Enerzine

Arrêt d’OSIRIS fin 2015 : « C’est toute la population qui paiera cash… »

Partagez l'article

Selon la CGT, la décision d’arrêter le réacteur OSIRIS fin décembre 2015 vient d’être prise par le gouvernement alors même que de nombreuses alertes avaient été lancées non seulement par les salariés, mais aussi par l’académie de médecine, des sénateurs, des députés, et des organismes Européens.

Les salariés du réacteur OSIRIS du CEA Saclay sont en grève depuis le 23 juin, à l’appel des organisations syndicales (CGT et FO), pour demander le report de l’arrêt de ce réacteur notamment producteur de radio éléments pour l’imagerie médicale.

"Arrêter OSIRIS fin 2015, avant que le réacteur RJH (Réacteur Jules Horowitz à Cadarache) ne soit opérationnel vers 2020 est une hérésie tant financière que sanitaire" dénonce la CGT. "Elle aura pour conséquence une pénurie de radio éléments technétium 99 dès fin 2015, éléments nécessaires pour la scintigraphie médicale."

Ce réacteur, le plus jeune de sa génération, maintenu dans un état jugé "exceptionnel de fonctionnement", pourrait continuer à apporter les services nécessaires au maintien des conditions de sûreté des réacteurs nucléaires de production d’électricité, les résultats nécessaires aux études de recherche et développement en cours, et la capacité de maintien d’un niveau nécessaire de production de radio éléments pour le médical.

"Ces différents éléments dont les salariés ont une forte conscience, leur rendent incompréhensible la décision du gouvernement" déplore à nouveau le syndicat. "C’est toute la population qui paiera cash ces choix de court terme, opérés au mépris de l’intérêt général et de la santé."

Et de conclure que les conséquences des politiques menées sur les services publics sont aujourd’hui visibles : "transports, énergie, santé, éducation rien n’est épargné. Seule l’intervention des salariés pourra contrarier la spirale infernale dans laquelle nous entraînent les dirigeants de notre pays."


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    8 Commentaires sur "Arrêt d’OSIRIS fin 2015 : « C’est toute la population qui paiera cash… »"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    Sonate
    Invité

    Ce serait bien si l’article mentionnait les raisons invoquées par le gouvernement pour arrêter ce réacteur.

    Devoirdereserve
    Invité

    Ca va sans doute vous paraître maigre : C’est à ce titre qu’Osiris avait été autorisé à continuer provisoirement.

    Guydegif(91)
    Invité
    Oui, Osiris a 48 ans ! et vu l’âge des constituants, de potentiels pbs de sûreté, certes. Ce que je trouve par contre complètement déplacé et incohérent, c’est qu’en en 2008 (il y a donc 6 ans !) et puis en 2011, le Collège de l’ASN a décidé de fixer une fin de fonctionnement en 2015. Qu’ont fait les gens du CEA et autres décideurs du budget de fonctionnement d »OSIRIS après ce bilan ASN? On peut se poser la question ! c’est là qu’est le vrai pb ! Un management inconscient(?), irresponsable(?), qui ne sait pas prévoir?, planifier, anticiper, décider?… Lire plus »
    Homer
    Invité

    « Oui, Osiris a 48 ans ! et vu l’âge des constituants, de potentiels pbs de sûreté, certes. » ha oui ? Pouvez vous nous les détailler ? Parce que les risques d’accident d’un réacteur ouvert sont quand même très très limité, il y en a toujours mais bon faut pas fantasmer. En cas d’AAR la puissance thermique à évacuer serait de 700 kW ça reste résonable même en situation critique.

    Sicetaitsimple
    Invité

    Qu’ont fait les gens du CEA et autres décideurs du budget de fonctionnement d »OSIRIS après ce bilan ASN? Bah ils ont semble-t-il appliqué une décision de l’ASN, jusque là rien d’anormal, surtout avec un préavis de 7 ans. Que la CGT gueule en appelant à la menace sur la santé publique, honnètement…. On ne va pas comparer à Enerplan, ça n’aurait pas de sens, mais c’est parfois aussi ridicule.

    Guydegif(91)
    Invité
     »Qu’ont fait les gens du CEA et autres décideurs du budget de fonctionnement d »OSIRIS après ce bilan ASN?  » Sachant que le CEA devait avoir le souci d’assurer une  »continuité de service » à fournir ce qu’Osiris fournit ce jour, …il était de son devoir, après les directives de l’ASN, d’assurer la rélève à Cadarache DANS LES TEMPS !, Non?, càd que le réacteur RJH de Cadarache tourne AVANT qu’on ait à arrêtre Osiris ! Logique, non? Overlap et pas Underlap, il vaut mieux ! Mais voilà! ce n’est pas le cas, semble-t-il car le réacteur de Cada ne sera opérationnel… Lire plus »
    Devoirdereserve
    Invité
    @Guydegif(91) L’ASN a demandé les ECS, suite à Fukushima. C’était certes nécessaire. Mais tous les organismes ont pris du retard dans leurs plannings, tant le CEA (qui a de nombreuses INB à faire valider) que l’IRSN qui examine les dossiers. Plus de sûreté à un endroit se traduit par plus de risques ailleurs. C’est toujours ainsi. Et dans ce cas, c’est l’ASN (en charge des applications médicales du nucléaire) qui arbitre. N’exagérons pas le risque : il existe certainement des alternatives, d’autres isotopes et d’autres machines pour les produires : GANIL/SPIRAL2, Cyrcé… (je n’ai pas vérifié ce que chacune fait,… Lire plus »
    Sicetaitsimple
    Invité

    et pas underlap. Je ne suis pas non plus un spécialiste, mais j’imagine qu’on pourra se procurer le produit ailleurs.Les sources (Wikipedia et autres) semblent assez contradictoires sur le sujet. Mais donc je comprends qu’avant (c’est un exemple) de fermer Fesseinheim vous suggérez d’avoir construit une capacité « garantie » d’autres moyens de production?

    wpDiscuz