Bosch Solar : carton rouge au gouvernement !

Passé inaperçu des radars large bande des média, le gouvernement a abandonné Jeudi 10 octobre toute volonté de développer un jour l’énergie solaire photovoltaïque en France. Au rencart donc le projet « Airbus du solaire », porté par le consortium germano-franco-suisse « xGWc » pour sauver à Vénissieux l’outil industriel le plus moderne d’Europe (Bosch Solar). En passant, on jette à l’encan 250 emplois et au delà, la « priorité des priorités » du président, alors que tant de PME de la filière ferment leurs portes. Existerait-il de « mauvais » emplois !?

Les énergies renouvelables étaient encore en septembre, qualifiées de « primordiales » par François Hollande (cf. conférence environnementale). Et c’est par des grands moulinets martiaux que le ministre du redressement productif appelait au développement d’une filière solaire nationale tout en défendant au niveau européen une taxe anti-dumping sur les modules photovoltaïques chinois.

Dans un revirement spectaculaire, l’exécutif considère maintenant (avec un certain mépris) la filière photovoltaïque comme une « industrie de commodité », donc inutile en France, attisant la suspicion quant à ses motivations profondes. Elles sont triviales : ce sont celles des « champions nationaux » des énergies fossiles (Total & GDF-Suez) qui ne veulent pas voir se réduire leur rente (importation de pétrole ou de gaz). Et tant pis pour notre dépendance énergétique qui nous coûte 60 milliards d’euros par an ! Le gouvernement entérine donc : (a) qu’il vaut mieux protéger ce qui pollue que ce qui ne pollue pas, (b) qu’il souscrit à l’inévitable augmentation des prix de l’énergie que cela implique et (c) qu’il est inutile de défendre l’emploi d’une filière indispensable à la transition énergétique. Bel exemple de subordination aux lobbies du passé alors que nous devrions regarder l’avenir.

Mais alors, pourquoi avoir donné tant d’espoir à la France avec ce « Grand débat sur la transition énergétique » qui sitôt achevé, voyait le projet de loi remis aux calendres grecques ? La transition énergétique serait-elle une nouvelle promesse galvaudée par le gouvernement (dans l’impassibilité singulière des Verts) ?

Bosch Solar comme toute la filière solaire ne demandent qu’une visibilité à moyen terme (objectifs & conditions tarifaires ad hoc) pour que puisse renaître une industrie d’avenir. Rappelons qu’en 2 ans, 15.000 emplois furent détruits en France pour préserver, au fait, combien d’emplois chez Total ou GDF-Suez ? Car le solaire photovoltaïque, c’est plus de 100.000 mégawatts installés dans le monde et près de 100 MW installés par jour (!) en 2012. Ce n’est pas une industrie de commodité.

Gâchis, illisibilité, caporalisme, pied de nez au climat… Nos enfants apprécieront. Le changement, c’est pour plus tard ou avec d’autres ? Carton rouge ![1]

[1] On pourra signer et diffuser massivement « l’appel à soutien national » lancé par Yannick Jadot (député européen EELV) et la CFDT de Bosch Solar [ici]

[ Archive ] – Cet article a été écrit par B. Praderie

Partagez l'article

 



Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz