Canada : McGill se dote d’un superordinateur en grappe

L’Université McGill a annoncé mi-juin la signature d’un contrat de 8,3 millions de dollars canadien avec IBM pour l’acquisition d’un superordinateur en grappe capable de soutenir les activités de recherche gourmandes en données menées par le consortium CLUMEQ pour la recherche en calcul scientifique haute performance.

Il s’agit du plus puissant superordinateur au Québec et du deuxième centre informatique dans tout le Canada en termes d’efficacité énergétique et de puissance (1).

Financée par la Fondation canadienne pour l’innovation, la première phase du projet de McGill vise à doter le Canada d’une capacité de recherche et de développement technologique de classe mondiale qui consolidera sa position actuelle dans l’économie du savoir.

Au 21e siècle, l’un des plus gros défis pour les organisations, c’est de pouvoir extraire des informations utiles et pertinentes des masses volumineuses de données. Le CLUMEQ de McGill offrira des capacités de calcul haute performance (CHP) pour soutenir les travaux de recherche à forte consommation de données menés par des communautés de scientifiques des universités du Québec et dans le reste du Canada.

Les domaines d’études visés par McGill comprennent la physique des hautes énergies, les nanotechnologies, la dynamique des fluides computationnelle, la recherche climatique, l’imagerie du cerveau, la biologie et les sciences de la vie. Le supersystème informatique tirera parti de la puissance de calcul disponible pour effectuer la saisie, le stockage, l’extraction, le partage, l’analyse et la visualisation de vastes quantités de données des différents secteurs d’activités. Le CLUMEQ apportera aussi son soutien au projet Atlas qui est relié à un projet du CERN, l’Organisation européenne pour la recherche nucléaire.

« Grâce à cette puissance de calcul multidisciplinaire, les nouvelles théories mises à l’épreuve par le consortium CLUMEQ McGill auront un impact décisif sur nombre de domaines scientifiques, allant de l’étude du Big Bang aux recherches sur les matériaux à l’échelle nanoscopique, sans compter les autres secteurs névralgiques comme la neuroscience, la biopharmaceutique, l’aéronautique et la finance », a déclaré la principale et vice-chancelière de McGill, Heather Munroe-Blum.

Fondé en 2001, le CLUMEQ est un consortium de recherche pour le calcul sur superordinateur rassemblant les universités McGill, Laval et le réseau de l’Université du Québec, dont l’École de technologie supérieure (ÉTS), qui héberge le superordinateur. Le CLUMEQ de McGill fait partie de l’infrastructure de Plateforme nationale destinée à soutenir les établissements de recherche d’un océan à l’autre.

«Le CLUMEQ de McGill sera l’élément qui changera la donne et permettra d’accélérer les innovations dans la recherche scientifique au Canada», a remarqué M. Denis Desbiens, vice-président Québec, IBM Canada. «Avec l’expertise d’IBM, le consortium – qui fait partie de Calcul Québec – est maintenant l’un des sept piliers de la plateforme nationale de calcul haute performance mise en place par Calcul Canada pour prêter main-forte aux chercheurs. Ce que le CLUMEQ de McGill va apporter, c’est la capacité de recherche de pointe dans des spécialités variées.»

(1) Selon la liste des Top500 du mois de novembre 2010.

Partagez l'article

 



            

Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz