Alstom Hydro : 125 ME de contrat en Suisse

Alstom a remporté un contrat d’un montant de 125 millions d’euros pour équiper la nouvelle centrale hydroélectrique de Nant de Drance, située près de Finhaut dans le canton du Valais en Suisse.

Ce projet, qui réunit le fournisseur d’energie suisse Alpiq, Forces Motrices Valaisannes (FMV) et les chemins de fer fédéraux suisses CFF, constitue la toute première utilisation de la turbine à pompe à vitesse variable*. D’une capacité de production de 628 MW, la nouvelle centrale pourra à terme fournir suffisamment d’énergie pour couvrir la consommation moyenne d’électricité de plus de 600 000 foyers suisses.

Aux termes du contrat, Alstom fournira pour cette centrale quatre turbines Francis réversibles verticales de 157 MW, quatre unités moteurs-générateurs verticaux asynchrones de 170 MVA, ainsi que d’autres équipements clés, et assurera la livraison, la construction, la supervision et la mise en service sur site.

Cette nouvelle installation intègre deux technologies de pointe : d’abord, une turbine pompe conventionnelle qui pompe l’eau dans un réservoir situé dans le lac supérieur pendant les périodes creuses puis la libère pour produire de l’énergie pendant les heures de pointe ; ensuite, une turbine pompe à vitesse variable qui règle le niveau d’énergie consommé, permettant ainsi une meilleure régulation du réseau.

Les sites d’Alstom Hydro** à Grenoble (France) et Birr (Suisse) seront chargés de la conception et de la fabrication des équipements qui seront livrés d’ici à 2017. Les travaux de génie civil pour ce projet ont débuté en 2008.

"Nous sommes très fiers de pouvoir contribuer à ce que la Suisse puisse atteindre l’objectif qu’elle s’est fixée de fournir à tous une énergie propre et économique. Ce projet prouve une fois de plus la force d’innovation d’Alstom Hydro, permettant de préserver l’environnement tout en augmentant l’efficacité énergétique globale", a déclaré Philippe Cochet, Président d’Alstom Hydro.

La Suisse produit environ 66 000 GWh d’énergie par an, dont plus de 50 % à partir de l’hydroélectricité. En raison d’une demande toujours plus forte et d’une flotte vieillissante, 25 000 à 35 000 GWh par an doivent être remplacés ou renouvelés jusqu’en 2035, soit 50 % environ de la capacité installée actuelle. 20 % des Alpes environ étant situés en Suisse, la géographie du pays est particulièrement adaptée à l’utilisation de centrales de pompage-turbinage qui bénéficient des différences d’altitude existantes.

* Les centrales à turbine pompe utilisent seulement 2 % de leur production d’énergie pour pomper l’eau dans le réservoir. Les turbines-pompes conventionnelles ne peuvent fonctionner qu’à partir d’une quantité fixe d’énergie tandis que les turbines-pompes à vitesse variable peuvent réguler le niveau d’énergie consommé. Ainsi, elles continuent à fonctionner même à un niveau d’énergie réduit et assurent donc un remplissage constant du réservoir tout en contribuant à la stabilisation du réseau.

** Alstom Hydro, coentreprise entre Alstom et Bouygues dispose de turbines et de générateurs installés fournissant plus de 400 MW d’électricité, soit plus de 25 % de la capacité totale installée dans le monde en matière d’hydroélectricité.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Alstom Hydro : 125 ME de contrat en Suisse"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
lion
Invité

On l’oublie trop souvent mais l’hydroélectricité est une énergie renouvelable qui se prête bien au stockage électrique. Les Suisses sont des pragmatiques dans ce domaine très controversé chez nous.

Guydegif(91)
Invité
La Solution décrite ici des ”turbines-pompes à Vitesse variable pour optimiser le fonctionnement et les influences positives sur le réseau”, mériterait toute l’attention dûe et d’être prise en considération par les gens d’EDF EN et autres Engineerings ayant à étudier ou à reconsidérer les STEPs en tant que Solutions de ressources électriques pour ”stocker” des ressources aléatoires éoliennes et photovoltaïques, afin d’optimiser le ”bouquet de mix énergétique”…ainsi que pour réactualiser les sites hydro-électriques en place dûs pour revamping…. Certains, comme le 1er du genre, STEP Lac Blanc-Lac Noir dans les Vosges ayant 70 ans ou plus! les technos ont évolué depuis; on peut… Lire plus »
wpDiscuz