Batiplum : la plume, c’est son truc !

Une fois traitées (dépoussiérage, dégraissage, nettoyage, traitement anti-acarien et anti-microbien…), les plumes de canard et d’oie sont mélangées à de la laine de mouton et à du polyester selon les proportions suivantes : 70 % de plumes sécurisées et labellisées Oekotex standard 100 classe 2 (label textile européen pour une utilisation en contact direct avec la peau sans risques cutanés), 10 % de laine, 20 % de fibres textiles thermofusibles. Point d’autre ingrédient mystère ni de poudre de perlimpinpin. Seul un non-tissé de coton enveloppant vient compléter la fabrication pour éviter un éventuel envol de plumes lors de la manipulation.

Les qualités d’isolation thermique de la plume ne sont plus à prouver, que ce soit contre la chaleur ou contre le froid comme en témoigne la présence de palmipèdes sous des latitudes extrêmes. Qu’elle soit de canard ou d’oie, elle peut emmagasiner une grande quantité d’air en gardant toujours le même volume. Son pouvoir hygrométrique est également très important : elle peut absorber jusqu’à 70 % de son poids en eau tout en conservant ses caractéristiques d’isolation. Elle régule ainsi l’humidité ambiante d’une habitation. Sa composition tubulaire fait de Batiplum un véritable labyrinthe offrant un poumon à cette habitation.

La laine confère à la nappe isolante une élasticité naturelle et constante. Elle mémorise sa forme. Pouvant contenir plus de 30 % de son poids en eau, elle régule aussi l’humidité ambiante en la stockant par temps humide et en la diffusant lentement par temps sec.

Enfin, les fibres textiles assurent le liage, par thermofusion à plus de 150° C, de la laine avec la plume, évitant l’introduction dans Batiplum de colle ou de résines, à base de phénol ou de formol, extrêmement nocives pour la santé.

Pour la pose (sol, mur, toiture), Batiplum jour une nouvelle fois la simplicité. Il suffit d’une bonne paire de ciseaux ou d’un cutter, d’un peu de colle ou de fixations mécaniques usuelles et le tour est joué.

Quant aux qualités écologiques du produit, elles semblent évidentes. Cet isolant est recyclable et nécessite peu d’énergie pour sa fabrication. Il est parfaitement adapté aux exigences de qualité HQE.

[ Archive ] – Cet article a été écrit par Marc Chartier

Partagez l'article

 



Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz