Centrale électrique qui carbure aux schistes bitumineux

Alstom a annoncé la signature récente avec Narva Elektrijaamad AS, filiale du fournisseur public d’électricité estonien Eesti Energia, d’un contrat de 950 millions d’euros pour la construction à Narva d’une centrale électrique à combustible fossile comprenant deux unités de 300 MW.

Chaque unité sera équipée d’une chaudière à lit fluidisé circulant et alimentée en schistes bitumineux extraits localement. Ce contrat porte sur une première unité de 300 MW pour un montant de 540 millions d’euros et prévoit une option, qui pourra être exercée par le client dans les 18 prochains mois, pour la réalisation d’une seconde unité de 300 MW d’un montant de 410 millions d’euros.

La nouvelle centrale couvrira une grande partie de la consommation électrique du pays et garantira la conformité de l’Estonie avec les exigences de la directive de l’Union européenne relative aux niveaux d’émissions. Le contrat prévoit qu’Alstom se chargera de la conception, la fabrication, la fourniture, l’installation, les tests et la mise en service des unités. Ce projet inclut également la fourniture du système de traitement final du fuel, de la chaudière à lit fluidisé circulant, de la turbine à vapeur, du traitement des fumées, des dispositifs de contrôle-commande ainsi que des systèmes électriques de chaque unité.

Alstom a déjà fourni à Eesti Energia des systèmes avancés de dépoussiérage (précipitateurs électrostatiques) et a procédé à la réhabilitation de trois turbines basse pression sur les centrales électriques de Narva. Alstom installe actuellement de nouveaux systèmes de désulfuration sur quatre centrales de 200 MW de Narva et dispose depuis 2000 d’un contrat de service à long terme avec l’entreprise estonienne.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Centrale électrique qui carbure aux schistes bitumineux"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
michel123
Invité

En brûlant ce bitume ils ont choisi la solution la plus sale et la plus émettrice de co2. S’ils le réinjectaient dans le sous sol ce serait moins grave mais ce n’est sûrement pas le cas . Enfin c’est déjà un peu moins sâle et cela génère moins de gaspillages de le brûler directement que d’en extraire le pétrole aux prix de pertes énormes

Sicetaitsimple
Invité

Je ne veux pas polémiquer sur la “mauvaise nouvelle pour la planête”, il est certain que ça ne parait pas terrible de bruler des schistes bitumineux dans une centrale .. Mais bon, c’est 300MW (peut-être 600) en Estonie, qui doit consommer moins de 10TWh par an et qui a ces schistes sous ses pieds….(cf le débat lignite grec il y a quelques jours). En Chine, 300MW au charbon étaient mis en service en moyenne tous les deux à trois jours il y a encore peu….Ce n’est pas l’Estonie qui va beaucoup modifier les émissions de CO2 mondiales….

wpDiscuz