A Dijon, l’usine d’incinération produit de l’électricité

L’usine d’incinération du Grand Dijon a commencé cette semaine à produire de l’électricité. Elle utilise pour cela un turboalternateur sorti des ateliers d’une entreprise bourguignonne implantée au Creusot.

La technologie industrielle utilisée permet ainsi de valoriser les déchets non recyclables de 70% des habitants de Côte-d’Or, explique la ville dans un communiqué.

Le procédé s’appuie sur l’utilisation de la vapeur d’eau, produit de la combustion, mise à profit pour faire tourner une turbine.

Chaque jour, l’usine peut incinérer jusqu’à 500 tonnes de déchets ménagers qui ne peuvent être recyclés en l’état. Chaque Français produisant en moyenne 353 kg de déchets (chiffre 2004), la source d’énergie est toujours renouvelée et ce, même si le tri des déchets par les usagers tend à s’accroître.

L’usine produit de quoi alimenter ses machines, mais également l’électricité nécessaire à 25 000 habitants.

Après une mise aux normes réalisée en 2004, l’usine d’incinération poursuit ses aménagements, avec de nouveaux équipement en vue d’améliorer ses performances. Ses capacités devraient être également revuesà la hausse avec  la mise en service d’une chaîne de traitement des déchets hospitaliers, actuellement en cours de construction.

Enfin, un centre de tri de déchets recyclables devrait ouvrir prochainement à proximité de l’usine d’incinération, et emploiera 35 personnes.

Partagez l'article

 



            

Articles connexes

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "A Dijon, l’usine d’incinération produit de l’électricité"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
nicolas
Invité

Il serait intéressant de connaitre la puissance produite par cette usine ! “L’électricité” nécessaire à 25 000 habitants” ne m’évoque pas grand chose, tout dépend comment on compte ! Signalons enfin que ce type d’installation n’est pas rare : de plus en plus de villes Francaises en sont équipées

dupaks
Invité

La manière dont est rédigé cet article me laisse perplexe. On a l’impression qu’on utilise une technologie d’avant garde: ” Le procédé s’appuie sur l’utilisation de la vapeur d’eau, produit de la combustion, mise à profit pour faire tourner une turbine.” alors que c’est le principe même de n’importe quelle usine d’incinération et que le procédé est aussi vieux que l’électricité.. Pour un site spécialisé dans l’énergie, on pourrait s’attendre à mieux. Cette nouvelle ne mérite pas plus qu’une ligne!

GP
Invité

effectivement difficile de faire plus banal!! Si encore l’usine en question alientait par la même occasion un Rx de Chaleur et quand plus elle valorisait la chaleur basse enthalpie par l’intermédiaire de machine à absorption histoire d’augmenter encore le rendement énergétique de l’installation alors oui il y aurait p-ê de quoi en être fier… car produire de l’électricité pour 25 000 éq. habitants, y a vraiment pas de quoi s’émerveiller vu les 180 000 t/an incinérées sachant que le PCI moyen d’1 tonne d’O.M = 2 MWh L’incinération oui, à condition qu’elle fournisse (bcp) plus d’énergie qu’elle n’en consomme!

Guillaume
Invité

– 55 000 MWh d’électricité pour la consommation du site (20%) et l’exportation sur le réseau EDF pour revente. – 30 000 MWh d’énergie thermique sont utilisés sous forme de chaleur pour le réchauffage de l’air comburant à 130°C avant injection dans les fours, le réchauffage des fumées (traitement des dioxines) et le chauffage des locaux administratifs et techniques.

Tico
Invité

quelle est la production de déchets d’un dijonnais en moyenne par an?

wpDiscuz