Arkema et le CEA vont collaborer dans l’électronique organique

Arkema, premier chimiste français et l’organisme public de recherche du CEA ont annoncé lundi l’élargissement de leur collaboration déjà effective dans le domaine du photovoltaïque, en créant deux laboratoires communs de recherche dans la micro-électronique et l’électronique organique.

Ces laboratoires mixtes publics/privés devrait permettre le développement de nouveaux matériaux de très haute performance et leur intégration dans les procédés de fabrication dans des secteurs porteurs de la filière électronique française. Ils réuniront d’une part l’expertise d’Arkema dans le design et la production de polymères haute performance avec les compétences des chercheurs du CEA dans la conception et les procédés d’élaboration de composants électroniques.

Les laboratoires CEA-Leti (Laboratoire d’Electronique et de Technologie de l’Information) et CEA-Liten (Laboratoire d’Innovation pour les Technologies des Energies Nouvelles et les nanomatériaux) constituent des centres de recherche appliquée de renom, en microélectronique et en technologies de l’information pour le premier, et dans les nouvelles technologies de l’énergie pour le deuxième.

Dans la cadre de sa collaboration avec le Leti, Arkema s’appuiera sur son expertise en nano-structuration des polymères pour produire de nouveaux matériaux qui permettront d’optimiser les performances des composants silicium et de réduire de façon significative leurs coûts de fabrication dans les prochaines générations de circuits intégrés.

Dans le cadre de sa collaboration avec le Liten, Arkema, qui dispose d’une famille de polymères techniques de choix (polymères fluorés, piézoélectriques, thermoplastiques nanostructurés) répondra aux enjeux technologiques du secteur de l’électronique imprimée grande surface (écrans souples, emballages et textiles intelligents, panneaux photovoltaïques), tels que la durée de vie des systèmes, le coût de fabrication ou l’intégration de plusieurs fonctions sur un même support. En effet, l’utilisation de matériaux organiques, plutôt que le silicium, permet de concevoir un nouveau champ de composants imprimables, transparents et souples qui sont intégrés sur des produits électroniques imprimés grandes surfaces.

"Ces partenariats entre Arkema et le CEA sont parfaitement adaptés au développement de nouveaux matériaux utilisés en lithographie et en électronique organique. Ces collaborations illustrent aussi un nouvel axe de recherche de notre groupe, la micro-électronique, et concrétisent notre aptitude à innover dans des domaines d’applications à forte valeur ajoutée", s’est félicité Christian Collette, directeur de la recherche & développement d’Arkema.

"La mise en place de ces deux laboratoires communs illustre pleinement la mission du CEA dans son soutien au développement de filières industrielles françaises" a commenté Jean Therme directeur de la recherche technologique du CEA. "L’association des moyens technologiques du CEA, dans les domaines de la micro-électronique et des énergies renouvelables, avec Arkema, l’un des leaders mondiaux de la chimie de spécialité, sera génératrice d’innovations, et à terme de compétitivité".

Partagez l'article

 



            

Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz