Enerzine

Brésil : 1 kg de viande génère 335 kg de dioxyde de carbone !

Partagez l'article

D’après une récente étude autrichienne et néerlandaise, la production d’un kilogramme de viande au Brésil génèrerait 335 kilogrammes de dioxyde de carbone (CO2), ce qui correspondrait approxi- mativement aux émissions d’une voiture européenne de taille moyenne sur plus de 1.600 kilomètres,

En prenant l’exemple du bœuf hollandais, celui s’élèverait quand même à 22 kilogrammes de CO2 ou 111 kilomètres en voiture.

Kurt Schmidinger de l’Université de Vienne et Elke Stehfest de la PBL Netherlands Environmental Assessment Agency ont apporté un ajout fondamental à la méthode classique d’évaluation du cycle de vie (ECV) pour l’alimentation, présent maintenant en ligne dans le Journal international de l’évaluation du cycle de vie (Journal of Life Cycle Assessment).

Cette innovation particulière consiste en l’intégration dans les calculs de la zone utilisée pour la production en plus des émissions résultant de la production d’aliments. Bien qu’ils jouent un rôle central pour le climat, les effets de l’utilisation du terrain ont été jusqu’à maintenant ignorés dans les bilans climatiques. L’occupation de zones gigantesques empêche la végétation naturelle de repousser. Cette végétation absorberait le CO2 de l’atmosphère d’une manière équivalente à l’action d’une éponge et stabiliserait le climat mondial.

Grâce à la publication maintenant effective de cette évolution sur l’ECV, l’exigence de la zone nécessaire pour un produit est ajoutée comme une « opportunité manquée de puits de carbone » dans le bilan des émissions liées à la production de nourriture.

Le kilogramme de viande de poulets néerlandais est le produit animal générant le bilan CO2 le plus bas, avec 6,2 kilogrammes de CO2 ou 31 kilomètres en voiture. L’auteur, le géophysicien et chercheur en produits alimentaires Kurt Schmidinger, met en garde contre des conclusions erronées : « Les exploitations industrielles de productions animales ne sont tout simplement pas des options viables, même si leur bilan climatique l’emporte parfois sur leurs systèmes de pâturages. Ce système nécessite des surfaces énormes de terres cultivables, qui sont moins disponibles que les pâturages et qui en retour menacent la sécurité alimentaire mondiale. Les pandémies, la résistance aux antibiotiques, les problèmes de bien-être des animaux, la pollution des eaux, l’érosion des sols et de nombreux autres problèmes sont associés à l’élevage industriel. Les aliments d’origine végétale, à l’opposé, affichent une performance nettement meilleure lorsque l’on prend en compte tous les aspects éthiques de la nutrition. »

Les aliments riches en protéines d’origine végétale présentent de loin le bilan CO2 le plus bas dans cette nouvelle étude, avec le tofu générant 3,8 kilogrammes de CO2, soit l’équivalent de 19 kilomètres en voiture et le tempeh produisant 2,4 kilogrammes de CO2, soit l’équivalent de 12 kilomètres en voiture.


Partagez l'article

 



             

    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    7 Commentaires sur "Brésil : 1 kg de viande génère 335 kg de dioxyde de carbone !"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    b api
    Invité

    Le problème, c’est que le CO2 çà ne se mange pas. Les hollandais, les champions de la culture artificielle sans qu’une tomate ne voie jamais la terre dans des serres chauffées et éclairées nuit et jour quand même, devraient calculer combien de CO2 dans leurs légumes, avant de nous expliquer que leurs vaches pètent moins que les vache brésiliennes. Ou alors qu’ils inventent un Tofu au CO2 qui pourrait remplacer le steak ? Je suis sûr qu’ils y pensent.

    maxxxx
    Invité

    Une côte de tofu à point avec une bonne sauce au poivre !! Ou alors on arrête de se multiplier comme (un élevage industriel) de lapins.

    Jmn
    Invité

    et voici comment on peut utiliser une etude scientifique pour demonter l’elevage extensif a coups de CO2. Ce que demontre l’article discute ici est que la ‘science’ donne raison a celui qui la finance (au moins pour certaines etudes socio – climatiques). Cherchez l’erreur…

    Pastilleverte
    Invité

    quand vaches péter, vaches émettre méthane, pas CO2 ….

    Bigbill
    Invité

    l’elevage extensif ne fait que tres peu appel a l’agrochimie et a l’agro industrie , Crime de lese majesté quand on occupe de si importantes surfaces ayant du potentiel agronomique. Mais ils finiront bien par nous remplacer la cote de boeuf par des saloperies aussi toxiques a la production qu’a la consomation . Les enjeux financiers sont énormes.

    trimtab
    Invité

    En pendant ce temps là, aux USA c’est le ‘Peak Meat ?’Après le ‘Peak Oil’ les d ébats vont être saignants !!?? En aussi pendant ce temps là les chinois deviennent de plus en plus carnivore sans ‘limites ?’ : Fais gaffe trimtab ! Parler encore de ‘limites’ et ils vont vous jetés des tomates pourries ! Pas graves les gars, je mettrai sur le composte ! Recyclons ! Recyclons ! Simone, met plus de composte sur les salades ! Paraît qu’il va falloir manger comme des lapins, vu le ‘prix’ du bifteck ! trimtab

    Sicetaitsimple
    Invité

    Très interessants, vos liens. Peut-être en étant raisonnable au jour le jour sera-t-il possible d’éviter la côte de tofu de Max le Dimanche! Si vous voulez vous faire peur dans un certain nombre de domaines, je vous recommande ( sans garantie sur les chiffres) ce site: Ca permet au moins de se rendre compte que ni la France ni l’Europe ne sont le barycentre du monde. Mon bonjour à Simone.

    wpDiscuz