Bénéfice record de 13,92 Mds pour Total en 2008

Le groupe pétrolier français TOTAL, a annoncé un résultat net ajusté de 13,9 milliards d’euros (M€), en hausse de 14% par rapport à 2007.

En commentant les résultats, Christophe de Margerie, Directeur Général, a déclaré :

"L’environnement de l’industrie pétrolière a été très contrasté en 2008. Au cours de la première partie de l’année, le prix du Brent a augmenté de façon rapide et continue pour atteindre près de 150 dollars par baril ($/b) en juillet. La deuxième partie de l’année a été marquée par le ralentissement brutal de l’économie mondiale qui a entraîné le prix du Brent jusqu’à un plus bas annuel de 35 $/b en décembre. En moyenne, il s’est établi à 97 $/b sur l’année et à 55 $/b au quatrième trimestre.

Les marges de raffinage européennes ont été bonnes en moyenne sur l’année, portées par une demande toujours soutenue en diesel. La pétrochimie, plus en aval de la chaîne pétrolière, a souffert au premier semestre de la hausse rapide du prix du brut ; au second semestre, les marges se sont rétablies mais la demande s’est affaiblie fortement en raison du ralentissement de l’économie mondiale.

Le dollar a également affiché une importante volatilité, se dépréciant en moyenne de 7% par rapport à l’euro sur l’année mais s’appréciant de 14% au cours du quatrième trimestre 2008.

Dans cet environnement, le résultat net ajusté exprimé en dollars de Total a affiché un plus haut historique à plus de 20 milliards de dollars au titre de l’année 2008, en hausse de 22%. Cette performance a été possible en dépit de la baisse de 16% du résultat net ajusté du quatrième trimestre qui s’établit à 3,8 milliards de dollars. Total a néanmoins montré ce trimestre la bonne résistance de ses résultats dans un environnement dégradé et la pertinence de sa stratégie intégrée.

Total a investi plus de 18 milliards de dollars en 2008, en hausse substantielle par rapport à 2007, pour continuer à préparer le long terme. Total maintient la priorité à la sécurité et à la fiabilité de ses installations ainsi qu’à la préservation de l’environnement. Le Groupe s’est aussi engagé sur de nouveaux projets long terme avec notamment Usan dans l’offshore profond nigérian, la raffinerie de Jubail en Arabie Saoudite, des acquisitions ciblées dans les huiles lourdes en Amérique du Nord et à Madagascar et plusieurs projets dans les énergies renouvelables.

En maintenant une stricte discipline quel que soit l’environnement, Total a pu réaliser ce programme en conservant une forte rentabilité, en proposant un dividende au titre de 2008 en hausse de 10% et en renforçant son bilan. Le taux d’endettement net s’établit ainsi à 23% à fin 2008 contre 27% à fin 2007. En parallèle, Total conserve un niveau important de liquidités et entend poursuivre sa politique de désengagement progressif des participations non stratégiques.

En raison de son activité, Total est confronté à de nombreux risques : industriel et de sécurité notamment. Les événements de ces derniers mois, au Nigeria, en Libye et en France, sont là pour nous rappeler que la vigilance et les efforts d’amélioration ne peuvent en aucun cas être relâchés, en particulier dès que la sécurité des personnes et la protection de l’environnement sont concernées.

Total aborde 2009 confiant dans sa capacité à traverser une crise économique majeure, sans remettre en cause sa capacité d’investissement et son développement pour le long terme. Total est déterminé à maintenir une stratégie équilibrée de croissance pour le bénéfice de ses collaborateurs, ses actionnaires et toutes ses autres parties prenantes."

Les faits marquants depuis le début du quatrième trimestre 2008 ont été :

  1. Production d’hydrocarbures de 2 354 kbep/j au 4ème trimestre
  2. Redémarrage de la production d’Al Jurf en Libye fin décembre
  3. Lancement du projet d’augmentation de capacité d’OML 58 au Nigeria et d’une nouvelle phase du développement du champ de Bongkot Nord en Thaïlande
  4. Concentration de l’activité styrène en Europe sur Gonfreville et démarrage d’une unité de taille mondiale
  5. Nouvelles découvertes sur le permis de Moho Bilondo en République du Congo, sur le champ Etisong au Nigeria, au Brunei et en Thaïlande
  6. Extension du domaine minier avec l’entrée dans le bloc 70 au Yémen, l’obtention de trois nouveaux blocs en Mer du Nord britannique et la prise de participation dans les blocs OPL 279 et 285 dans l’offshore profond nigérian
  7. Accord avec la compagnie nationale libyenne pour renouveler les contrats de blocs C17 et C137 et extension des concessions d’Aguada Pichana et de San Roque en Argentine jusqu’en 2027
  8. Prise de participation de 50% dans un programme de recherche visant à produire des hydrocarbures à partir de schistes bitumineux dans le Colorado, aux États-Unis
  9. Prise de participation dans Konarka, start up américaine spécialisée dans la technologie photovoltaïque organique
  10. Consolidation des positions dans les huiles lourdes avec le lancement d’une offre publique pour l’acquisition d’UTS Energy au Canada
Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Bénéfice record de 13,92 Mds pour Total en 2008"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
renewable
Invité

On peut rêver et imaginer Total investir quelques milliards dans l’hyrdaulien ou le solaire pour faire de la France un leader dans ces domaines?

wpDiscuz