Avancées vers du biogaz issu de déchets agricoles

Des chercheurs de l’Institut Fraunhofer ont mis au point une unité de production de biogaz fonctionnant exclusivement aux déchets de céréales.

Pour éviter de faire entrer en concurrence un usage énergétique des produits agricoles à leur usage alimentaire, les chercheurs du Fraunhofer Institut se sont concentrés sur l’utilisation exclusive des déchets de l’agriculture.

"Dans notre unité pilote, nous utilisons exclusivement des déchets agricoles, comme les tiges de maïs. C’est-à dire le plant de maïs sans le maïs. Cela permet de générer 30% de biogaz en plus que les usines de production traditionnelle", explique Michael Stelter, directeur du département IKTS.

Jusqu’à présent, les procédés existants ne pouvaient utiliser les déchets végétaux qu’en proportion limitée. "Les tiges de maïs contiennent de la cellulose qui ne peut être directement mise en fermentation", poursuit M.Stelter.  "Mais dans notre usine, la cellulose est brisée par des enzymes avant la mise en fermentation."

Ce procédé permet de réduire le temps de décomposition des matières végétales. La biomasse est habituellement conservée en cuve de fermentation pendant 80 jours. Ici, le pré-traitement de la biomasse réduit cette phase à 30 jours, ce qui renforce l’efficacité générale du système.

Les chercheurs parviennent ainsi à générer 30% de biogaz de plus que les procédés existants. Une pile à combustible à haute température vient compléter le dispositif en convertissant le gaz en électricité, avec une efficacité de 40 à 55%. Généralement celle-ci se situe autour de 38%.

Les chercheurs estiment pouvoir atteindre une efficacité générale de l’ordre de 85%, quand la moyenne se situe autour de 38%. Pour cela, il leur reste à développer un système de cogénération qui récupérerait la chaleur (850 °C) de la pile via un réseau de chauffage.

L’unité pilote offre une puissance de 1,5 kW. Progressivement, ils espèrent en tirer une puissance de 2 MW.

Le projet a été mené en collaboration avec plusieurs PME. Il sera présenté en avril prochain, lors du salon de Hannover-Messe.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

4 Commentaires sur "Avancées vers du biogaz issu de déchets agricoles"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Guydegif(91)
Invité

QQ bonnes pistes et perspectives mises en évidence dans cet article. Déchets agricoles…(dont lisier?)…30% de biogaz en plus…30j au lieu 80j…ù d’efficacité au lieu 38%…voire une efficacité globale de 85%…sous réserve de mettre en place cogénération….                                                      Que demande le peuple ! des chiffres encourageants ! Keep going ! Ruhig weiter fahren ! Bonne continuation ! A+ Salutations Guydegif(91)

marcob12
Invité

Poursuite des progrès dans une filière à gros potentiel. Je suis toujours un peu étonné qu’on ne songe pas plus à collecter les déchets organiques là où ils posent le plus de problèmes tout en étant facile à collecter : les villes. J’ai lu que les allemands envisageaient de remplacer leur parc nucléaire par du biogaz (produit en grande partie par des déchets) et injectaient déjà du biogaz dans leur gazoduc. On est ici loin de tout ça, même si les firmes allemandes commencent à arriver dans l’est.

Yrouaud
Invité

Le procédé membranaire largement utilisé aux Etats-Unis permet de valoriser efficacement le biogaz en bio méthane dans le but d’alimenter directement des flottes de véhicules ou d’injecter le biométhane issu de la fermentation dans les réseaux de distribution de méthane.Plus d’information sur ce site:  

Momo
Invité
Un simple calcul montre que si les Allemands voulaient remplacer leur nucleaire par du biogaz issus des dechets organiques urbains , il leur faudrait importer la totalite des ordures et autres dechets de l’Europe ! Et cela n’y suffirait pas … quand on sait que leur systeme de tri ” Dual System ” leur coute actuellement environ 800 a 1000 EUR / tonne de dechets ( ce montant  est  celui qui permet aux Bengladais de VIVRE ! ….. 2 a 3 EUR / jour / capita ) , je vs. laisse libre de calculer le prix de revient du KWh… Lire plus »
wpDiscuz