Alstom automatise la plus grande centrale à charbon

Alstom a confirmé lundi, la signature d’un contrat de plus de 100 millions d’euros avec la compagnie sud-africaine d’électricité Eskom pour fournir un système d’instrumentation et de contrôle-commande à la plus grande centrale électrique à charbon du monde, Medupi.

Alstom a également proposé à Eskom une option, représentant un montant additionnel de 100 millions d’euros, pour installer un système identique dans la centrale de Kusile, semblable à celle de Medupi.

Medupi et Kusile, actuellement toutes deux en construction, sont les plus importantes centrales électriques à charbon à refroidissement sec au monde. Elles fourniront chacune une puissance de près de 4 800 MW, délivrée par six groupes turbines-alternateurs Alstom de 790 MW, et permettront une augmentation significative de la production d’électricité de l’Afrique du Sud.

Eskom a lancé un programme massif d’investissement afin de doubler l’infrastructure électrique nationale dans les dix ans à venir.

"La signature de ce contrat confirme la confiance qu’Eskom place dans Alstom. C’est une reconnaissance de la qualité et des performances de l’offre de systèmes d’automatisation d’Alstom. Le système de contrôle-commande ALSPA Series 6 est le premier produit majeur issu de la collaboration avec Microsoft qui réponde aux défis des « réseaux intelligents ». Les solutions de gestion de l’énergie d’Alstom permettent aux producteurs d’électricité d’optimiser leurs installations dans ce nouvel environnement", souligne Philippe Joubert, Président d’Alstom Power.

Détail : selon les termes du contrat, Alstom assurera l’ingénierie, la fourniture et l’installation de son plus récent système numérique de contrôle-commande, ALSPA Series 6, ainsi que des équipements associés. Le système ALSPA Series 6 d’Alstom est une plate-forme informatique adaptable et sécurisée, qui permet d’optimiser les coûts de fonctionnement, tout en apportant à ses opérateurs un outil et une interface sûre et simple d’utilisation. Le système de contrôle-commande garantira le suivi et contrôle efficace des équipements clés de la centrale, et facilitera l’intégration de Medupi au sein de la flotte actuelle des centrales d’Eskom.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

16 Commentaires sur "Alstom automatise la plus grande centrale à charbon"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
gp
Invité

vivement que ces 2 magnifiques installations rentrent en service pour apporter leurs précieux kWh aux Sud africains… Certes, ca fera la bagatelle d’environ 75 Mt de CO2/an en + dans l’atmosphère (soit + de la 1/2 de ce qu’émet le secteur transport en France!!!!!) mais au point ou nous en sommes rendu… L’inconscience humaine dans toute sa splendeur : Abracadabrantesque!

gp
Invité

… j’allais oublié de souligner que tout cela contribue bien entendu à la croissance et surtout à l’augmentation du PIB de la France! ca aurait dommage de ne pas le rappeler… Bref, il nous reste 5 ans pour inventer une autre société = IMPOSSIBLE :((

Dan1
Invité
Je constate une fois de plus le peu d’intérêt des commentateurs assidus pour les choses touchant au charbon et aux émissions massives de CO2, c’est à croire qu’il n’y a que le nucléaire (français de surcroît) qui est digne de leur intérêt.    Pourtant, pour tous les “Kohlekraft nein danke” et autres sauveurs de la planète, il y a beaucoup à dire sur le charbon en général et sur l’Afrique du Sud en particulier. Ce pays produit environ 240 TWh en émettant à peu près 225 millions de CO2 (et autres produits) à partir de la consommation de 125 millions de tonnes de… Lire plus »
Dan1
Invité
Pour le chauffage électrique en France, qui est la grande affaire avant Copenhague, il y a de l’énergie à dépenser. En revanche, quand les sud africains proposent de construire 11,2 GW de centrales à charbon entre 2009 et 2017, il n’y a plus personne ! Pourtant il y avait du boulot pour Kohlekraft nein danke. Sachant que leurs centrales thermiques ont un excellent facteur de charge (> à 85 %), on peut s’attendre à ce qu’elles produisent au moins 7 500 heures par an, soit au total 84 TWh (production d’environ 7 EPR). Sauf que ces super réacteurs à charbon vont émettre au moins… Lire plus »
Bernier
Invité

D’accord avec vous Dan1,les Sud-Africains auraient mieux fait de commander 7 ou 8 EPR(s) plutot que ces supers réacteurs au charbon qui vont émettre au moins 80 millions de tonnes de CO2 par an (2,5 fois plus que toute la production française d’électricité !)…

Dan1
Invité

On voit clairement que Kohlekraft nein danke c’est uniquement pour amuser la galerie. Vous aviez une occasion en or de vous faire “tout gros sur le sujet” et vous n’intervenez pas et ensuite vous esquivez ! Ceci dit les sud africains feront du charbon et du nucléaire (voir page 67 du rapport 2008) et ceci : Sachant que le nucléaire doit toujours et en tout lieu être responsable de toutes les misères !

Dan1
Invité
ça ne me dérange nullement puisque c’est faux. Le nucléaire n’est pas l’allié du charbon mais le concurrent et l’éventuel substitut car ils rendent le même service : fournir en masse de l’électricité à prix raisonnable. Ne mélanger pas tout. Sinon, puisque soit disant ils ne pouvaient pas obtenir rapidement des réacteurs nucléaires, pourquoi les sud africains n’ont-ils pas mis le paquet sur le EnR en installant par exemple 40 GW d’éolien ?? Pourquoi n’iriez vous pas faire pression sur eux pour qu’ils installent massivement des EnR. Ce serait plus bénéfique pour la planète que d’essayer de convaincre les français. Et puis,… Lire plus »
marcob12
Invité
Désintérêt, non. Mais tomber sur les sud-africains qui veulent se développer avec une électricité peu chère me semble inapproprié. Les USA se sont développés ainsi en grande partie et c’est clairement d’abord à eux et à nous (allemands et autres) de casser les reins au charbon pour permettre à d’autres de l’utiliser. Par rapport à la Chine ils sont également inexistants en terme d’émissions de CO2 et s’ils avaient opté pour du gaz (peu polluant) de beaux esprits leur seraient également tombés dessus. Il se trouve qu’ils ont 50 Gt de charbon chez eux, tentant… Après si on considère que… Lire plus »
Dan1
Invité

Bon d’accord pas la peine de sermonner les sud africains, il est bien normal qu’ils développent 11 GW de centrales à charbon dans les 8 prochaines années. Ceci dit le CO2 ne s’arrête pas à la frontière ! Enfin pouvez vous m’expliquer pourquoi ils développent du charbon alors qu’il serait si facile de mettre des EnR à la place puisque c’est possible massivement en Europe où on peut même à brêve échéance y remplacer le nucléaire et le charbon. Allez les sud africains un petit effort installez nous 40 GW d’éoliennes en 8 ans !     

marcob12
Invité
Une centrale thermique à charbon externalise une bonne part de ses coûts sur l’environnement et la société humaine en général. Ses coûts sont donc faibles, surtout quand le combustible ne vaut que le coût de l’extraction. Par ailleurs les sud-africains n’ont pas 15% du revenu annuel d’un français (et c’est une moyenne !) et pas le loisir de disserter devant un clavier sur la sensibilité du climat aux GES anthropiques et leur empreinte-CO2. Voilà pourquoi ils développent le charbon. Maintenant expliquez-moi pourquoi le Japon (300 Twh de charbon) et l’allemagne (autant) les USA et la Chine (>2000 Twh/an de charbon)… Lire plus »
christian
Invité

C’est à la limite du hors sujet, mais pas tant que cela… Avez-vous noté le nom qui s’affiche sur les maillots verts de l’équipe du Sud ? PS: pour Chelya, à propos du PBMR, voir l’article de Wikipedia assez complet, et Google qui sort une floppée de jolies illustrations.

Dan1
Invité
Chelya nous dit : “Eskom est en train de tourner casaque et d’investir massivement dans les EnR et l’efficacité énergétique…” C’est sûrement vrai… puisqu’il l’affirme ! Enfin regardons de plus près. télécharger les documents NB 0001 et RW 0001. On y voit effectivement un objectif de 1 600 MW d’EnR en 2025. Sachant que si c’est massivement de l’éolien il produira 4 fois moins que les centrales à charbon fonctionnant près de 8 000 heures par an. Nous aurons en 2025 1600 MW EnR équivalent à 400 MW charbon en terme de TWh produits. Par rapport à l’objectif de construction… Lire plus »
Dan1
Invité
En effet si on prend les chiffres globaux, le facteur de charge moyen des centrales à charbon est nettement inférieur à 8 000 heures (ça c’est pour quelques centrales). Prenons les chiffres globaux figurant page 216 et 217 du rapport annuel 2008. Nous trouvons que le charbon a produit 222,9 TWh nets avec une capacité nette installée de 33,566 GW, ce qui donne une moyenne de 6 640 heures par an. Ceci dit, si je prends uniquement Eskom, je ne fais pas une grosse erreur puisque Eskom produit 239,1 TWh sur un total de 250,6 TWh injecté sur le réseau soit 95,4… Lire plus »
marcob12
Invité
On patauge : j’ai bien lu que les sud-africains prévoyaient 10Twh de renouvelables en 2013 et qu’ils en étaient encore au dixième (selon le ministère de l’énergie), que les Danois étaient en pourparler (il semble y avoir un réel potentiel en afrique du sud pour l’éolien notamment off-shore), mais encore une fois l’argent est le nerf de la guerre et il est absent. Le dernier épisode en date voit Eskom se battre pour trouver les 52 milliards de $ dont il a besoin pour son plan d’expansion (essentiellement au charbon), le PDG partir, des rationnements électriques (depuis début 2008) car… Lire plus »
marcob12
Invité
Le projet Kenyan dont parle l’article mettra 3 ans (du premier coup de pioche au premier Twh) pour produire 2 Twh/an. Dans un pays qui en produit 7 c’est la meilleure formule, pour les sud-africains c’est une autre histoire. Il leur faudrait au minimum 20 fois ça et cela ne se ferait pas en trois ans. Allez trouvez les grues de levage, le personnel, pour des milliers d’unités en un laps de temps sommes toute court… Pour rappel la centrale de l’article produira infiniment plus de Twh et le rapport “temps de construction/Twh fournis” joue en faveur du charbon. La… Lire plus »
bmd
Invité
Marcob 12, je vous suggère, à vous et à d’autres ( çà ferait beaucoup de bine à Chelya, mais peut-être l’a-t-il lu et ne veut pas nous en parler?) la lecture d’un ouvrage de David MacKay disponible en ligne sur Internet ” sustainable energy without the hot air”. Quand vous l’aurez lu, soigneusement, ce qui vous prendra un certain temps, vous reviendrez nous dire ce que vous pensez des mirifiques promesses des ENR en Europe. Et pourtant, MacKay est un partisan des éoliennes! Mais, comme il le dit dans sa préface, il en avait marre des racontars incessants de ceux qui… Lire plus »
wpDiscuz