A350 : du photovoltaïque pour le bâtiment d’assemblage

Situés sur le site d’AIRBUS Toulouse, à proximité de l’aéroport de Blagnac, les 4 halls d’un nouveau bâtiment (le M50) en cours de construction seront tous équipés de toitures photovoltaïques, et permettront à terme de réaliser les opérations d’assemblage du nouvel appareil A350.

Réalisées en Solar Roof, membranes amorphes exclusivement distribuées par Urbasolar, les toitures solaires assureront à la fois la fonction d’étanchéité des bâtiments sur une surface totale de 35 000 m², et une production d’électricité sur une surface de 22 000 m².

La hauteur des bâtiments, jusqu’à 35 mètres (!), ainsi que le process industriel présent dans le bâti, ont nécessité d’après Urbasolar, "des études techniques particulières afin d’assurer la tenue au vent du complexe d’étanchéité".

Ce premier projet photovoltaïque d’AIRBUS a été entièrement financé par Solar Participations, structure commune d’investissement entre Urbasolar et Capenergie, le fonds dédié aux énergies renouvelables de Crédit Agricole Private Equity. Urbasolar et AIRBUS ont contracté un bail pour la location de toiture d’une durée de 20 ans, permettant la production d’électricité.

La centrale photovoltaïque d’une puissance de 970 kWc, devrait produire près de 19 000 MWh sur les 20 ans d’exploitation prévus, et permettra d’économiser plus de 9 000 tonnes de CO2.

Le démarrage de la production d’électricité est envisagé dès l’été 2010, avec une mise en service du bâtiment pour Septembre.

[ Credit image : UrbaSolar ]

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

6 Commentaires sur "A350 : du photovoltaïque pour le bâtiment d’assemblage"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Jc
Invité

Airbus construit maintenant des avions propres!

Red2
Invité

C’est bien mais 22 000 m2 970 kwc il pourrait mettre de vrais panneaux… pasque la ça doit faire entre 4 et 5% de rendement pas terrible terrible!!!

Inoue
Invité

attention à ce qu’on utilise ! le rendement n’a rie à voir là dedans ! votre calcul est 970 kWc / 22 000 m² = 45 Wc/m², rien à voir avec un %… mais je suis d’accord c’est assez faible. ceci dit, c’est normal, on utilise pour les toitures planes de l’amorphe à 60-70 Wc/m².

Blu
Invité

Red2 a raison on peut parler de rendement, 45 Wc/m² correspond bien à un rendement de 4,5%, puisque la puissance crête est toujours donnée à un rayonnement “standard” de 1000W/m². Effectivement on ne peut pas faire vraiment mieux avec de l’amorphe, qui est la seule technologie que l’on peut intégrer dans une toiture plate. On pourrait par contre produire significativement plus avec des panneaux cristallins montés sur châssis, mais la subvention n’est plus la même… c’est les limites du tarif “intégration au bâti” comme il est défini en france.

Inoue
Invité

un rendement détermine en gros l’efficacité. ce terme n’est pas approprié ici. c’est une sorte d’abus de langage ! il faudrait parler de densité de puissance plutôt. je n’aime pas ce terme car trop de confusions sont faites avec, comme vous le mentionnez, le rendement du panneau sous conditions standards.

Gilles
Invité

En alternative a l’amorphe, et au silicium, il existe aussi les panneaux Solyndra en CIGS.

wpDiscuz