Enerzine

Antartique : lac situé à 4000 mètres sous les glaces

Partagez l'article

Des scientifiques russes comptent terminer en 2008-2009 les forages qui leur permettront d’atteindre le lac Vostok, dont les eaux enfouies sous 4 kilomètres de glace dans l’Antarctique constituent un écosystème unique.

Cet espace aquatique grand comme le lac Ontario est isolé de la surface depuis maintenant environ un million d’années, ce qui en fait une structure fossile tout à fait inédite. L’absence totale de lumière, la forte pression et la composition particulière de l’eau (gaz et composition chimique), ajoutés à son isolement complet, laissent penser aux chercheurs qu’il y existe des formes de vie absolument distinctes de celles connues de la science contemporaine.

Selon M. Nikolaï Vassiliev, directeur de la chaire des technologies de forage de l’Université de Saint-Pétersbourg, après avoir atteint 3.000 mètres sous le niveau de la mer, le puits a permis d’observer des changements substantiels dans la structure de la glace, qui contient notamment des cristaux en nombre plus important. Des protéobactéries et des actinomycètes probablement âgés d’environ 500.000 ans avaient également été trouvés auparavant dans les prélèvements de glace. Le forage, qui a débuté dans les années 1970 alors qu’on ignorait encore tout de l’existence de lac, était réalisé dans le cadre d’études paléo-climatiques. Le puits atteint actuellement 3.663 mètres.

L’étude du lac joue un rôle capital dans la compréhension et l’étude des changements climatiques des prochains millénaires et de la formation de la planète. L’opération de forage permettra en outre de jeter les bases de la future exploration d’Europe, la lune glacée de Jupiter, qui recèle peut-être un océan liquide sous une épaisseur de glace similaire et pourrait contenir des formes de vie extraterrestre.


Partagez l'article

 



             

    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    Soyez le premier à commenter !

    Me notifier des
    avatar
    wpDiscuz