Amis de la Terre : L’impact négatif des biocarburants

L’ONG Les Amis de la Terre vient de publier une étude du bilan carbone des biocarburants utilisés au Royaume-Uni. Celle-ci considère les émissions de gaz à effet de serre (GES) liées au changement d’affectation des sols pour les cultures, notamment de soja du Brésil, d’Argentine et des Etats-Unis.

Les résultats de cette étude révèlent le bilan négatif des biocarburants : ils n’offriraient aucun avantage en termes d’émissions de gaz à effet de serre par rapport aux carburants fossiles.

Les Amis de la Terre Royaume-Uni ont chargé le cabinet indépendant de consultants Scott Wilson de calculer les émissions de gaz à effet de serre (GES) liées au changement d’affectation des sols. Une hypothèse prudente a été prise : un changement d’affectation des sols de 10%.

Les conclusions indiquent que les biocarburants utilisés au Royaume-Uni ont émis 1,3 million tonnes de plus que des carburants fossiles, depuis l’entrée en vigueur de l’obligation d’incorporation au Royaume-Uni, il y a un an.

Au Royaume-Uni, les biocarburants sont issus principalement de soja du Brésil, d’Argentine et des Etats-Unis, rappelle l’ONG. Dans ces pays, "l’expansion colossale des agrocarburants, dont le soja, nécessite de nouvelles terres qui sont prises sur des terres agricoles existantes, ou sur des écosystèmes naturels (forêts tropicales, forêts sèches, tourbières, etc)", écrit l’organisation écologique, qui rappelle que les écosystèmes stockent d’énormes quantités de carbone, et leur transformation en champs d’agrocarburants libère le carbone stocké dans la biomasse ou dans le sol. Or, ce changement d’affectation des sols n’est pas pris en compte dans les statistiques officielles,

Selon l’étude, les biocarburants utilisés depuis un an au Royaume-Uni correspondent ainsi à 500 000 voitures supplémentaires sur les routes.

Voir en ligne :

L’explication méthologique de l’étude

Les résultats

Partagez l'article

 



Articles connexes

avatar
  Souscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Biocarbs
Invité
Biocarbs

En se convertissant à la 2ème génération de biocarburants,ce problème pourrait être réglé .

Denlaf
Invité
Denlaf

Le changement d’affectation des terres agricoles ainsi que la déforestation pour augmenter la superficie de ces dernières ont un impact pour le moins négatif sur l’environnement. Souvent il arrive que celà prive des populations d’un aliment de base et il y a forcément augmentation des coûts reliés à l’alimentation. Le processus amène une augmentation de la concentration des G.E.S. dans l’atmosphère. Pire encore, à volume égal, ces biocarburants génèrent moins d’énergie que le pétrole. Les seuls biocarburants acceptables sont ceux qui sont fabriqués à partir des résidus non commestibles comme l’éthanol cellulosique (résidus provenant du maïs,du bois ou de la… Lire plus »

Francis
Invité
Francis

Dans ces carburants de première génération « on « oublie trop souvent le jatropha ! Sa culture « peut « se faire proprement écologiquement et socialement !     A condition qu’elle ne dépende pas d’intérets liés au rendement financier à court terme et à hauts revenus . Je suis persuadé qu’on peut cultiver du jatropha tout en gagnant des terres pour les cultures vivrières et en faisant du développement local intégré !    C’est une question d’éthique et de volonté . Pouquoi toujours chercher ailleurs et plus tard quand on a une solution ? A + Francis

Biocarbs
Invité
Biocarbs

C’est vrai que le Jatropha  c’est bien aussi, j’aurai du le citer aussi .Merci à Francis de l’avoir rappeller .

pasnaif
Invité
pasnaif

car ils prennent bien soin d’inclure la déforestation (supposée) dans le bilan de la première année: c’est là que l’on peut voir la volonté cachée de démolir ces biocarburants. En effet, pour reproduire chaque année la même quantité de biocarburant, la parcelle déforestée du début n’aura plus jamais besoin d’être déforestée! La pénalisation initiale du bilan carbone (supposée, malgré les prétentions des amis de la terre, je n’en ai aucune preuve et leur attitude non neutre m’engage à être méfiant) en cumulé sur des années va s’amenuiser avec le temps. C’est comme si quelqu’un de mal intentionné critiquait les sacro-saintes… Lire plus »

Koko
Invité
Koko

La meilleure voiture est celle que l’on n’utilise pas ! Donc transports en commun, vélo, train, marche, et pour ceux qui sont un peu casse cou rollers et trotinettes 😉 …

Nidou
Invité
Nidou

Les biocarburants ont étaient idéalisé, car c’est nouveau et ça change, bien entendu c’est une nouvelle forme d’énergie à ne pas négliger, ce qui n’est pas acceptable c’est qu’en disant que la production de CO2 par l’utilisation d’huile de colza (par ex) et que cette production sera compensé à 100% par la replantation de colza n’est pas une information complète pour juger du bon usage de cette énergie, il faut toujours voir et analyser le cycle complet, de la production, par ex, quand a l’utilisation excessive de l’eau pour le nettoyage et par conséquent la pollution et la diminution de… Lire plus »

Je_roule_a_velo
Invité
Je_roule_a_velo

Les biocarburants créés à partir d’algues sont certainement plus intéressant. En effet, les algues ne prennent pas la place des cultures agro-alimentaires classiques. De toute façon, comme rappelé ci dessus, la meilleure voiture est celle qu’on utilise pas!

Nidou
Invité
Nidou

Je ne me connaîs pas très bien dans la matière des algues, mais à mon avi ils doivent surement avoir un rôle assez important dans l’écosystème et surement essentiel pour la chaine alimentaire marine, mais ce que je pense qu’avoir de nouvelles idées d’exploitation n’est pas un problème en soi mais il ne faut pas rentrer dans l’excès, le principal problème des humains….