker (si je consomme moins que ce que j'ai acheté), ...". Le prix du client final est un prix valable pour 3 mois (dans le cas du tarif régulé) voire pour un an (prix fixe d'un contrat dérégulé) et pour une livraison à son domicile, correspondant exactement à sa consommation. En fait comparer ces deux prix est peu significatif, voire trompeur. L'incohérence n'est donc qu'une apparence.

2) Le prix spot change tous les jours. Est-ce que le consommateur est prêt à prendre le risque d'un prix du gaz qui change tous les jours en fonction d'une cotation sur une place de marché spot, bien entendu sans aucune garantie? En fait les marchés spot et les prix qui vont avec sont utilisés par des opérateurs professionnels pour équilibrer leur portefeuille d'achat et des investisseurs en "commodities".

3) L'approvisionnement gazier européen est organisé depuis plus de 30 ans - et pour plus de 90% des volumes- sur base de contrats d'approvisionnement à long terme. et le prix du gaz dans ces contrats est effectivement calculé à partir des prix du pétrole, mais sur une moyenne des prix de plusieurs produits pétroliers sur les 7 derniers mois. Ce prix du pétrole n'est pas le prix du pétrole spot "prix du jour pour livraison le lendemain" montré dans l'article. Une fois de plus, cette présentation est plutôt trompeuse.

Le prix du gaz naturel va augmenter en avril en France parce que le pétrole avait atteint un point bas vers mars 2009 (environ 30$)et que ce prix est remonté depuis lors (environ 80$). La formule dite de "lissage" du prix du gaz importé (une moyenne des prix sur 6-7 mois de plusieurs produits pétrolier) a retardé et atténué cette hausse (comme il avait d'ailleurs fait de même pour la baisse des prix entre août 2008 et mars 2009).

Mais effectivement - et c'est une particularité française- le gouvernement "intervient" sur les prix régulés en retardant des hausses, ou en poussant l'opérateur historique à faire la moyenne entre la petite baisse qui aurait du intervenir pour le 1er trimestre 2010 et la hausse prévue pour le second trimestre (le but étant d'atténuer cette hausse).

Dans tous les autres pays d'Europe de l'ouest, il y a des prix "par défaut" pour le gaz naturel (applicables pour les consommateurs "passifs" qui n'ont pas fait la démarche de choisir un fournisseur et se voient donc attribuer un "fournisseur par défaut") et ces prix par défaut sont calculés selon une formule de prix publiée, validée par l'autorité publique, et appliquée automatiquement. Tous ces formules de prix sont indexées sur plusieurs produits pétroliers.

4) Il existe des cotations spot de gaz en Grande- Bretagne, en Belgique et en France, et presque dans tous les pays européens,... et pas uniquement aux Etats-Unis comme le dit l'article.

5) L'approvisionnement par gazoduc est effectivement prépondérant en Europe (>90%, c'est moins en France), mais les contrats long terme avec des prix indexés sur la moyenne d'un panier de produits pétroliers s'appliquent aussi à la plupart des approvisionnement par Gaz Naturel Liquéfié qui arrive par bateau aux terminaux méthaniers français et européens.

6) Le gaz par gazoduc qui arrive en France est en provenance à 30% de Norvège (par gazoduc), à 20% des Pays-Bas (par gazoduc), à 20% d'Algérie (par bateau de GNL), à 15% de Russie (par gazoduc) et le solde d'Egypte, du Nigéria, ..., et des marchés spot européens (entre 5 et 10%). En Europe, le gaz russe représente en moyenne et au total 25% des volumes de gaz consommés.

Cela "fait vendre" d'agiter la fourniture de gaz russe comme un épouvantail, mais la réalité est que le gaz russe représente une partie significative mais pas prépondérante de l'approvisionnement de gaz en France, et que le gaz russe est livré depuis 35 ans en France sans une seule rupture d'approvisionnement même au plus fort de la guerre froide ou pendant le dernière crise ukrainienne. Il y a eu des ruptures d'approvisionnement de gaz naturel en France, mais suite à des grèves de GDF, jamais par un défaut d?approvisionnement lié à la Russie. Il y a eu bien plus de menaces réelles sur l'approvisionnement suite à des accidents (explosion d'un terminal GNL en Algérie, explosion d'une conduite principale de gaz norvégien en Belgique) que suite à des problèmes politiques entre la Russie et l?Ukraine. Il est de bon ton dans certains journaux d'agiter l'épouvantail russe, mais cela ne correspond pas à la réalité.

7) Par ailleurs, tous les contrats cités sont tous à long terme et tous avec des prix indexés sur des produits pétroliers (russe ou non, par gazoducs ou non).

8) Il y a une catégorie de clients finals qui bénéficient aujourd'hui en France et en Europe des prix bas sur les marchés "spot" du gaz naturel: ce sont les industriels assez gros consommateurs.

9) En fait, la comparaison entre le prix du marché du gaz naturel spot du sud des USA et celui du particulier en France, est aussi pertinente que de comparer le prix d'achat de coton brut en gros au Texas avec celui de chaussettes au détail en France.
Trouvez vous ce commentaire pertinent ?       
 
Cet article est trés technique , je dirais même brillant et l'on sent le professionnel. Toutes ces précisions techniques voire boursières n'ont malheureusement que peu d'intérêt pour le lecteur et consommateur ordinaire que je suis.
L'article précédent est beaucoup plus lisible pour le quidam.

MC
Trouvez vous ce commentaire pertinent ?       
 
Et pour être complet, un commentaire de plus:
l'article parle d'importation de GPL ; il confond GPL et GNL. Le GPL c'est du propane et du butane, ce qui est un marché totalement différent. Le gaz naturel en gazoduc, c'est du méthane et il est complété par du GNL: Gaz Naturel Liquéfié (en anglais LNG), qui est aussi du méthane refroidi à -163°C et donc devenu liquide.
Trouvez vous ce commentaire pertinent ?       

Participer vous aussi à ce forum
ATTENTION, vous devez préalablement vous inscrire et être connecté

Vous avez la possibilité de laisser un commentaire dans notre forum de discussion afin d'éclaicir et d'enrichir l'article publié ci-dessus.

N'hésitez pas à nous signaler toutes formes d'abus en cliquant sur le lien présent en bas de chaque commentaire pour pouvoir le supprimer rapidement. Nous vous demanderons d'indiquer le motif de l'abus, ainsi qu'une courte explication ...

Pour pouvoir commenter, donner votre vote à un commentaire ou signaler un abus, vous devez préalablement vous enregistrer. Merci de vous connecter ici avec vos identifiants. Si vous n'êtes pas enregistré, inscrivez vous ici.

Cet article vous paraît intéressant ?
(Pour voter, faîtes 1 clic sur l'une des 8 étoiles ci-dessous)

Pertinence: 2.9/8 (76 votes)

Du même auteur :
Documentation