Charbon liquide : Sasol étend ses activités en Chine

Le géant pétrochimique Sasol conduit dans les provinces chinoises de Shaanxi et Ningxai des études de faisabilité pour installer des unités de production de carburant à partir du charbon.

Sasol projette de construire deux unités d’une capacité de 80 000 barils/jour, pour un investissement en capital de 5 à 7 milliards de dollars.

Le renchérissment du prix du pétrole et la recherche de la sécurité en approvisionnement énergétique conduisent de plus en plus de pays riches en gisements de charbon à s’intérresser à la technologie Sasol (Inde, Chine, Etats Unis). En Inde, Sasol a déjà installé une unité de production et conduit une étude de faisabilité pour une unité de 80 000 Barils/jour. Aux USA, l’entreprise vise 5 états riches en charbon mais les couts élevés de main d’oeuvre et de capital limitent les possibilités d’investissement.

La société sud-africaine SASOL a été fondée en 1950 à Sasolburg, à environ 80 km au sud de Johannesburg. Entreprise d’état à ses débuts, cette société a mis en oeuvre la synthèse de Fischer-Tropsch afin de produire en quantités industrielles de l’essence, du gazole et des combustibles liquides synthétiques par gazéification du charbon. Cette technique ancienne était un moyen de pallier le manque de pétrole que subissait l’Afrique du Sud suite aux sanctions internationales contre son régime d’Apartheid.

En rapide croissance -c’est la deuxième entreprise d’Afrique du Sud et la troisième entreprise d’Afrique-, l’entreprise a rapidement diversifié sa production pour l’étendre à d’autres secteurs chimiques et est devenue le principal fournisseur de matières premières pour l’industrie chimique.

BE Afrique du Sud numéro 17 (5/06/2008) – Ambassade de France en Afrique du Sud / ADIT – http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/54875.htm

Partagez l'article

 



            

Articles connexes

Poster un Commentaire

7 Commentaires sur "Charbon liquide : Sasol étend ses activités en Chine"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Guydegif(91)
Invité

Excellente piste pour éviter de brûler le charbon et dégager un max de GES ! ”…synthèse de Fischer-Tropsch afin de produire en quantités industrielles de l’essence, du gazole et des combustibles liquides synthétiques par gazéification du charbon…” si pas déjà fait, faudrait aussi s’inspirer de cette démarche dans les autres pays riches en Charbon, entre autres pour l’UE en Allemagne, Pologne, et…USA, Canada, Australie,…autant de GES non dégagés ailleurs car on se les ramasse aussi chez nous !..sous la houlette et incitation de l’UE, et…de la présidence française de l’UE à venir…. A bons entendeurs…! A+ Salutations Guydegif(91)

Momo
Invité
Attention , l’utilisation de ce procede ne diminue pas la production de CO2 : il ne permet ( en CONSOMMANT de l’energie ) de produire des hydrocarbures liquides , + utiles pour certaines applications , ou + faciles a utiliser que le materiau de depart ! C’EST TOUT ….. et la quantite finale de CO2 produite au point de depart + celle produite par combustion dispersee des hydrocarbures obtenus est egale a celle qu’aurait produit la combustion centralisee du charbon d’origine ! C’etait un process ” de guerre ” , qui n’a JAMAIS pris en compte les GES …. Bon… Lire plus »
Momo
Invité
Attention , l’utilisation de ce procede ne diminue pas la production de CO2 : il ne permet ( en CONSOMMANT de l’energie ) de produire des hydrocarbures liquides , + utiles pour certaines applications , ou + faciles a utiliser que le materiau de depart ! C’EST TOUT ….. et la quantite finale de CO2 produite au point de depart + celle produite par combustion dispersee des hydrocarbures obtenus est egale a celle qu’aurait produit la combustion centralisee du charbon d’origine ! C’etait un process ” de guerre ” , qui n’a JAMAIS pris en compte les GES …. Bon… Lire plus »
jake
Invité

J’aurais tendance à pencher pour l’avis de Momo, ce n’est pas vraiment une bonne nouvelle pour la réduction des GES. Du puits à la roue je crois que ces procédés CTL (Coal To Liquid) sont presque 2 fois plus émetteur de GES que le carburant provenant directement du pétrole. Comme les réserves de charbon sont quand même assez conséquentes… on n’est pas sorti du tunnel.

Momo
Invité
Oh vous savez , cher Monsieur , le calcul de la quantite de CO2 produit par l’utilisation thermique d’une tonne de charbon est tres simple ( l’oxydation de 12 grammes de C donneront tjrs. grosso modo 44 grames de CO2 + ou – qq. polluants supplementaires car RIEN n’est parfait en ce bas Monde ! ), et donc on obtient TJRS. la meme chose au final , quelle que soit la voie choisie , combustion directe ou cheminements divers et varies av. stockage(s)intermediaire(s) de ce C d’origine . Et comme TOUTES les sources d’energie(s)fossiles ( sauf les materiaux radio-actifs qui… Lire plus »
Dan1
Invité

D’accord avec Momo, le procédé Fischer-Tropsch est aussi celui qui a permis au Nazis de maintenir l’effort de guerre malgré la coupure des routes d’approvisionnement en pétrole. Et surtout n’oublions pas la chimie très basique. Plus la molécule est carbonée et complexe,plus la combustion est “sale”. C’est pourquoi, la combustion du gaz naturel est bien plus propre que la combustion du bois !

Symmpa
Invité

A vous Tous, Fischer – Tropsch.   Comme projet de fin parcours, j’ai mener une etude bibliograpique sur le Prcédé Fischer Tropsch, alors je souffre de documentations, et j’en ai vraiment besoin, notamment je voudrais avoir les propriétés de ce gaz des synthèse afin de faire une comparaison avec  du gazole classique en vue de faire un optimisation sur son utilisation dans un moteur Diesel. Mecri d’avance !

wpDiscuz