• Informer
  • Participer
  • Professionnels
login
pass
lettre d'information ▼
    Exemple ?  
Brèves de blog... pétrolières (mars 2011)
2761 visites
Article publié le 09/03/2011 à 08:03 par CaDerange
 
BP, qui a visiblement besoin de se refaire une santé, au moins médiatiquement, après la catastrophe du Golfe Du Mexique, met le cap à l'est et annonce la constitution d'une coentreprise avec le russe Rosneft pour explorer 125 000 km2 dans l'Arctique où 5 milliards de tonnes de pétrole et 3000 milliards de m3 de gaz sont supposés reposer en attendant qu'on les en sorte.

Cette coentreprise 66/33 entre Rosneft qui possède les permis de recherche et BP, qui apporte sa technologie (?) doit se mettre en place d'ici deux ans et construira un centre technologique spécialisé dans les méthodes d'extraction dans l'Arctique.

Rosneft et BP procèderont également à des prises de participations croisées, Rosneft prendra 5pct de BP et BP 9.5 ct de Rosneft qui viendront s'ajouter aux 1.3 % déjà en possession du pétrolier britannique. Ce sera le premier exemple de participation croisée entre une "major" internationale et une société nationale.

Les associations écologistes et Greenpeace en particulier se sont aussitôt insurgées contre une telle coopération considérant que BP n'avait pas prouvé récemment sa maîtrise des techniques d'exploration pour aller explorer un espace écologique aussi fragile que celui de l'Arctique.

Toujours BP! Monsieur Robert Dudley, PDG de BP et ex PDG de sa filiale en Russie TNK-BP, semble avoir oublié qu'une des clauses de l'alliance entre BP et son consortium d'actionnaires russes,portait sur l'exclusivité de la réalisation de tous travaux d'exploration de ses actionnaires en Russie et Ukraine par TNK-BP. Les dit actionnaires viennent de se rappeler à son bon souvenir en le menaçant de bloquer le versement des dividendes du quatrième trimestre à BP et de porter l'affaire devant un tribunal londonien.

A juste titre, me semble t'il, le consortium s'inquiète du "manque de clarté autour des perspectives de TNK-BP, dont l'un des actionnaires, BP, planifie une alliance stratégique avec Rosneft, un concurrent de TNK-BP".

Monsieur Robert Dudley, qui avait déjà du quitter discrètement la Russie au temps où il était le PDG de TNK-BP, a pris la précaution d'aller voir auparavant le Premier Ministre Vladimir Poutine et représentant de l'Etat russe propriétaire de Rosneft, sans doute pour lui demander son accord.Qui Poutine soutiendra t il, l'Etat Russe et Rosneft ou les oligarques? L'avenir le dira.

Encore BP! Cette fois c'est Inde que BP vient de faire une entrée remarquée. En signant une alliance avec le groupe indien Reliance Industries qui lui accorde, contre 7.2 milliards de dollars,30 % des réserves de 23 blocs pétroliers.23 blocs qui représentent 270 000 km2 qui se situent à l'est du pays dans des profondeurs d'eau qui varient de 400 à 3000 mètres et dont seulement deux d'entre eux a été mis en production.

Reliance, nouveau venu dans l'exploration pétrolière, avait obtenu les permis, a trouvé 39 gisements sous marins. mais n'a pu en mettre que deux en production, et encore l'un d'entre eux a t il étét l(objet d'une baisse de pression qui en a diminué le débit.

Le patron de Reliance, Mukesh Ambani, a reconnu que sa société avait "besoin d'un grand acteur du secteur énergétique comme partenaire". Les choses sont donc claires, comme dans le cas de l'accord Rosneft/BP, c'est le pétrolier britannique qui apporte son savoir faire et Reliance qui apporte le permis d'exploration et les travaux déjà effectués.

Globalement, en fonction des gisements trouvées, BP pense que la somme des investissements et des achats d'actifs pourrait aller aussi haut que 20 milliards de dollars. Visiblement, BP a retrouvé de l'aisance financière!

Mauvaise nouvelle du coté norvégien et du coté planétaire ,le deuxième exportateur mondial de gaz et sixième de pétrole brut, vient de réviser à la baisse ses réserves dont la dernière évaluation remonte à 2006.

Par rapport à 2006 on passe de 20.8 milliards de barils équivalent pétrole (bep) l'unité d'évaluation des gisements gaziers à 16.4 seulement en baisse de 21 %. Attention ce sont les réserves non découvertes et pas les réserves connues qui sont ainsi réévaluées à la baisse et c'est une évaluation de l'administration norvégienne et las des sociétés pétrolières mais cela traduit que les forages d'exploration de ces dernières années n'ont pas donné de bons résultats.D'ailleurs, la production norvégienne a diminué de 40 % depuis son pic d'il y a dix ans.

 
 
A titre de rappel, la consommation mondiale de pétrole a atteint 32 milliards de barils en 2010.
5 milliards de tonnes de pétrole, ça représente donc une seule année de consommation mondiale (1tep = 7,33 barils).
Trouvez vous ce commentaire pertinent ?       

Participer vous aussi à ce forum
ATTENTION, vous devez préalablement vous inscrire et être connecté

Vous avez la possibilité de laisser un commentaire dans notre forum de discussion afin d'éclaicir et d'enrichir l'article publié ci-dessus.

N'hésitez pas à nous signaler toutes formes d'abus en cliquant sur le lien présent en bas de chaque commentaire pour pouvoir le supprimer rapidement. Nous vous demanderons d'indiquer le motif de l'abus, ainsi qu'une courte explication ...

Pour pouvoir commenter, donner votre vote à un commentaire ou signaler un abus, vous devez préalablement vous enregistrer. Merci de vous connecter ici avec vos identifiants. Si vous n'êtes pas enregistré, inscrivez vous ici.

Cet article vous paraît intéressant ?
(Pour voter, faîtes 1 clic sur l'une des 8 étoiles ci-dessous)

Pertinence: 2.5/8 (64 votes)

Du même auteur :
Documentation