Enerzine

Achat électro-solaire : le secteur agricole mécontent

Partagez l'article

Suite à l’annonce hier sur les nouvelles conditions d’achat de l’électricité produite par des panneaux solaires photovoltaïques, les Chambres d’agriculture indiquent dans un communiqué regretter vivement l’évolution à la baisse des tarifs de rachat de l’électricité sur les bâtiments agricoles.

En effet, seules les installations «intégrées» sur les bâtis agricoles déjà «existants» bénéficieraient d’un tarif réduit à 50 cts €/kWh. Aussi, les Chambres d’agriculture réclament que les projets d’installations intégrées sur des bâtiments agricoles futurs, dont l’usage professionnel est justifié, puissent aussi bénéficier de ce tarif.

Concernant les installations sur bâti avec intégration simplifiée (42 cts €/kWh) et les installations au sol (31,4 cts à 37 cts €/kWh), la différence de tarif amènera les porteurs de projet à se diriger préférentiellement sur des centrales aux sols. D’après les Chambres d’agriculture "ceci va complètement à l’encontre des objectifs de préservation du foncier agricole prévus dans la Loi de Modernisation Agricole portée par le Ministre de l’Agriculture".

Les Chambres d’agriculture réclament par ailleurs que soient pris en compte les dossiers dont la demande d’achat de l’électricité a été formulée entre le 1er novembre et le 31 décembre 2009, dans le but de respecter les engagements pris durant cette période par les agriculteurs souhaitant développer les énergies renouvelables dans leur exploitation.

« Nous nous sommes engagés résolument dans le Grenelle, et atteindre les objectifs de 2020 avec 10 ans d’avance est plutôt bon signe. Je comprends qu’il faille faire le tri entre des projets durables et les projets spéculatifs, mais nous souhaitons d’abord que soient couverts tous les toits de France avant de s’attaquer aux terres dont la planète a besoin pour se nourrir » a déclaré Luc Guyau, le président des Chambres d’agriculture.


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    20 Commentaires sur "Achat électro-solaire : le secteur agricole mécontent"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    Samivel51
    Invité

    La différence de prix entre « intégration simplifiée au bati » et « au sol » est trop faible pour compenser les surcouts liés à cette intégration (meme partielle) au bati. Donc les panneaux solaires seront au sol, probablement sur des terrains agricoles ou des espaces naturels. Or meme le plus écolo d’entre nous reconnaitra qu’il est absurde de couvrir les espaces naturels et agricoles de panneaux solaires.

    Jp du carladez
    Invité

    Il n’y a cas leur donner une prime pour compenser la baisse! Ou leur faire payer l’électricité au prix qu’ils nous la vendent. Que chacun fasse son métier et le monde tournera mieux. Pourquoi EDF ne se lance pas dans l’élevage de bovins : ils pourraient en faire d’exellentes pompes à chaleur ?

    Sourdoreille
    Invité

    à 37 ou 42 centimes, ils se plaignent ! rappel pour les électriciens, cela fait 370 ou 420 €/MWh !!!!! Dix fois le prix (vendu, pas coûtant!) du nucléaire ! si le différentiel de 5 centimes les gênent, je propose qu’on abaisse le tarif au sol. C’est parce que on est écolos (j’espère), qu’on doit vouloir être partisan d’un eprochaine bulle financière  !!

    Edc
    Invité
    Le jour où on mangera des wafers et qu’il n’y aura plus d’agriculteurs dans ce pays …    En espérant que la baisse des subventions PV aille à la hausse des aides aux paysans afin qu’ils puissent continuer à nous donner un manger de qualité dans le futur … (-35% de leur revenu en moyenne cette année). Ces gens là sont en train de crever, mais PERSONNE N’EN PARLE!!!! Et il y a plein de nouvelles choses à développer (Bio, notamment); surtout pas des centrales PV sur des sols agricoles, que les paysans vont devoir louer ou vendre parce qu’ils… Lire plus »
    Sourdoreille
    Invité

    CE N’est PAS parce que on est écolos (j’espère), qu’on doit vouloir être partisan d’unE prochaine bulle financière  !! ah! l’orthographe….

    Edc
    Invité
    N’empêche que dans une région bien ensoleillée que je connais bien, … beaucoup de nouvelles construction, et pas 1 toit avec PV … plutôt que d’assomer les agriculteurs qui tentent d’avoir quelques revenus annexes grâce aux toits de leur granges, il faudrait déjà taper sur les promotteurs immobilier. Oui, on continue à construire dans le Sud des immeubles neufs sans PV sur les toits: c’est hallucinant de voir ça !!!! Même des centres commerciaux gigantesques tout neuf, par ex à Montpellier, sans le moindre panneau PV !) Pour une fois, faudrait un peu s’aligner sur les pays voisins et INTERDIRE… Lire plus »
    Dudunico
    Invité

    ok le secteur agricole est en perdition. mais ce tarif faisait surtout bénéficier des promoteurs immobiliers qui construisaient des hangars qui ne servaient à rien à part produire de l’énergie. c’est dommage, il y a eu de l’abus !

    Edc
    Invité

    C’est bien pour ça qu’il ne fallait pas casser le service public d’électricité … et qu’il fallait laisser EDF équiper les toits en réquisitionnant, au nom de l’intérêt public et environnemental. Maintenant l’Etat est obligé de naviguer à vue car il n’a plu la maîtrise de rien … de plus, seuls les riches (particuliers et/ou entreprises) peuvent s’équiper en PV (ou les moins riches, mais avec des emprunts dont les banques savent profiter….) Bravo l’Europe !!  Vivement qu’on se casse de cette impusture …

    michel123
    Invité
    Tout cela était prévisible depuis longtemps. Lorsque la subvention est trop importante , cela se termine toujours de la même façon , un jour quelqu’un fait les comptes , découvre que tout cela va couter une fortune et coupe les crédits. Tout cela n’est pas trés cohérent il faudrait garder une prime pour inciter les constructions neuves à équiper les toits en PV d’origine, et non subventionner des modifications de toitures qui coutent  trés cher. Quand à la mise en plein champ je n’y vois pas d’inconvenient , les unités de production étant plus grosses , les couts d’installation et de… Lire plus »
    Dudunico
    Invité

    oui, mais dans ce cas, on laisse le monopole, ce qu’on ne peut pas faire ! n’oublions pas non plus que tout ça favorise les tuiles photovoltaïques d’imerys et de tenesol… le lobbying politique est sans cesse présent !

    Edc
    Invité
    Je parle de production raccordée au réseau … pour le reste, les particuliers peuvent se mettre en offgrid (micro-éolien+PV==vrai projet écologique), et libre choix pour son équipement en PV et onduleur …. Et puis, vous n’allez pas faire des centrales PV au sol avec des tuiles Imerys, à se que je sache … Imerys et Tenesol ne pourront pas d’ailleurs pas répondre à la demande. Enfin le nucléaire, c’était bien un monopole … et plutôt bien foutu car ça a été un des moins cher jusqu’ici, et qu’on était indépendant … du moins les gens vont vite s’en rendre compte… Lire plus »
    Edc
    Invité
    Je parle de production raccordée au réseau … pour le reste, les particuliers pourraient se mettre en offgrid (micro-éolien+PV==vrai projet écologique), et libre choix pour son équipement en PV et onduleur …. Et puis, vous n’allez pas faire des centrales PV au sol avec des tuiles Imerys, à se que je sache … Imerys et Tenesol ne pourront pas d’ailleurs pas répondre à la demande. Enfin le nucléaire, c’était bien un monopole … et plutôt bien foutu car ça a été un des moins cher jusqu’ici, et qu’on était indépendant … du moins les gens vont vite s’en rendre compte… Lire plus »
    serge23
    Invité

    C’est un copié coller de l’éolien industriel!

    Tmaj
    Invité

    c’est facile d’écouter les vendeurs de panneaux…! mais pour évaluer la rentabilité: comparons le même montant 1:placé à 4% pendant 20ans cela multiplie le capital par 2,28(-csg…) 2:placé en panneaux cela rapporte (à 0.60€/kwh) le même capital à l’arrivée! sauf qu’il faut déduire les impots (plus nombreux que la csg!) et surtout prendre le risque d’avaries diverses et variées …sur 20ans…!!!! et sans jamais pouvoir disposer de ce capital immobilisé, aussi facilement que sur un compte… donc rémunération:oui, mais pas sans risquer le paquet…dans le panneau..! qui est vendu cher au profit de qui? ….pas de l’agriculteur…!

    Alexsun33
    Invité
    Les chambres d’agriculture pensent que les nouveaux tarifs vont favoriser les centrales au sol, ce qui « va complètement à l’encontre des objectifs de préservation du foncier agricole »… Mais prennent-elles en compte les abus qui ont été réalisés jusque là avec la construction d’immenses hangars sur ce sacro-saint foncier agricole sans autre fonction que de bénéficier de tarifs d’achat trop permissifs? S’il s’agit de grignoter de l’espace agricole avec des installations solaires, autant le faire avec des centrales au sol dont le bilan purement écologique sera bien meilleur : pas de constructions inutiles de nouveaux hangars qui plombent le bilan carbone final des installations, et des… Lire plus »
    Dudunico
    Invité

    en france, je crois que ça ne vaut pas le coup de mettre des trackers : densité de puissance (beaucoup) moins élevée. L’ensoleillement est meilleur mais le productible reste inférieur (par rapport aux structures fixes). les trackers sont beaucoup plus intéressants dans le sud de l’espagne, avec des courses solaires beaucoup plus grandes.

    fredo
    Invité

    A tout prendre, je préfère 100.000 hangars de 1000m² et 100 kWc en continuité de constructions existantes, que 15 à 20.000 hectares de terres dans la campagne dont l’usage agricole ou forestier devient mono-usage énergétique. Dans le premier cas j’ai du plus (double usage du sol, 2 fois moins de foncier utilisé, production mieux répartie), dans l’autre du moins (je perds l’usage agricole). Idem pour les toitures de bâtiments d’activité existants: l’intégré soit disant simplifié complique les choses alors qu’enfin on s’aperçoit qu’elles existent.

    Alexsun33
    Invité
    La technologie du tracker 1-axe, pas si gourmande que ça en espace, produira selon les cas de figure (et de nombreuses régions en France sont concernées) plus de kWh à l’hectare que les installations utilisant des panneaux fixes : Tracker 1-axe : environ 2,5 ha/MWc installé, mais une production d’électricité augmentée de 20 à 30 % par rapport au fixe. Fixe : entre 1,7 et 2,2 ha/MWc installé un autre argument en faveur des trackers est un plus grand respect du biotope qu’avec les centrales fixes. En effet, les sols seront rapidement altérés par l’ombre de panneaux fixes installés en grande densité. Les… Lire plus »
    Agriculteur 38
    Invité

    T’as pris ou tes calculs Tmaj, Chez moi Le PV à 60ct cest l’équivalent d’un placement à 6-7%/an pendant 20 ans

    Sfourne
    Invité
    Photovoltaique en chiffre … Combien faudrait il d’argent et de surface pour remplacer nos centrales nucleaires par du photovoltaique?.  Il faut 300 km2 pour remplacer une centrale nucleaire de 1 km2 ou pour remplacer les 60 centrales = 18 000 km2 = 180 000 000 m2.  cout des panneaux solaires = 700 euros du m2 180 000 000 x 700 = 126 000 000 000 euros ou 126 milliards d’euros .  126 milliards d’euros = 10% de notre deficit budgetaire… surface 18 000 km2 = 3.27% de la surface de la france ,qq’un sait il la surface en toit de… Lire plus »
    wpDiscuz