Enerzine

CG92 : un déploiement de 350 voitures électriques d’ici à 2014

Partagez l'article

Le député et président du Conseil général des Hauts-de-Seine, Patrick Devedjian, a présenté lundi le programme de déploiement des voitures électriques du Conseil général, ainsi que les premières voitures reçues, à l’Hôtel du Département à Nanterre.

Le Conseil général a en effet décidé de déployer une flotte de voitures électriques dans une démarche volontariste d’amélioration du cadre de vie et d’exemplarité de la Collectivité. Ce programme s’inscrit dans le cadre du Plan Climat Territorial, voté en 2006 par l’Assemblée.

Le programme prévoit un déploiement progressif, de 2011 à 2014, d’une flotte de 350 voitures électriques
(véhicules particuliers et véhicules utilitaires légers) en remplacement de voitures thermiques, soit la moitié de l’ensemble de la flotte. Les voitures seront déployées sur une trentaine de sites où travaillent les agents du Conseil général et où vont être posées des prises de recharge. L’objectif de 350 voitures a été fixé en étudiant la composition de la flotte et les usages de chaque métier. Souvent considérée comme le principal facteur limitant, l’autonomie des véhicules électriques de nouvelle génération au Lithium est suffisante pour la grande majorité des usages de la flotte captive du Conseil général dont le kilométrage moyen journalier est de 40 km.

L’impact environnemental devrait être considérable puisque 600 tonnes de CO2 par an seront normalement évités grâce à une recharge essentiellement nocturne en heures creuses, de même que l’absence d’émission de polluants pour un fonctionnement de l’engin parfaitement silencieux. Un système d’évaluation environnementale est mis en place afin de mesurer l’impact réel de ce programme.

Les parkings des sites départementaux seront équipés, au fur et à mesure des besoins, en réseaux et en prises électriques adaptés. Pour garantir une sécurité maximale, des mesures de précaution allant au-delà des obligations réglementaires sont prises : des détecteurs de fluorure d’hydrogène seront installés dans les sous-sols de l’Hôtel du Département dans les deux à trois mois. Enfin, une signalétique renforcée permettant, si nécessaire, au service d’incendie et de secours d’intervenir plus efficacement y est déjà en place.

 CG92 : un déploiement de 350 voitures électrique d'ici à 2014

Au-delà de son impact environnemental, ce programme s’inscrit dans une démarche de rationalisation de la flotte départementale, tout en réduisant ses coûts de fonctionnement.

« Cet engagement éco-responsable place une fois de plus le Département des Hauts-de-Seine du côté de la qualité de vie et du développement durable » a souligné Patrick Devedjian.

Sur la période 2011-2014, le budget d’investissement de l’opération a été estimé en 2010 à 7,9 millions d’euros TTC :

– 6,7 millions d’euros pour l’acquisition des voitures
– 1,2 million d’euros pour l’équipement des parkings en prises de recharge

Les coûts de fonctionnement inhérents à l’entretien des véhicules et des installations ainsi que les consommations de carburant, et la location de tout ou partie du véhicule ont
également été estimés.

Les économies sur les postes d’entretien des voitures et de consommation de carburant seront de l’ordre de 500 000 € par an après déploiement complet de la flotte électrique, par rapport aux véhicules thermiques. L’entretien des voitures électriques serait de 40 % inférieur à l’équivalent thermique compte tenu de l’absence de nombreuses pièces mécaniques (courroies, filtres….). Le coût au kilomètre parcouru en terme de carburant serait huit à dix fois inférieur à celui d’un thermique grâce à un « plein » coûtant environ 1,5 € pour réaliser une moyenne de 120 km.

Au final le surcoût électrique/thermique en termes d’achat et de déploiement de prises est amorti en 7 à 10 ans selon les hypothèses, notamment grâce aux économies
d’entretien et de coût du carburant.

Ces estimations seront mises à jour chaque année en fonction :

► des résultats des marchés subséquents. Trois modèles coexistent : l’achat pur, l’achat du véhicule avec la location de la batterie, et la location longue durée de l’ensemble
du véhicule.

► des coûts réels constatés dépendant de l’évolution des coûts des carburants et des usages


Le programme de déploiement des voitures électriques du Conseil général des Hauts-de-Seine en quelques chiffres

  • 52 voitures en 2011 ; 102 en 2012 ; 102 en 2013 ; 94 en 2014, soit 350 véhicules au total.
  • Une émission de 600 tonnes de CO2 évitée chaque année (dès 2014)
  • Zéro nuisance sonore
  • 500 000 euros d’économie par an sur les postes d’entretien de véhicule et de consommation de carburant
  • Coût d’une recharge : 1,5 € pour réaliser une moyenne de 120 km
  • 30 sites administratifs équipés de plus de 400 prises d’ici à 2014

Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    7 Commentaires sur "CG92 : un déploiement de 350 voitures électriques d’ici à 2014"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    luxeole
    Invité

    Pour accélérer la transition vers l’éco-équipement urbain, SGS LUXEOLE commercialise des pylônes esthétiques et inaudibles, dotés de bornes de rechargement. Ces éco-équipements associent différentes énergies renouvelables (éolienne, solaire photovoltaïque) à des systèmes d’éclairage à haute efficience énergétique (conformes au règlement CE 245/2009, applicable dès 2017 pour l’éclairage public) et permettront de réduire l’impact carbone en ville…

    mepu
    Invité

    Notre Station permet la recharge des véhicules Electriques à partir de l »energies solaire photovoltaïque avec la posibilité de se connecter au reseau, permetant l’utilisation 24h/24. Plus d’information : Mario PEREZ

    Sand
    Invité

    c’est la necessité d’avoir des véhicules d’entreprise, surtout du type VP si l’usage moyen est de moins de 40km/jour…

    Raoul-78
    Invité

    J’ai lu récemment ceci : « Quid des bombes que représentent les batteries lithium ion ? Personne n’en parle mais les cas d’incendies de véhicule au Lithium se multiplient et le black out est total sur le sujet. Pourquoi n’y aurait-il que les jouets de la marque à la pomme qui auraient des soucis Pourquoi les pilotes de ligne américains se battent pour faire interdire ces batteries à bord qui ont déjà causées l’incendie en plein vol d’avion cargo et passagers… » C’est vrai ?

    Sakharov
    Invité

    @Raoul-78 : Je vous invite à comparer ces risques d’incendits avec un réservoir de kérosène/essence/GPL… Intuitivement je dirais le risque sur les batteries Li-ion (si elles sont bien construites, il existe des normes) semble comparativement assez faible.

    ccsiaix
    Invité

    Il est indiqué « que le surcoût électrique/thermique en termes d’achat et de déploiement de prises est amorti en 7 à 10 ans ». Ce qui voudrait dire que ces véhicules auraient un coût marginal extrément faible au bout de cette période. Sauf que. Que deviennent les batteries au bout de 7/10 ans ? Nos batteries de téléphones ou de PC portables ne tiennent pas quelques années, alors, je n’ose imaginer des batteries de voitures. Esty-ce qu’un spécialiste peut nous répondre ? Merci

    Sakharov
    Invité
    La durée de vie (en années) des batteries Li-ion dépend du nombre de cycles charge/décharge. Ce nombre est intrinsèque à la batterie est dépend de sa fabrication. Par ailleurs ce nombre de cycle dépend également fortement de la profondeur de décharge que l’on impose à la batterie, comprendre jusqu’à combien de la charge la décharge-t-on avant de la recharger. Moins on tapera en profondeur dans la batterie plus longue sera sa durée de vie. De part son fonctionnement et contrairement aux idées reçus, il est très très mauvais de décharger entièrement une batterie lithium-ion. Ca flingue à la fois son… Lire plus »
    wpDiscuz