• Informer
  • Participer
  • Professionnels
login
pass
lettre d'information ▼
    Exemple ?  
Brèves de blog ... pétrolières
2299 visites
Article publié le 29/03/2010 à 10:01 par CaDerange
 
Mêmes causes, même effets ! La baisse des consommations de carburants en Europe qui se traduit par le fait que les majors pétrolières se débarrassent, s'ils le peuvent, de leur raffineries ou les ferment comme Total à Dunkerque, se traduit également par une baisse importante d'une des principales recettes de l'Etat, la Taxe Intérieure sur les Produits Pétroliers, la fameuse TIPP.

Ainsi pour le mois de janvier la consommation de carburant au mois de janvier à chuté de 7.6pct par rapport au même mois de l'année 2009. Une chute plus forte qu'anticipée, peut être due à l'annonce de la taxe carbone qui aurait effrayé les consommateurs alors qu'elle n'a finalement pas été mise en place.

Les rentrées de TIPP pour l'Etat, qui représentent 60% des recettes totales de TIPP,le reste allant aux régions et aux départements, ont ainsi diminuées de 15% en janvier.

Après les ventes ou fermeture chez Shell, Total ou BP d'actifs dans le raffinage et la distribution, c'est au tour de l'américain Chevron-Texaco d'annoncer une réduction de voilure dans cette activité. Il prévoit de réduire le nombre de ses stations services de 40 %, de réduire ses investissements dans le raffinage/distribution de 23 % et de vendre sa raffinerie de Pembroke au pays de Galles, une très grosse raffinerie qui représente 10 % de la capacité de raffinage Britannique. Chevron entend se recentrer en Amérique du Nord et en Asie Pacifique. Au total ceci confirme le désengagement de toute la profession du raffinage pour se concentrer sur ce qui est toujours profitable l'exploration et le renouvellement des réserves des sociétés pétrolières.

Le pétrolier anglo-néerlandais Shell s'intéresse particulièrement au biocarburants comme en temoigne la création avec le producteur de sucre brésilien Cosan d'une coentreprise pour y produire du bioéthanol et le distribuer comme carburant dans les 2740 station services de la compagnie brésilienne (dont curieusement 1500 rachetées à ExxonMobil !).

Un entrée curieuse sur le marché de la production d'Ethanol au moment même où les défenseurs de l'environnement critiquent de manière de plus en plus virulente ces productions pour leur impact sur les forêts tropicales et sur la concurrence qu'ils font aux surfaces agricoles utilisées pour la consommation humaine.

Toujours chez Shell, je vous avais fait part de ce projet de construction d'une unité flottante de liquéfaction de gaz naturel, GNL, prévue être installée sur un gisement off shore de la cote Nord Ouest de l'Australie.Le contrat ppru le développement de cette plateforme flottante d'une valeur de 5 milliards de dollars vient d'être signé avec le consortium regroupant le groupe d'ingénierie français Technip et le coréen Samsung. Ce type de plateforme est prévue être dupliqué en quatre ou cinq exemplaires et durer une quinzaine d'années.

Dans la production de gaz cette fois, Shell, comme ExxonMobil récemment en prenant le controle de XTO, s'intéresse au gaz non conventionnel, cet eldorado nouveau de la production pétrolière. Associé à Petrochina, il vient de lancer une offre d'achat sur un spécialiste de ce type de gaz, un australien cette fois, Arrow Energy. Arrow est le premier "extracteur de charbon" de son pays et dispose de ce fait de ressources importantes en "grisou", la dénomination historique des gaz non conventionnels dans les mines de charbon. L'offre est faite à un prix supérieur de 28pct au dernier cours de bourse mais pour autant, les dirigeants de Arrow Energy ne recommandent pas à ses actionnaires de répondre positivement à l'offre. Sans doute attendent il un petit coup de pouce de plus de Shell/Petrochina.

Les gisements sont situés dans la province du Qeensland au Nord Ouest de l'Australie et pourraient alimenter le ou les usines de liquéfaction de gaz que Shell prévoit de construire sur la terre ou sur l'eau pour répondre à une demande de l'Asie du Sud Ouest qui n'arrêtent pas de monter.

 
 
Baisse de consommation ? C'est totalement faux !!!!!
Voici le bilan annuel de L'Union française des industries pétrolières qui vient de publier aujourd'hui les chiffres de consommation de carburants pour 2009.

En 2009, les livraisons de carburants se sont élevées à 50,5 millions de mètres cubes en 2009, EN HAUSSE de 0,1 % par rapport à 2008. Cette très faible augmentation s'explique par le fait que les cinq premiers mois de l'année 2009 ont poursuivi le mouvement de baisse amorcé durant l'été 2008. Ce n'est qu'en juin 2009 que la consommation française de carburants a commencé à se redresser légèrement.

CINQ milliard de dollars pour une simple usine flottante de liquéfaction de gaz alors que ITER (qui représente peut être l'avenir du monde )et dont la construction seule(sans le fonctionnement ) ne coutera QUE 5 milliards d'euro , vient d'être poignardé dans le dos par Vauzelle un homme politique Provencal pour de raisons de recomposition électorale locale .
On croit rèver lorsque l'on voit à quel point cet homme qui avait tout fait pour faire venir ITER aux dépends de la candidature japonnaise peut être veule et privilégie son intérêt du jour aux dépends de l'avenir du monde.
Ainsi va la vie politique française ,nous n'avons pas fini d'être déçus par les traîtrises et les retournements de veste pour pouvoir gader le pouvoir.
Trouvez vous ce commentaire pertinent ?   3     0
 
Et si ITER était prématuré ou pire, une impasse technologique ? Je ne pense pas que ce soit un coup de poignard, mais je pense que les budgets sont toujours plus limités, surtout depuis que nous sommes en crise énergétique, et je pense qu'il y a des choix à faire. Le budget d'ITER est très élevé et des incertitudes existent sur sa faisabilité avant la fin de ce siècle. Vous même, vous le reconnaissez, vous dites "peut être".

Et quand bien même, ce serait le cas, il ne répondrait qu'à un pourcentage très limité des besoins en énergie dans le monde, du fait de sa complexité technologique.

Je pense qu'il y a des technologies beaucoup plus prometteuses pour la fin de ce siècle, plus facile à mettre en place pour les pays en voie de développement notamment, moins dangereuses et beaucoup moins coûteuses.

Je ne rejette pas le projet ITER, mais ce n'est pas la priorité, on peut se demander avant de produire toujours plus d'énergie, comment consommer mieux et produire mieux notre énergie.

De plus, le changement climatique va remettre en question notre mode de distribution de l'énergie très centralisé, la variabilité des cours d'eau vont mettre à mal les systèmes de refroidissement et les lignes à hautes tensions supportent mal les températures extrêmes froides et chaudes.
Ce pourquoi une centrale de type ITER n'est pas adapté.
Trouvez vous ce commentaire pertinent ?   0     3
 
Je comprends votre point de vue mais il faut bien voir que 5 milliars d'euro pour un projet qui pourrait bouleverser notre avenir et changer le monde ce n'est rien .

Saboter sciemment un projet de cette envergure pour se faire réélire président de région par ses alliés du jour , c'est tellement petit que je préfère ne pas le qualifier .

Une tranche de centrale nucléaire 1.5 gw demande d'installer 5GW en éolien (l'éolien marche à 20% de sa capacité) et cela coûte 10 milliards d'euro pour l'eolien et 4 milliars d'euro pour un EPR, c'est une somme ridicule lorsque l'on sait que c'est un projet international pour lequel nous ne sommes engagés qu'à hauteur de 1 milliard d'euro.

S'il échoue , tant pis , mais nous n'aurons pas le regret d'avoir loupé une chance qui ne se représentera sans doute pas !!!
Il ne s'agit d'ailleurs pas de produire toujours plus , mais de REMPLACER les énergies sales par des énergies plus propres et inépuisables tout en réduisant les gaspillages énergétiques.

Pour les dernières remarques sur le refroidissement sachez que l'on n'a pas besoin d'eau pour refroidir les centrales thermiques (nucléaire et thermosolaires ) on peut le faire au prix d'une baisse de rendement avec des radiateurs ventilés.

On peut aussi le faire par un dernier cycle d'extraction et de condensation ( et récupération ) de la vapeur d'eau par un fluide : amoniaque en circuit fermé par exemple , dont l'ébulition se produit vers 40 à 60 ° ( methode utilisée pour produire de l'électricité avec l'énergie thermique des océans)

Pour les lignes électriques sachez que les lignes à 700 000 volt se préparent avec des déperditions proches de 0% , les pertes se produisent à 90% dans les réseaux à basse tension(locaux).

Cordialement
Trouvez vous ce commentaire pertinent ?   2     0

Participer vous aussi à ce forum
ATTENTION, vous devez préalablement vous inscrire et être connecté

Vous avez la possibilité de laisser un commentaire dans notre forum de discussion afin d'éclaicir et d'enrichir l'article publié ci-dessus.

N'hésitez pas à nous signaler toutes formes d'abus en cliquant sur le lien présent en bas de chaque commentaire pour pouvoir le supprimer rapidement. Nous vous demanderons d'indiquer le motif de l'abus, ainsi qu'une courte explication ...

Pour pouvoir commenter, donner votre vote à un commentaire ou signaler un abus, vous devez préalablement vous enregistrer. Merci de vous connecter ici avec vos identifiants. Si vous n'êtes pas enregistré, inscrivez vous ici.

Cet article vous paraît intéressant ?
(Pour voter, faîtes 1 clic sur l'une des 8 étoiles ci-dessous)

Pertinence: 3.0/8 (63 votes)

Du même auteur :
Documentation