Enerzine

Ca bouge dans l’industrie nucléaire …

Partagez l'article

J’avais également eu l’occasion de vous signaler que le marché des réacteurs et des centrales nucléaires était à géométrie variable entre les producteurs de "building block", morceaux de l’ensemble, tels les fournisseurs de réacteurs eux mêmes (Westinghouse, Areva, Mitsubishi,Hitachi et General Electric), les fournisseurs des turboalternateurs qui transforment la vapeur produite par le réacteur en énergie électrique, (dont Alstom, Siemens etc), les sociétés de Génie Civil comme Bouygues, les fournisseurs de combustibles plus ou moins raffiné, de la mine d’uranium au yellow cake, voire les exploitants de centrales comme EDF. Chacun se positionnant comme fournisseurs de sous ensemble ou intégrateurs de tout ou partie des sous ensembles (matériels ou travaux) que constituent une centrale.

Vous entendez souvent tel ou tel industriel vanter les mérites de SON approche intégrée pour conquérir ce marché très convoité, les uns partant de la fourniture du combustible jusqu’à son retraitement, d’autres se bornant à la construction clés en main des centrales, d’autres enfin fournissant la centrale et l’exploitant .

Pour Areva
, la stratégie est claire c’est la fourniture de la centrale, combustible compris, et éventuellement du retraitement de ce combustible usé. Ce qui implique de maitriser le génie civil. Si on en juge par les difficultés de construction de la centrale d’Olu en Finlande, c’est une technique qui ne semble pas vraiment maitrisée pour l’instant. Coté mines Areva a réglé son problème avec le gouvernement nigérien et est parti dans un cycle de développement de ses ressources minières, au Niger mais aussi en Namibie ou en Afrique du Sud. Or dans ce domaine, les compétences sont rares dans le monde et concentrées dans les grands groupes miniers, Rio Tinto, Vale, BHP Billiton ou Xstrata qui lorgnent de plus en plus sur l’extraction d’Uranium.

Areva vient donc de créer une filiales avec Technip, fleuron de l’ingénierie française mais pas vraiment positionnée sur l’ingénierie minière, pour justement bâtir- et sécuriser pour Areva- un savoir faire dans ce domaine qui pourra trouver à s’employer dans les multiples projets miniers dans le monde. Elle s’appelle TSU project et commencera à travailler pour la filiale canadienne récemment racheté d’Areva ,UraMin, qui portera tous les projets minier d’Areva. Un moyen de contourner le manque de capital d’Areva que le gouvernement ne s’est pas décidé à privatiser encore. Un handicap qui devient de plus en plus critique pour Areva face à un marché qui explose…

Pour Toshiba, je vous avais signalé dans un message du 28 aôut sa première approche pour s’assurer de ressources en uranium en échangeant 10pct de Westinghouse contre des droits dans une nouvelle mine d’ Uranium dans le sud du Kazakhstan qui sera mise en exploitation par la société kazakh Kazatomprom. L’idée étant, comme pour Areva, de pouvoir vendre les centrales, combustible fourni.

Toshiba poursuit la construction d’une offre plus complète en signant un accord cadre de coopération avec le Russe Atomenergoprom qui permette aux partenaires de juger de l’opportunité de développer en commun des activités dans le domaine de la construction de centrales, de la fabrication et de la maintenance des gros équipements, cuves de réacteurs par exemple, ou encore sur le cycle du combustible nucléaire. Atomenergoprom a été crée en 2007 à l’initiative du pouvoir russe, toujours très attentif aux questions énergétiques, et rassemble le considérable savoir faire russe (en dépit de Tchernobyl) dans le nucléaire, construction et exploitation de centrale, extraction minière et cycle du combustible. Un géant de 176 000 personnes mais seulement 8.3 milliards de dollars de chiffre d’affaire.

La Russie outre son marché intérieur important est très présent à l’export,la centrale iranienne de Busher en étant un exemple connu. Associé à Toshiba/Westhinghouse, ce serait un concurrent très sérieux pour Areva qui detiendrait ensembles 20 à 30 % du marché des réacteurs et 30 à 40 % de celui des combustibles.

La bataille sur ce marché mondial sera féroce…

NB : Westhinghouse vient de remporter la fourniture de deux réacteurs de 1100MW à un exploitant américain pour la première centrale nucléaire à construire depuis 30 ans aux Etats Unis.

[ Archive ] – Cet article a été écrit par CaDerange


Partagez l'article

 



    Poster un Commentaire

    Soyez le premier à commenter !

    Me notifier des
    avatar
    wpDiscuz