Abou Dhabi se tourne vers le solaire

Les Emirats Arabes Unis anticipent la fin des réserves pétrolières en développant l’énergie solaire.

Au 4ème rang des pays exportateurs de pétrole avec 2,5 millions de barils extraits par jour, les Emirats Arabes Unis estiment à 150 ans la durée de vie de leurs réserves.

Conscient de la nécessité de développer de nouveaux modes de production d’énergie et de réduire sa dépendance à l’égard du pétrole, l’émirat d’Abou Dhabi a annoncé son intention d’investir largement dans l’énergie solaire. Une énergie toute aussi abondante dans ce pays semi-désertique, et surtout inépuisable.

"Nous n’avons pas aujourd’hui de problème de sécurité en matière d’approvisionnement en énergie, mais nous ne voulons jamais en avoir", a déclaré Sultan al-Jaber, directeur général de la Société d’Abou Dhabi pour les Energies du Futur (ADFEC).

l’ADFEC, avec le soutien actif du gouvernement, qui a déjà investi 100 m$, a donc lancé "Masdar Initiative" (Masdar : source, en arabe), un projet de développement des énergies alternatives.

Un premier investissement de 350 millions de dollars est annoncé, pour l’installation d’une unité de production solaire de 100 megawatts, qui serait ensuite portée à 500 megawatts injectés dans le réseau national.

Abou Dhabi lancera un appel d’offre en août afin d’appeler les constructeurs. Abou Dhabi entend bien bénéficier d’un transfert de technologie en provenance de l’étranger.

Dans ce but, l’AFDEC a également annoncé la création du Masdar Institute of Science and Technology en collaboration avec le prestigieux Massachussetts Institute of Technology (MIT).

En plus du solaire, l’Emirat compte développer l’éolien terrestre et off-shore, la dessalinisation de l’eau ou encore la gestion des émissions de carbone.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz