Bruxelles milite pour une baisse des aides aux énergies renouvelables

Les énergies renouvelables (solaire et éolien) ont longtemps constitué une nouvelle technologie nécessitant une intervention publique pour se développer, à travers des mesures comme l’obligation d’achat de la production à des prix avantageux.

Compte tenu des progrès technologiques, de la baisse des coûts des investissements à réaliser dans la production de panneaux solaires et de l’augmentation de la production, de nombreux États de l’Union Européenne ont déjà engagé une réforme de leurs régimes de soutien aux énergies renouvelables.

Pour la Commission Européenne, le concours financier doit désormais être limité à "ce qui est nécessaire" et doit contribuer à rendre les sources d’énergie renouvelables compétitives : "les régimes d’aide doivent être souples et doivent répondre à la baisse des coûts de production. A mesure qu’elles gagnent en maturité, les technologies doivent être progressivement exposées aux prix du marché et, en définitive, le soutien devra être totalement supprimé. Dans la pratique, cela implique de supprimer progressivement les tarifs de rachat au profit de primes de rachat et d’autres instruments de soutien qui encouragent les producteurs à s’adapter à l’évolution du marché."

De plus, les gouvernements doivent éviter des modifications "non annoncées" ou "rétroactives" de leurs régimes dans le but de ne pas saper la confiance des investisseurs quant à la rentabilité des investissements existants.

Enfin, les États membres sont invités à mieux coordonner leurs stratégies en matière d’énergies renouvelables afin de limiter les coûts pour les consommateurs en ce qui concerne les prix et la fiscalité de l’énergie.

Capacités de réserve pour les énergies renouvelables

Même lorsque le soleil ne brille pas et que le vent ne souffle pas, de l’électricité doit être produite en quantités suffisantes pour fournir de l’énergie aux consommateurs et maintenir le réseau électrique stable. Avec l’augmentation de la production d’énergies renouvelables, cela devient difficile. C’est pourquoi, dans plusieurs pays européens, des discussions sont menées sur les possibilités d’organiser et de financer des capacités de réserve, par exemple des centrales électriques au charbon ou au gaz suffisamment flexibles pour pouvoir être mises en service et arrêtées en fonction des besoins.

La Commission Européenne a également publié des orientations sur la manière dont ces capacités de réserve pourraient être conçues à moindre coût et tirer pleinement parti du marché européen :

1– "Avant de décider des mécanismes portant sur les capacités, les gouvernements devraient, dans un premier temps, analyser les causes de l’inadéquation de la production."

2– "Dans un deuxième temps, ils devraient éliminer les distorsions qui risquent d’empêcher le marché de fournir les incitations appropriées à l’investissement dans les capacités de production. Elles peuvent être causées par des prix réglementés ou des subventions élevées en faveur des énergies renouvelables."

3– "Les gouvernements devraient également veiller à ce que les producteurs d’électricité d’origine renouvelable réagissent aux signaux du marché et encouragent la flexibilité du côté de la demande, par exemple en promouvant des tarifs différents pour les consommateurs afin de les inciter à utiliser l’électricité en dehors des périodes de pointe."

4– "Un mécanisme portant sur les capacités de réserve ne doit pas être axé sur le seul marché national, mais doit être conçu dans la perspective européenne."

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

97 Commentaires sur "Bruxelles milite pour une baisse des aides aux énergies renouvelables"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
b api
Invité
Celà ne suffit pas d’énoncer des évidences, il faut les mettre en pratique ! Que l’éolien de la Baltique ou de l’Atlantique équilibre le photovoltaïque du sud de l’Europe, c’est une évidence. Que les énergies maritimes existent sur les côtes quand les énergies fluviales existent dans les zones montagneuses et arrosées, c’est une évidence. Que l’on produise du biogaz ou de la cogénération là où il y a de l’agriculture ou des zones vertes, c’est encore une évidence. Mais installer du photovoltaïque en Angleterre ou au Danemark, c’est effectivement une absurdité quand le même investssiement peut produire deux fois plus… Lire plus »
Kat182
Invité

Tarif d’Achat et non de Rachat…

Stephsea
Invité

Certes les ENR intermittentes et non planifiables posent un sérieux problème au réseau. Mais on assiste cette semaine à la recrudescence d’une campagne contre le solaire et l’éolien, avec différents angles d’attaque. A qui cette charge profite elle? Aux energéticiens du non renouvelable. Il faut payer l’énergie à son vrai prix, voilà la SEULE perspective réaliste, toutes les énergies. Il faut donc inclure dans les énergies non renouvelables une taxe proportionnelle à la polution générée, au caractère absolument non renouvelable de la ressource, etc. Vive les ecotaxes !

De passage
Invité
car elle finit par reconnaître ce que tous savaient, à savoir l’inadéquation de puissantes sources aléatoires avec un réseau aux variations très lentes de consommation. Tous? Non, les irréductibles-EnR-à-tous-vents ne comprendront jamais, voir plus haut la meilleure ânerie de l’année “le PV du sud compense l’éolien du nord”: apparemment même la nuit…! Faut bien rigoler un peu. Nos ireéductibles gaulois étaient infiniment plus sympathiques. Nous assistons à un revirement diplomatique astucieux de la part de L’EU qui, sentant que Merkel va profondément réduire ses subventions grotesques aux EnR (sauf à pourrir son système électrique) une fois les élections passées: c’est… Lire plus »
Bachoubouzouc
Invité

“A qui cette charge profite elle? Aux energéticiens du non renouvelable.” Au cas où vous l’auriez oublié, il y a un truc qui s’appelle “les consommateurs”, et qui n’ont pas un portefeuille illimité pour financer vos lubies. Alors avant de crier au complot, il faudrait penser aux particuliers et aux industriels, dont la facture s’est pas mal alourdie ces dernières années.

Luis
Invité
¤ Avec un raisonnement simpliste comme on peut le lire de temps en temps, il n’y a aucune raison d’installer du photovoltaïque dans le sud de l’Europe car cela peu produire beaucoup plus dans le Sahara avec moins d’investissement … Et aucune raison d’installer des éoliennes dans le nord de l’Europe puisque pour moins cher on produit bien plus au sud du Maroc ou au bord de la mer Rouge (Egypte) avec des vents forts et réguliers (alizés) … En fait, il faut produire de façon répartie sur l’ensemble du territoire. Le photovoltaïque pour un usage résidentiel est déjà moins… Lire plus »
Laure
Invité

Si enfin l’Europe se souciait du réel plus que des incantations. On n’en peut plus. Trop cher , sans effet écologique , comme le montre l’Allemagne. Mettons fin à cette gabegie.Sortons vite de l’éolien.

Bob1
Invité

Que l’on puisse discuter du prix d’achat du PV je veux bien, la parité n’est pas encore atteinte Mais l’éolien ? qu’est ce qu’il vous a fait ?

Laure
Invité

L’éolien fait exploser nos factures d’électricité…pour rien. Quitte à payer plus, autant que ce soit efficace et les éoliennes produisent si peut qu’on doit se tourner vers d’autres choix. Il faut créer des emplois locaux dans l’isolation, dans la recherche et surtout mettre un terme à l’écologie punitive, qui commence déjà à nous rentre les “écolos” insupportables.

Steph
Invité
D’une l’EU ne suggere pas la fin des incitatifs mais une adaptation a la nouvelle donne : l’important developpement des EnR en Allemagne (de 6 a 26% dans le mix) qui temoigne du debut de la fin des energie fossiles et fissiles, ce developpement entraine de developper des solutions delocalisees de stockage qui arrivent : 25% de la surface de Intersolar (salon europeen du PV) est dedie au stockage, SMA propose deja un onduleur-batterie au prix de ses onduleurs standard d’il y a 5 ans. De deux de quel surcout parle-t-on ? Celui entre des EnR integrent TOUS les couts… Lire plus »
Baleineau
Invité

L’EU va-t-elle aussi demander la suppression des subventions aux fossiles et taxer le kérosène, le fuel pour les agriculteurs, etc……

gaga42
Invité

Non, les ENR n’intègrent pas le coût de l’intermittence, et les tarifs de “rachat” n’encouragent absolument pas à palier à cette intermittence en construisant par exemple du stockage. Que veut dire la CE par “primes de rachat”? Si c’est obliger les producteurs ENR à vendre leurs MWh au tarif spot, mais avec une éventelle (et provisoire) prime proportionnelle au chiffre d’affaire, alors OUI, car ils auront alors intérêt à vendre aux heures de pointe et donc à investir dans le stockage. Mais il faut arrêter les tarifs de rachat fixes.

Nicias
Invité

A mon humble avis, votre prime devra être sacrément élevée pour qu’ils investissent dans le stockage. Avec une prime, les éoliennes vont continuer a faire ce qu’elles font bien: produire quand il y a du vent.

Dan1
Invité

A Luis. “Le photovoltaïque pour un usage résidentiel est déjà moins cher dans le sud de la France que le tarif bleu d’EDF ou des concurrents.” Mouais, ben les possesseurs de panneaux photovoltaïques ne doivent pas être au courant car quasiment aucun ne coche la case “vente en surplus” des contrats d’achat de l’électricité : Ce sont des ignorants ou des opportunistes qui préfèrent le bon lait des subventions garanties par l’Etat ? Et là, c’est du lait très nourrissant !

Sicetaitsimple
Invité

Si “Le photovoltaïque pour un usage résidentiel est déjà moins cher dans le sud de la France que le tarif bleu d’EDF ou des concurrents.” , pourquoi faudrait-il même avoir des tarifs d’achat tout court? Allez, des surplus achetés à un tarif représentatif des prix de marché dans la journée en été, disons 50€/MWh, ce serait raisonnable.

Dan1
Invité

Finalement, c’est juste parce que la laitière était charmante :

chelya
Invité
Déjà juste pour dire qu’une bonne partie des capacités renouvelables en europe ont déjà basculé hors de mécanisme de tarif d’achat comme l’indique les documents de l’UE que je suppose que personne n’a lu… Par rapport aux changements globaux, le grand principe de l’UE c’est le principe pollueur payeur et la correction des distorsions à la concurrence. Auparavant il était plus juste de l’appliquer au consommateur (taxe sur la consommation d’énergie) et de corriger par des garanties commerciales les barrières aux EnR comme le fait que les énergies conventionnelles sont subventionnées ou que les réseaux appartenaient aux grands groupes énergétiques… Lire plus »
chelya
Invité
Déjà juste pour dire qu’une bonne partie des capacités renouvelables en europe ont déjà basculé hors de mécanisme de tarif d’achat comme l’indique les documents de l’UE que je suppose que personne n’a lu… Par rapport aux changements globaux, le grand principe de l’UE c’est le principe pollueur payeur et la correction des distorsions à la concurrence. Auparavant il était plus juste de l’appliquer au consommateur (taxe sur la consommation d’énergie) et de corriger par des garanties commerciales les barrières aux EnR comme le fait que les énergies conventionnelles sont subventionnées ou que les réseaux appartenaient aux grands groupes énergétiques… Lire plus »
Lionel-fr
Invité
Il est incroyable qu’un particulier ou une PME parle de parité. Cela n’a aucun sens sauf.. si on se compare à l’industrie. En tant que particulier, j’investis dans le PV ou le petit éolien quand j’ai du fric, le retour sur invest me permettra peut-être de passer des caps plus difficiles à l’avenir. J’ai 1000euro/kW de fraiche aujourd”hui donc le réduis mes frais pour les 40 prochaines années. Donner un prix aux kW futurs est une méthode de comptage qui n’a rien à voir avec ma compta personnelle. Ce prix ne me permettra pas d’acheter mon tofu, il n’est qu’une… Lire plus »
Tech
Invité

que les fanas de la critique ENR à cause de l’intermittence, essaye de penser au moins une fois dans leur vie, à l’arêt d’une centrale nuke pour Maintenance. c’est un arrêt de production de combien de panneaux solaires ou de combien d’éoliennes d’un seul coup d’un seul? votre argument est ridicule à parir du moment où le réseau évolu vers du smart grid et le stockage se développe et c’est le cas pour les 2! on peut aujourd’hi utiliser l’énergie des ENR quand on en a besoin, et pa s seulement quand elle est produite, et cela s’améliore régulièrement.

Sicetaitsimple
Invité

Si comme vous semblez le dire vous ne demandez pas de tarif ni de crédit d’impot , que vous faites votre affaire de votre production en trop, y’a pas de problème! Je n’ai personnellement jamais reproché à quelqu’un d’aller couper du bois et de se chauffer avec. Il ne me coûte rien, et il ne coute rien à la collectivité. Il peut y avoir à terme un pb de taxes, mais bon…

Dan1
Invité
A chelya. “@Dan1 : l’autoconsommation à l’échelle d’un quartier ou même seulement d’un immeuble est interdit par le contrat de concession d’ERDF, donc c’est un peu fort de café d’interdire un business model par la loi et de s’étonner ensuite que personne ne l’utilise !” Sauf que ce n’est pas de cela que je parlais. Bien plus modestement, je parlais d’un producteur particulier qui commencerait par consommer ce qu’il produit à son domicile et ne vendrait que le reste. Cela est parfaitement autorisé pour le photovoltaïque car cela s’appelle déjà la vente en surplus. Mais comme vous dites : “Je… Lire plus »
Dan1
Invité
A Tech. “que les fanas de la critique ENR à cause de l’intermittence, essaye de penser au moins une fois dans leur vie, à l’arêt d’une centrale nuke pour Maintenance.” Il est possible que certains y aient déjà pensé. Et la conclusion est que ce n’est pas du tout de la même nature car le nucléaire est pilotable, pas l’éolien (sauf à la baisse). Pour les maintenances, le nucléaire pilotable fait simple, il organise le planning de maintenance des 58 réacteurs en fonction des besoins du consommateur (peu d’arrêt en hiver et beaucoup en été). D’autre part, EDF s’arrange pour… Lire plus »
Dan1
Invité

Peut être, mais je parlais de l’éolien. Enfin, après des dizaines d’années d’effort colossaux je ne vois pas l’Allemagne traiter aisément le problème de l’intermittence massive des Nouvelles EnR (éolien et PV) alors que ces deux là font déjà plus de 60 GW installés. Je vous rappelle le célèbre fromage allemand : Ce camenbert “un peu noir” devrait être bien plus vert si la chose était aussi évidente. Sauf que c’est pas facile et l’Allemagne, comme les autres, est à 80-90% Fossile + Fissile en matière d’énergie… car il n’y a pas que l’électricité dans la vie.

Dan1
Invité

Ceci dit, comme le montre le film, rendez-vous en 2050. Allez, encore 37 ans à attendre !

Laure
Invité

“@Laure : Le kWh marche (sous-cote car pas de taxe carbone) est a 5 c€, l’eolien a 8 c€ (comparez avec les 11 c€ de l’EPR), le pv a 9 c€ alors cessez de mentir et si vous ne connaissez pas votre sujet taisez-vous.” dixit Steph. Quand on n’a pas d’argument, on insulte ? Steph, vous perdez le contrôle, petit macho .

Sicetaitsimple
Invité

aux plus jeunes ( et à Chelya à qui on l’a déjà largement rappelé mais qui feint de l’ignorer) que le mur de Berlin est tombé fin 89 et qu’une grande partie de de la baisse est lié à la fermeture d’une grande majorité des industries dans l’ex Allemagne de l’est dans les années qui ont suivi. Maintenant, à plus de 20Mld€/an pour l’EEG, passer d’environ 1000Mt vers 2000 à environ 917Mt en 2011 est le minimum qu’on puisse attendre. Allez, si on prend 100Mt de différence pour arrondir, ça fait 200€/t! Economiquement super-efficace!

Tech
Invité
ou l’art de détourner la réalitété, je ne parle évidemment pas de la maintenance préventive, mais d’évènements comme celui ci dessous , pas plus tard que la semaine dernière par exemple : 1000 megawatt d’un coup !! Bulgarie: nouvel arrêt à la centrale nucléaire de Kozlodoui L’activité de l’un des deux réacteurs de la centrale nucléaire de Kozlodoui (nord-ouest de la Bulgarie) a dû être arrêtée mercredi pour la deuxième fois en trois jours, ne provoquant pas de fuite radioactive, a expliqué la centrale dans un communiqué.La centrale nucléaire de Kozlodoui, le 14 avril 2011 AFP – L’activité de l’un… Lire plus »
Tech
Invité
à dan1 (je retente ce message car la première réponsene semble pas être passée!) je ne parle pas de maintenance préventive mais de ça par exemple; Bulgarie: nouvel arrêt à la centrale nucléaire de Kozlodoui L’activité de l’un des deux réacteurs de la centrale nucléaire de Kozlodoui (nord-ouest de la Bulgarie) a dû être arrêtée mercredi pour la deuxième fois en trois jours, ne provoquant pas de fuite radioactive, a expliqué la centrale dans un communiqué.La centrale nucléaire de Kozlodoui, le 14 avril 2011 AFP – L’activité de l’un des deux réacteurs de la centrale nucléaire de Kozlodoui (nord-ouest de… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

Et si on restait en France et/ou chez nos voisins immédiats pour juger de l’intermittence? Ce qui serait bien, même en globalisant indisponibilité programmée et indisponibilité fortuite, voire baisse programmée et volontaire pour le nucléaire , c’est d’avoir: Puissance max/ Puissance min injectée par le nucléaire sur le réseau francais. Pmax/Pmin par l’éolien Pmax/Pmin par le PV… Et pareil pour nos voisins. Tech, vous nous donnez des chiffres, pour nous prouver la grosse intermittence du nucléaire?

Guydegif(91)
Invité
”Et très bizarrement l’immense majorité des contractants-producteurs-écologistes cochent la case VENTE EN TOTALITE. Apparemment cela ne leur pose aucun problème de conscience de vendre toute leur électricité à EDF-OA…. même celle dont ils ont immédiatemment besoin. Alors, au lieu de philosopher, commençons par le commencement et interdisons la vente en totalité.” –> voilà ce qui serait cohérence et bon sens, pas l’approche ”spéculateur à tout crin!” –> son fromage noir allemand, semble être aussi un fait ! Vivement la correction de ce constat ”fromage trop noir”, avec qqs artifices qui sont en cours avec le VGV (volt-gaz-Volt), etc… Si au… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

C’est assez souvent considéré comme une pratique illicite… Mais si nos voisins doivent “couper” leur lignite et charbon par 30 à 50% de biomasse, il n’y a simplement plus un végétal vivant en Allemagne dans les 5 ans qui viennent! ( enfin, je n’ai pas compté les années, si c’est dix ans c’est pas vraiment différent).

Dan1
Invité
“à dan1 ou l’art de détourner la réalité” Je vous trouve très bien dans cet art… fort pratiqué. Vous allez nous chercher la Hongrie alors que nous sommes en France. 39 TWh consommés d’un côté et 480 de l’autre ! La France est un pays affreusement nucléarisé et c’est précisément un avantage de faire du nombre pour exploiter des réacteurs de forte puissance de type nucléaire. En effet, et c’est vrai pour toute unité de production, il ne faut pas qu’un pays dépendent de trop peu d’unité et de centrale, car cela peut poser de gros problème lors des arrêts… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

Bulgarie, pas Hongrie. Mais ça ne change rien à votre raisonnement, la Bulgarie c’est moins de 30TWh/an.

Dan1
Invité

Ah, ben oui, j’ai glissé ! Bon pour la Bulgarie, selon l’ENTSO-E, en 2012, la consommation serait de 32,5 TWh. Il suffirait donc de 3 EPR pour produire toute la consommation mais ce serait risqué. Sauf que cela s’inscrit dans le cadre de la “plaque de cuivre européenne” qui tourne aux alentours de 3 400 TWh, soit 100 fois plus.

trimtab
Invité
Ces recommandations aux états rappelent surtout qui faut ‘coordonner’ les efforts, et les projets et travailler ensemble sur les différents aspects de la grosse marmite, aussi bien sur les moyens de productions (base, de pointe, réseaux, stockage etc) : “…….Un mécanisme portant sur les capacités de réserve ne doit pas être axé sur le seul marché national, mais doit être conçu dans la perspective européenne…….” que les ‘efforts’ au niveau de la gestion de la demande….. Et dans dans la ‘maitrise’ de la demande (ie: c’est nous !), les efforts qu’on est pret à consentir pour assumer notre part de… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité
beaucoup de voeux pieux dans ces déclarations de Bruxelles mais comme les intérets avoués ou inavoués des uns et des autres sont différents il ne faut pas s’attendre à des résultats mirifiques à court terme. Mais n’en doutons pas, la seule chose qui fait à coup sûr qu’au bout du compte il y a une certaine “optimisation” du système , ce sont nos interconnections préférées! Faut juste beaucoup de temps car ça ne se décide que quand le “déséquilibre” ou en termes plus positifs “la complémentarité” sont avérés, bref quand il va passer de l’électricité sur le lien. Du moins… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité
Pas de réponse à ma question, mais vous avez parfaitement le droit d’être en WE sans possibilité d’accès à Internet ( c’est d’ailleurs certainement de l’hygiène de temps en temps). Alors, la réponse, si on considère la France, sur Pmax/Pmin sur une année, pour 100MW installés (chiffres appoiximatifs): Nucléaire: 98à100/ 60 mais comme le rappelle Dan1 même les blaireaux d’EDF ont remarqué qu’il y avait moins de demande d’electricité en été et ils programment donc préférentiellement la maintenance de leurs centrales en été, ce qui explique le 60. Eolien: environ70/ environ 0 (allez, 2 ou 3). PV: environ 70/0 (… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

Je n’avais pas noté que nos voisins avaient à “se dépétrer” des surproductions francaises car elles sont pilotables , ni qu’ils rechignaient à nous vendre de temps à autre du courant. Se “dépetrer ” des productions parfois un peu envahissantes et non controlées, ce sont plutôt les voisins de l’Allemagne qui s’en plaignent me semble-t-il.

Dan1
Invité
Fort heureusement nous avons appris à décripter cet étrange idiome que pratique chelya et nous savons qu’il faut toujours inverser une partie du sens pour comprendre ce qu’il veut dire dans notre propre langage et mode de pensée. Là, nous avons un exemple frappant où chelya veut aborder la problématique de l’Allemagne et bien sûr, il évoque la France ! Nous avons d’ailleurs la preuve que le problème qu’il évoque est juste en lisant le bialn annuel de RTE pour l’année 2012 (je reproduis une partie de la page 3 : “Le solde exportateur diminue et la structure des échanges… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

et les polonais aussi.

Dan1
Invité
A lr83. C’est sûr que si vous me demandez mes prévisions pour le 23ième siècle, elles risquent de converger vers les votres ! Je remarque d’ailleurs que le manque d’arguments à court et moyen terme pousse souvent à éloigner l’horizon. C’est pour cela que l’on trouve plus de scénarios à 2050 que de scénarios à 2030 (c’est demain) chez les promoteurs du 100% EnR. Je ne regarde pas le verre (moitié plein ou moitié vide) mais ce qu’il contient aujourd’hui et ce qu’il contiendra demain matin. Pour ce qui concerne l’horizon de l’uranium, restez prudent sur l’horizon car on travaille… Lire plus »
Dan1
Invité

A Sicetaitsimple. Voilà la nouvelle Europe. On a ouvert les frontières aux biens et aux personnes mais des pays sont obligés de les reconstruire pour se protéger des électrons allemands ! Est-ce que l’Allemagne va faire fondre les lignes polonaises et tchèques avec des électrons… verts ?

Sicetaitsimple
Invité

Le problème serait beaucoup moins aigu si nos voisins allemands arrivaient à relier le Nord et le Sud du pays d’une façon suffisament robuste, comme identifié dans la Dena Grid Study I (2005). La transition énérgétique, c’est comme la danse, faut un certain tempo entre les danseurs (production, réseau “interne”, interconnections,stockage à terme) sinon ça coince. On va voir comment le nouveau gouvernement envisage de régler le problème.

Sicetaitsimple
Invité
Mon post ci-dessus ( Shengen) répond en partie à votre interrogation sur le verre a moitié vide ou a moitié plein. Les principales questions, c’est (1) qu’il y ait toujours de l’eau dans le verre et (2) que cette eau soit disponible à un coût raisonnable, le processus étant bien entendu dynamique. S’appuyer uniquement sur un des piliers ( le développement des nouveaux renouvelables et c’est tout), c’est risquer que le verre ne soit parfois vide ( car il ne faut pas réver, personne n’investira dans de nouvelles capacités de production “classiques” dans les conditions actuelles de marché en Europe)… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité
c’est qu’il raconte toujours absolument n’importe quoi sans jamais fournir le moindre bout d’étude un peu sérieuse à l’appui de ses dires. C’est d’autant plus facile de prouver qu’il n’est qu’un troll…. Les recommandations de la DENA Study grid 2 (2010): Recommendations Taking the main results of the dena Grid Study II into account, which reveal a need for significant grid extension based on the assumed generation scenarios in conjunction with a cost-optimised operation of the conventional power plants and the requirements of European power trade, the following recommendations are stated with emphasised priority:  Grid planning studies including load… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

Chelya, vous nous dites:”il y a déjà eu trois update depuis 2005 et la ligne nord sud n’est plus prioritaire depuis au moins deux mise à jour… mais ça je vous l’ai déjà dit plusieurs fois…”. On en est donc à la Dena Grid Study 4? Vous nous passez le lien , comme je l’ai fait pour la 2, puisque ce sont des documents publics? Allez-y, les lecteurs d’Enerzine attendent…. Pauvre troll….

Sicetaitsimple
Invité
Contrairement à ce que certains voudraient laisser penser en mettant en avant le caractère “décentralisé” des renouvelables, l’intégration de ceux-ci mérite au contraire un “gosplan” très strict dès qu’on veut passer à des volumes significatifs, pas juste des “tarifs d’achat”. De ce point de vue, nos voisins se sont un peu pris les pieds dans le tapis, les “vrais responsables” de l’opposition à des constructions de nouvelles lignes ce sont des citoyens comme vous et moi mais notamment des verts pur jus. Ca va à coup sûr ralentir la “transition énérgétique” au moins sur quelques années, le temps de remettre… Lire plus »
Dan1
Invité
“qui retourne le problème à son avantage en accusant les ENR de lui pourrir ses lignes (j’aime bien leur vocabulaire : ils parlent d’énergie fatale, histoire de bien faire peur).” Je vous signale quand même que le concept d’énergie fatale n’a pas été inventé pour l’éolien ou le photovoltaïque car ce type d’énergie existait bine avant et c’était même la toute première. Car la première énergie et qui l’est toujours c’est l’hydraulique au fil de l’eau, car on arrête pas un fleuve ! La seule solution et qui est largement employée est la modulation horaire en retenant un peu l’eau… Lire plus »
Dan1
Invité

Pour lr83. Le précédent commentaire était aussi pour vous. S’agissant de la volonté du commisssaire européen de faire payer les assurances au seul nucléaire, je reste très perplexe, car les autres filières seraient alors exemptées de leurs externalités qu’elles laissent à la charge de la société. Evidemment, c’est beaucoup moins visible quand c’est chronique, mais c’est colossal et toutes les tentatives de quantification des externalités négatives ont conclu à l’avantage du nucléaire. Bon alors, on va faire payer combien aux centrales à lignite allemande pour atteinte permanente à l’environnement ?

wpDiscuz