Capture du CO2 : partenariat entre Alstom et TransAlta

Le producteur d’électricité canadien TransAlta Corporation et Alstom ont annoncé hier la signature d’un accord pour le développement conjoint d’un vaste site de capture et stockage du CO2 (CSC) dans l’Etat d’Alberta, au Canada.

Cet accord constitue une avancée majeure dans la conception d’une solution commercialement viable de réduction des émissions de gaz à effet de serre issues de la combustion du charbon.

Ce projet repose sur le procédé de capture du CO2 à base d’ammoniac réfrigéré mis au point par Alstom et que TransAlta considère comme l’un des plus prometteurs et probablement le moins onéreux. Les deux partenaires projettent de mettre en œuvre cette technologie en modernisant l’une des centrales à charbon de TransAlta, située à l’ouest d’Edmonton, afin de réduire le niveau des émissions d’un million de tonnes par an.

« Notre projet avec TransAlta est en droite ligne avec nos objectifs de déploiement rapide de cette technologie. La capture du CO2 n’est viable que lorsqu’il est possible de le stocker et les conditions géologiques de l’état canadien de l’Alberta sont propices. C’est pourquoi nous avons choisi cette région pour accélérer nos projets de développement », explique Philippe Joubert, Vice-président exécutif d’Alstom et Président d’Alstom Power Systems.

La première phase du projet, destinée à affiner et améliorer le processus de capture et de stockage du CO2, débutera cette année. Elle consistera à lancer des études techniques, à établir les relations entre les différents acteurs et à analyser les dispositions et contraintes réglementaires, pour un coût estimé de 12 millions de dollars canadiens (7,5 millions d’euros) environ. Les phases suivantes, également financées par les partenaires, s’échelonneront sur les cinq années suivantes, les premiers essais devant débuter en 2012.

Les centrales à charbon représentent près de la moitié des capacités de production d’électricité en Amérique du Nord. Le développement de ce procédé est par conséquent essentiel pour mettre au point une solution économiquement viable de modernisation des infrastructures existantes.

« La volonté du Canada – et du reste du monde – de réduire sensiblement ses émissions de CO2 ne pourra se concrétiser sans une solution durable de CSC, souligne Steve Snyder, Président-directeur général de TransAlta. Nous sommes très heureux d’avoir conclu ce partenariat avec Alstom car il permettra au Canada de progresser dans la maîtrise de cette technologie de pointe et de devenir un chef de file de la capture et du stockage du dioxyde de carbone. Le CSC permettra en outre de renforcer la sécurité et la compétitivité de la production d’électricité. Seule, TransAlta ne serait pas en mesure de mener à bien un projet de CSC car les premières réalisations ne seront pas commercialement viables. C’est pourquoi des partenariats avec d’autres industriels et avec les pouvoirs publics sont indispensables pour progresser. »

TransAlta s’est également associée avec des experts de l’Institut des énergies renouvelables, de l’environnement et de l’économie (ISEEE) de l’Université de Calgary, afin de quantifier les possibilités de stockage du CO2 dans la région de Wabamum, à l’ouest d’Edmonton. Les résultats de ces études, attendus en janvier 2009, permettront de disposer d’une évaluation scientifique de la capacité et de la sécurité des sites de stockage potentiels de cette zone, où sont implantées plusieurs centrales.

A propos de TransAlta

TransAlta est un producteur d’énergie et distributeur en gros d’électricité qui s’attache à créer de la valeur ajoutée à long terme pour ses actionnaires. Nous veillons à limiter strictement les risques en exploitant un portefeuille de centrales particulièrement performantes au Canada, aux États-Unis, au Mexique et en Australie. Notre ambition est de garantir l’efficacité maximale de nos centrales à charbon, à gaz, hydroélectriques et alimentées en combustibles renouvelables, afin d’assurer à nos clients la fiabilité et la maîtrise de leurs coûts énergétiques. Depuis près de 100 ans, nous avons fait preuve de notre capacité à agir de façon responsable et citoyenne, partout où nous sommes implantés

A propos d’Alstom

Alstom est à la pointe du développement des technologies de capture et stockage du CO2. En 2007, conformément à sa stratégie de diversification, Alstom a annoncé la signature de contrats avec AEP, Statoil, Vattenfal et E.ON pour tester ses solutions de capture du CO2 aux États-Unis et en Europe.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz