Bolivie et Brésil s’accordent sur l’hydroélectricité

Le vice-ministre bolivien en charge de la Biodiversité, des Forêts et de l’Environnement Juan Carlos Alurralde a informé le chancelier David Choquehuanca de conclusions de la réunion technique sur les permis de construire de centrales sur le fleuve brésilien Madeira et de son impact sur l’Amazonie bolivienne.

La Chancellerie bolivienne avait envoyé un mois auparavant un courrier à son homologue brésilien exprimant sa préoccupation quant au permis de construire pour les 2 centrales hydroélectriques, sans avoir analysé les impacts environnementaux, sociaux et économiques sur les affluents du fleuve Madeira. Il est prévu que ces centrales fonctionnent en 2010 et produisent à elles deux 4 450 mégawatts. Pour sa construction, plus de 1 milliard de dollars devraient être investis.

Les autorités de l’Institut de l’Environnement et des Ressources Renouvelables du Brésil (IBAMA) ont garanti que les résidus transportés avec les eaux ne laisseraient pas de dépôt dans les turbines. Ils ont assuré que les poissons pourraient continuer à circuler librement au moment de la reproduction et qu’ils contrôleraient la quantité de mercure présent dans les eaux.

 
BE Amérique Latine numéro 37 (24/09/2007) – Ambassade de France au Chili / ADIT – http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/51124.htm
Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz