Butagaz réalise un test grandeur nature de désherbage thermique

Butagaz, en partenariat avec la société 2EBALM, constructeur d’équipement de désherbage thermique dédié aux usages professionnels (espaces verts et agricoles) et grand public, a réalisé un test grandeur nature de désherbage thermique dans le village de vacances, Le Manoir de la Canche à Huby st Leu.

Butagaz et 2EBALM ont ainsi délivré sur site le 17 septembre dernier, en avant première, les résultats de ce procédé encore trop méconnu et peu utilisé.

Le désherbage thermique est une méthode efficace de lutte contre les mauvaises herbes en créant un choc thermique sur la surface aérienne des plantes.

Cette technique évite la pollution des nappes phréatiques et des sources, élimine les résidus phytosanitaires rémanents, permet un traitement localisé sans diffusion par dissémination et enfin évite les manipulations de matières actives toxiques. Originaire de l’agriculture et du maraîchage biologique, le désherbage thermique est un procédé qui répond parfaitement aux exigences des CHR, hôtellerie de plein air et collectivités locales pour l’entretien des espaces verts.

CALCUL DE COUT DU DESHERBAGE THERMIQUE DES ESPACES VERTS

Butagaz réalise un test grandeur nature de désherbage thermique

 En synthèse, un Manuflam appareil portatif à dos utilisant le Cube de Butagaz, permet de traiter 100 m2 en plein en 12 mn. Le coût du traitement avec un Manuflam est de 1 centime d’euro par m2

 Butagaz réalise un test grandeur nature de désherbage thermique

Avec un Charoflam 38, appareil conçu pour la bouteille de gaz propane 13 kg de Butagaz, le temps de traitement est de 9,6 mn pour 100 m2 en plein et le coût est inférieur = 0,0098 €/m2

 

Le désherbage thermique – comment ça marche ?

Le principe du désherbage thermique consiste à appliquer une flamme sur les plantes ou mauvaises herbes visées. L’idée n’est pas de les brûler mais de provoquer un choc thermique qui va détruire les feuilles visibles et soit faire mourir soit affaiblir la plante qui sera obligée de puiser dans ses réserves. La plante se dessèche et meurt en 24/48 heures.

A partir d’une température supérieure à 80° C et ce pendant une seconde, les cellules végétales éclatent, ne pouvant résister au choc thermique. Grâce à leur température élevée de 1400°c, les brûleurs 2EBALM ne demandent qu’une fraction de seconde pour détruire les plantules.

Au bout de quelques passages, même les plantes les plus vivaces et les plus coriaces (pissenlit, plantain, lierre) finissent par rendre l’âme. La structure du sol, quant à elle, n’est pas impactée par l’usage du désherbeur thermique, le temps de chauffe du sol (environ une seconde) est trop bref pour que cette chaleur pénètre dans le sol. L’essentiel des micro-organismes qui vivent dans le sol sont eux aussi préservés.

Un désherbeur thermique à gaz – concrètement c’est quoi ?

– Une source d’énergie : le gaz propane.
– Un support de transport du gaz à traction manuelle ou motorisé
– Un convertisseur d’énergie : la rampe de brûleurs.
– Un détendeur ou manodétendeur.

Pourquoi choisir la solution du désherbage thermique ?

– Le désherbage thermique permet de désherber quelle que soit la météo et reste aussi efficace sous la pluie que par temps sec.
– Il respecte l’environnement et par conséquent s’inscrit dans tous les cahiers des charges existants : BIO, TERRAVITIS, démarche HACCP. Pas de résidu donc pas d’accumulation dans le sol, de pollution des eaux de surfaces et des nappes phréatiques.
– Il n’a aucun impact sur la vie microbienne du sol et respecte son équilibre.
– Il n’est pas soumis aux contraintes réglementaires.
– Il est pratique à tous les stades de la culture.
– Avec un parcours maîtrisé, le cout du traitement à l’hectare est inférieur ou égal à celui réalisé avec des produits phytosanitaire

[ article original ediffuseur.com ]
Partagez l'article

 



         

Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz