Afrique: les Enr pour un meilleur accès à l’énergie

600 millions d’Africains n’ont pas d’accès à l’électricité, et 35 pays du continent sont victimes de coupures intempestives. C’est ce qu’a rappelé Bernard Zoba, commissaire de l’Union africaine chargé des infrastructures à Dakar.

"Dans ces conditions, les énergies renouvelalbes constituent une réélle solution pour les zones reculées du continent", a-t-il plaidé, dans le cadre de la conférence internationale sur les énergies renouvelables.

Pour le commissaire, la promotion des énergies solaires, éolienne, géothermique, hydroélectrique et issue de la biomasse, représentent des solutions à l’isolement énergétique, trop fréquent sur le continent. Selon lui, ces solutions doivent êtres adaptées à chaque pays.

"Le développement des énergies renouvelables ne doit mettre en danger ni la sécurité alimentaire, ni l’environnement." a mis en garde M. Zoba.

Une cinquantaine de pays africains sont représentés à Dakar pour la Conférence internationale sur les énergies renouvelables, ainsi que des organisations des Nations Unies (PNUD, ONUDI).

Lors de l’ouverture de la  conférence, le président sénégalais Abdoulaye Wade a tenu un discours résolu sur la nécessité pour le continent africain de prendre le train des énergies renouvelables.

"Quand on voit la hausse du prix du pétrole, la hausse du prix des denrées de première nécessité, on constate que l’évolution mondiale risque de nous confiner dans une perpétuelle position défensive et de protection, a-t-il prévenu, alors que nous devrions être libres pour voir et aborder l’avenir."

"Nous devons investir dans les énergies renouvelables, former des ressources humaines suffisantes et qualifiées, équiper nos laboratoires de centres de recherche, mettre en place un environnement institutionnel favorable, pour ne citer que cela."

"L’Afrique recèle un potentiel important dans le domaine des énergies renouvelables" "Nous devons être inventifs."

Le chef d’Etat a insisté pour que de cette conférence en faveur des énergies renouvelables émergent des décisions concrètes en vue de répondre aux question cruciales que posent la croissance de la demande énergétique en Afrique et les inégalités d’accès sur le territoire.

[photo page d’accueil : Quantum Theory]

Partagez l'article

 



         

Articles connexes

Poster un Commentaire

7 Commentaires sur "Afrique: les Enr pour un meilleur accès à l’énergie"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Guydegif(91)
Invité
Bravo pour l’initiative de cette conférence sur les EnR à Dakar et la prise de conscience des pistes de solutions pour les sites isolés d’Afrique. Il y a déjà eu qq démonstrations ponctuelles isolées de l’apport de l’électricité éolienne (petits mâts bi-pales Vergnet qui a aussi des solutions ”Eau”) ou PV au niveau des possibilités d’activités comme lecture, s’instruire, faire les devoirs, autres travaux, etc.. sans se coucher avec les poules ou le soleil, faute d’éclairage correct… Dans la prise de conscience il y a 3 éléments primordiaux exprimés: – “L’Afrique recèle un POTENTIEL important dans le domaine des énergies… Lire plus »
Dan
Invité

Il y a plusieurs types de besoins. Ceux des africains concernant l’électricité semblent bien établis et en plus ils ont du potentiel : vastes territoires, peu de contrainte d’implantation, du vent, du soleil… et une forte volonté. Le seul problème, c’est qu’ils n’ont pas d’argent. Leurs besoins ne peuvent donc converger avec ceux des investisseurs. Ce n’est pas très grave, on met les éoliennes et les panneaux solaires en Europe et comme ils savent déjà vivre sans électricité, ils peuvent continuer sans émettre trop de GES !

Momo
Invité
Ou alors l’Europe fait en Afrique ce que projette l’Allemagne en Inde ( et en Chine , a ce que je constate de + en + ) : ils investissent a tour de bras ( Y COMPRIS EN TRANSFERTS DE TECHNOLOGIES ! ….) ds. l’eolien , le PV et la gazeification de biomasses , a faibles couts locaux de production des materiels ,de mises en place et de maintenance des installations … et de calculs de tonnes de CO2 economises ainsi ….” en Europe ” ! C’est un magnifique jeu d’ecritures comptables , qui permet entr’autres de voir d’une certaine… Lire plus »
Dan
Invité
Il est clair que nous serons peut être contraints de faire des transferts de technologies. Cependant, la suspension, dans les années 90 des aides de la coopération et la dévaluation du franc CFA en 1994, n’ont pas aidé l’Afrique à se développer et je ne pense pas que cela l’ai véritablement incitée à stabiliser ses régimes politiques. Pourtant, aujourd’hui de nombreux africains sont conscients que la stabilité politique est une des clés du développement. Mais la route est longue… longue. S’agissant des transferts d’émission de CO2, je commence à avoir des doutes sur l’efficacité globale de la mesure. Pour la… Lire plus »
Momo
Invité
Oh , tres tres peu ( en % du global )Idem pour le nucleaire , meme s’ils y vont a tres grands pas ! Aucun doute la-dessus , mais les ” tonnes CO2 ” economisees par les investissements ” europêens ” sont bel et bien comptabilises en deduction des tonnes produites en Allemagne ou Danemark , et en Euros ds. les bilans comptables des co-entreprises asiatiques , ce qui les rend TRES rentables localement ( 1 EUR = 63 Roupies ces derniers jours ! X Tonne(s) CO2 economisee(s) rembourse(nt) rapidement la mise de depart faite ds. cette monnaie ! C’est… Lire plus »
Dan
Invité

Merci pour ces informations du “frond” du développement. Comme je n’oppose pas écologie et économie, bien au contraire, si le marché du CO2 marche globalement , c’est une bonne nouvelle. Il ne faudrait tout de même pas qu’il retarde la modernisation des centrales européennes. De toute façon, quelle que soit la présentation des bilans CO2 de tel ou tel pays européen, il sera toujours très facile de retrouver les vrais chiffres d’émission, centrale par centrale à partir des TWh produits. Voir les bases de données EPER et CARMA.

Momo
Invité
Absolument d’accord , mais les ” politiques ” , Chinois , Indiens aussi bien qu’Allemands ou Europeens , presenteront TJRS. ce qui les arrangent , une ” production ” de CO2 globale , incluant tout ce que leurs investissements nationaux auront permis d’economiser en dehors de leurs frontieres physiques … et ne me faites pas dire qu’ils investissent ds. des centrales a charbon en Asie ! Non , tt. de meme pas …. rien que ds. des unites EnR que ce ” clean development mechanism route ” rendent tres rentables en monnaies locales …et ” magnifiques ” en termes de… Lire plus »
wpDiscuz