BioMara, les carburants d’algues à l’étude

Le 3 avril a été lancé le programme européen BioMara, qui vise à développer les algues comme solution de carburant alternative.

BioMara a reçu 4,8 millions d’euros du programme européen Interreg IVA, destiné à la coopération ente l’Irlande du nord, la région frontalière de l’Irlande, et l’Ouest de l’Ecosse. Le budget total s’élève à 6 millions d’euros.

"Les cultures de biocarburants conventionnels entrent en compétition avec l’agriculture et la nature pour l’utilisation de la terre et de l’eau, commente le Dr Stanley, directrice du programme. "Ce dont nous avons besoin, c’est de plantes à croissance rapide, facilement utilisables, qui poussent dans des environnements non utilisés pour l’agriculture ou la préservation."

"L’algue marine pourrait être une partie de la solution, espère-t-elle. Les algues poussent rapidement, capturent le dioxyde de carbone et ont une structure simple qui les rend faciles à convertir en carburant. Beaucoup de recherche et développement sont nécessaires pour libérer  le potentiel des algues pour les biocarburants."

"En plus des algues, nous allons étudier les souches de microalgues qui sont les plus appropriées pour la production et la culture de carburant à échelle industrielle", poursuit-elle.

BioMara se consacrera à l’étude de l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement, de la culture des algues à l’utilisation du combustible dans les communautés reculées. En effet, une partie du programme se concentrera sur l’utilisation de ces carburants dans les zones rurales isolées.

Le projet rassemble les universités de Strathclyde en Ecosse, la Queen’s University de Belfast, l’Université d’Ulster en Irlande du Nord, le Dundalk Institute of Technology et l’Institut Sligo de technologie d’Irlande.

Partagez l'article

 



Articles connexes

avatar
  Souscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Denlaf
Invité
Denlaf

Certaines algues peuvent être transformées en biocarburant, c’est une piste prometteuse. Cependant, une autre avenue pourrait être avantageusement exploitée : les microalgues. Ces algues ont la propriété de consommer le dioxyde de carbone, Suite à cette réaction, il y a production d’oxygène et de glucides. C’est donc le début de la chaine alimentaire marine en plus d’être un inhibiteur du réchauffement climatique en consommant le dioxyde de carbone. N’oublions pas que ce sont ces microalgues qui ont rendu la vie possible sur notre planète…et maintenant elles pourraient nous sauver la vie. Davantage sur : http://www.denis-laforme.over-blog.com

Algorio
Invité
Algorio

Tout ceci ne nous dit pas combien de temps il faudra pour passer à l’industrialisation massive pour produire des ALGOCARBURANTS par dizaines de millions de tonnes .