“Certificats blancs” : 1er bilan positif pour J-L Borloo

Jean-Louis Borloo, ministre d’Etat chargé de l’Ecologie durables dresse un bilan encourageant des certificats d’économies d’énergie, un an après le lancement du dispositif.

Selon le ministère, les « certificats blancs » auraient d’ores et déjà permis d’économiser l’équivalent de la consommation annuelle d’électricité de Paris.

La loi du 13 juillet 2005 fixant les orientations de la politique énergétique a instauré un nouvel outil, fondé sur un mécanisme de marché, pour favoriser les économies d’énergie : les certificats d’économies d’énergie, encore appelés « certificats blancs ». Complémentaires des mesures réglementaires et fiscales existantes, les certificats visent à exploiter les gisements importants, mais diffus d’économies d’énergie, notamment dans le parc de bâtiments résidentiel et tertiaire.

Depuis la mise en place du dispositif en 2006, des certificats ont été délivrés à 37 bénéficiaires, pour un montant global de 5.5 TWh (térawatts-heures) soit 10 % de l’objectif 2006-2009, précise un communiqué.

Les principaux opérateurs des marchés de l’électricité, du gaz, du GPL et de la chaleur ont d’ores et déjà obtenu leurs premiers certificats.

Après une période consacrée à la mise au point des outils méthodologiques et des partenariats entre les fournisseurs d’énergie et les professionnels prestataires des travaux d’économies d’énergie, le dispositif connaît une forte accélération puisque 4.8 TWh d’économies d’énergie ont été certifiés au cours des quatre derniers mois.

En outre, trois entreprises privées et un établissement public ont obtenu des certificats sur une base volontaire.

Les économies d’énergie obtenues correspondent en très grande majorité à l’installation de moyens de chauffage performants ou à des travaux d’amélioration de l’isolation (plus de 90 % au total). Les économies sont principalement réalisées dans le secteur résidentiel (95 %).
 

"Le premier bilan du dispositif est vraiment encourageant, " s’est félicité Jean-Louis Borloo.

"En quelques mois, les certificats d’économie d’énergie ont entraîné des investissements qui vont permettre d’économiser l’équivalent de la consommation annuelle d’électricité de Paris ; ceci confirme que les gisements d’économie d’énergie sont importants, notamment dans les secteurs diffus comme le bâtiment ; avec le Grenelle de l’environnement, nous allons passer à la vitesse supérieure »

Le dispositif des certificats d’économies d’énergie repose sur une obligation de réalisation d’économies d’énergie imposée par les Pouvoirs publics aux vendeurs d’énergie (électricité, gaz, chaleur, froid et fioul domestique). Un objectif de 54 TWh a été retenu pour la période allant du 1er juillet 2006 au 30 juin 2009.

Cet objectif est assorti d’une pénalité financière de 2 c€/kWh pour les vendeurs d’énergie ne remplissant pas leurs obligations dans le délai imparti. Les certificats d’économies d’énergie sont attribués, sous certaines conditions, aux acteurs (entreprises, collectivités publiques, …) réalisant des actions d’économies d’énergie.

Les vendeurs d’énergie peuvent s’acquitter de leurs obligations par la détention de certificats d’un montant équivalent, certificats obtenus à la suite des actions entreprises en propre par les opérateurs ou par l’achat à d’autres acteurs ayant mené des actions.

 
(src : CP – MEDAD)
Partagez l'article

 



         

Articles connexes

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "“Certificats blancs” : 1er bilan positif pour J-L Borloo"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
StephG
Invité

Je suis très étonné que 95% des certificats viennent du secteur résidentiel. EDF avait lancé un jeu concours demandant aux particuliers de leur envoyer des factures ayant permis des économies d’énergies dans le but de gagner de l’argent.Et ceci sans dire qu’il s’agissait des certificats blancs. Tant mieux si les certificats blancs fonctionnent bien, mais j’espère que ce n’est pas dù à cette malveillance (car les travaux auraient été fait même sans le jeu concours, et au final c’est EDF qui capitalise) Steph

Jerome
Invité

Ce principe des certificats blancs implique l’impossibilité de les obtenir si à côté de cela on opère des actions contraires. Par exemple, EDF qui construit des centrales électriques au charbon… Dans ce cas c’est un peu du vol et du blanchiment de “mauvaises” actions, non ?

Julien
Invité

l’écologie c’est bien mais il faut des moyen de production électrique pour passer “les points” des moyens très flexibles qui fonctionnent quand il fait nuit et qu’il n’y a pas de vent … alors si une centrale au charbon pollue moins qu’une au fioul pourquoi pas … de toute façon elle ne trounera pas 8000h/an …

Jean V.
Invité
Malgré le débat sur le réchauffement climatique et le protocole de Kyoto , Deux sociétés ont déposer un dossier en vue d’ouvrir sur les communes de Lucenay les Aix et Cossaye(Nièvre) une mine de charbon + centrale thermique. Projet soutenu par les élus socialistes et communistes locaux en dépit d’un rapport alarmiste réalisé par SOFREMINES en 2003 à la demande du conseil régional mais non publié à ce jour. Dans cette affaire les habitants du site ont été manipulés ! Pour plus d’information consulter le site : exprimez vous sur le blog consacré à ce sujet : Vous pouvez également… Lire plus »
Christophe
Invité
Bonjour, Inventeur bordelais, j’ai déposé deux concepts concernant la mer et l’écologie. 1°/ Un concept de voile libre autoportée publié sur mon site : Ce système est préférable à celui de ” Skysails”, en ce sens qu’en cas de baisse de vent, la voile, autoportée, ne peut tomber à l’eau, car elle est portée par un/des gaz plus légers que l’air, cela évite les pertes de temps inhérentes à la récupération de la voile gorgée d’eau, ou à l’emmêlement de celle-ci dans l’hélice de propulsion. 2°/ Un concept d’hydrolienne de gouvernail visible ici : Qui permet aux voiliers dépourvus de… Lire plus »
wpDiscuz