Août 2015 : livraisons de produits pétroliers en hausse de 7,4% sur 1 an

Selon les derniers chiffres du Comité Professionnel du Pétrole (CPDP), les livraisons de produits pétroliers en août s’élèvent à 5,101 millions de tonnes, en hausse de 7,4 % par rapport à août 2014.

En cumul, elles augmentent de 2 % pour s’établir à 39,519 Mt.

Les livraisons de fioul domestique en août 2015 à 820 579 m3 sont en hausse de 67 % par rapport à août 2014 et +11,4 % depuis le début de l’année.

Les livraisons de carburants routiers sur le marché français se sont élevées à 4,05 millions de mètres cubes en août 2015, en hausse de 1 % par rapport à août 2014. Cette évolution résulte de la baisse de 0,6 % des livraisons de supercarburants sans plomb et de la hausse de 1,4 % des livraisons de gazole.

La part du gazole dans la consommation française de carburants routiers a été de 79,7 % en août 2015 en légère baisse par rapport à juillet (- 0,5 %).

Sur les huit premiers mois de l’année 2015, la consommation française de carburants routiers est en hausse de 1 % parrapport aux huit premiers mois de l’année 2014.

En année mobile, entre le 1er septembre 2014 et le 31 août 2015, la consommation française de carburants a atteint 50,42 millions de mètres cubes, en légère hausse de 1,4 % par rapport à la consommation des douze mois mobiles précédents. La part du gazole dans la consommation de carburants durant ces douze mois représente toujours 81,3 %.

« L’augmentation de 2 % de la consommation de produits pétroliers en France sur les 8 premiers mois de l’année 2015 par rapport aux 8 premiers mois 2014* est un changement notable qui résulte en grande partie de la baisse importante des prix, en particulier sur le fioul domestique », a déclaré Francis Duseux, président de l’UFIP.

Partagez l'article

 



         

Articles connexes

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Août 2015 : livraisons de produits pétroliers en hausse de 7,4% sur 1 an"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Tech
Invité

avec un prix du diesel qui était autour de 1,10 euros au lieux de 1,30 comment pouvait il en être autrement? ces stats sans commentaires sont comme tous les mois affligeantes, merci à Enerzine de demander a leurs auteurs d’étayer leurs propos avec les raisons autant que se peut justifiées des hausses et des baisses!

wpDiscuz