Carburants routiers : “Stabilité confirmée de la consommation annuelle”

Selon les derniers chiffres du Comité Professionnel du Pétrole, les livraisons de carburants routiers sur le marché français se sont élevées à 4,50 millions de mètres cubes en octobre 2014, en hausse de 0,1 % par rapport à octobre 2013.

Cette évolution résulte de la quasi stabilité des livraisons de supercarburants sans plomb et d’une hausse de 0,1 % des livraisons de gazole. La part du gazole dans la consommation française de carburants routiers a été de 81,8 % en octobre 2014.

Sur les dix premiers mois de l’année 2014, la consommation française de carburants routiers a crû de 0,1 % par rapport aux dix premiers mois de l’année 2013.

En année mobile, entre novembre 2013 et octobre 2014, la consommation française de carburants a atteint 49,91 millions de mètres cubes, stable par rapport à la consommation des douze mois mobiles précédents. Au cours de cette période, la consommation de supercarburants a baissé de 0,7 % tandis que celle du gazole a crû de 0,2 %. La part du gazole dans la consommation de carburants durant ces douze mois a été de 81,3 %.

« Les chiffres de la consommation de carburants routiers en France en octobre 2014 confirment la grande stabilité observée depuis plusieurs mois. La consommation annuelle semble se stabiliser autour de 50 millions de m3 », a indiqué Jean-Louis Schilansky, président de l’UFIP.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Carburants routiers : “Stabilité confirmée de la consommation annuelle”"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Tech
Invité

ce président continue d”essayer de justifier son poste en publiant des communiqués de presse lénifiants . un volume et un pourcentage de changement stop! pas une explication du comment ou du pourquoi ! stop commencez plutît à parler de la MIRAI de Toyota et de la nécessité d’installer un réseau de stations hydrogène pour pouvoir rouler 650 km en faisant son plein en 3 minutes!

Sicetaitsimple
Invité

Moi, ça m’interesse d’avoir cette information factuelle régulièrement. Constater une stabilisation est peut-être le prélude à la constatation d’une baisse, même légère, même très progressive, ce qui serait une bonne nouvelle, même si je ne pense pas que l’hydrogène puisse y contribuer beaucoup à court ou moyen terme ( sauf à constater une augmentation correspondante du gaz!).

wpDiscuz