Enerzine

Brèves de blog … pétrolières

Partagez l'article

Ainsi pour le mois de janvier la consommation de carburant au mois de janvier à chuté de 7.6pct par rapport au même mois de l’année 2009. Une chute plus forte qu’anticipée, peut être due à l’annonce de la taxe carbone qui aurait effrayé les consommateurs alors qu’elle n’a finalement pas été mise en place.

Les rentrées de TIPP pour l’Etat, qui représentent 60% des recettes totales de TIPP,le reste allant aux régions et aux départements, ont ainsi diminuées de 15% en janvier.

Après les ventes ou fermeture chez Shell, Total ou BP d’actifs dans le raffinage et la distribution, c’est au tour de l’américain Chevron-Texaco d’annoncer une réduction de voilure dans cette activité. Il prévoit de réduire le nombre de ses stations services de 40 %, de réduire ses investissements dans le raffinage/distribution de 23 % et de vendre sa raffinerie de Pembroke au pays de Galles, une très grosse raffinerie qui représente 10 % de la capacité de raffinage Britannique. Chevron entend se recentrer en Amérique du Nord et en Asie Pacifique. Au total ceci confirme le désengagement de toute la profession du raffinage pour se concentrer sur ce qui est toujours profitable l’exploration et le renouvellement des réserves des sociétés pétrolières.

Le pétrolier anglo-néerlandais Shell s’intéresse particulièrement au biocarburants comme en temoigne la création avec le producteur de sucre brésilien Cosan d’une coentreprise pour y produire du bioéthanol et le distribuer comme carburant dans les 2740 station services de la compagnie brésilienne (dont curieusement 1500 rachetées à ExxonMobil !).

Un entrée curieuse sur le marché de la production d’Ethanol au moment même où les défenseurs de l’environnement critiquent de manière de plus en plus virulente ces productions pour leur impact sur les forêts tropicales et sur la concurrence qu’ils font aux surfaces agricoles utilisées pour la consommation humaine.

Toujours chez Shell, je vous avais fait part de ce projet de construction d’une unité flottante de liquéfaction de gaz naturel, GNL, prévue être installée sur un gisement off shore de la cote Nord Ouest de l’Australie.Le contrat ppru le développement de cette plateforme flottante d’une valeur de 5 milliards de dollars vient d’être signé avec le consortium regroupant le groupe d’ingénierie français Technip et le coréen Samsung. Ce type de plateforme est prévue être dupliqué en quatre ou cinq exemplaires et durer une quinzaine d’années.

Dans la production de gaz cette fois, Shell, comme ExxonMobil récemment en prenant le controle de XTO, s’intéresse au gaz non conventionnel, cet eldorado nouveau de la production pétrolière. Associé à Petrochina, il vient de lancer une offre d’achat sur un spécialiste de ce type de gaz, un australien cette fois, Arrow Energy. Arrow est le premier "extracteur de charbon" de son pays et dispose de ce fait de ressources importantes en "grisou", la dénomination historique des gaz non conventionnels dans les mines de charbon. L’offre est faite à un prix supérieur de 28pct au dernier cours de bourse mais pour autant, les dirigeants de Arrow Energy ne recommandent pas à ses actionnaires de répondre positivement à l’offre. Sans doute attendent il un petit coup de pouce de plus de Shell/Petrochina.

Les gisements sont situés dans la province du Qeensland au Nord Ouest de l’Australie et pourraient alimenter le ou les usines de liquéfaction de gaz que Shell prévoit de construire sur la terre ou sur l’eau pour répondre à une demande de l’Asie du Sud Ouest qui n’arrêtent pas de monter.

[ Archive ] – Cet article a été écrit par CaDerange


Partagez l'article

 



    Poster un Commentaire

    Soyez le premier à commenter !

    Me notifier des
    avatar
    wpDiscuz