Climat-énergie : L’UE sur la bonne voie pour atteindre ses objectifs

La Commission européenne, assistée par l’Agence européenne pour l’environnement, a présenté mercredi son rapport annuel sur les progrès accomplis dans le domaine de l’action pour le climat.

Selon les dernières estimations, les émissions de gaz à effet de serre de l’Union européenne ont diminué de 1,8 % en 2013 par rapport à 2012, pour atteindre leur niveau le plus bas depuis 1990.

Avec 14% de la consommation finale d’énergie produite à l’aide de sources renouvelables en 2012, l’UE est également en avance sur la trajectoire prévue pour atteindre les 20% d’énergie renouvelable d’ici 2020. De même, la consommation énergétique des pays membres de l’UE a amorcé une tendance à la baisse – plus rapide que ce qui serait nécessaire pour répondre aux objectifs d’efficacité énergétique à l’horizon 2020.

>>> Accéder aux données et graphiques : ici

Le rapport sur les progrès accomplis fournit également pour la première fois des données sur l’utilisation des recettes fiscales issues de la vente aux enchères de quotas dans le système d’échange de quotas d’émission de l’UE (SEQE-UE). Cette nouvelle source de recettes pour les États membres atteignait 3,6 milliards d’euros en 2013. Sur ce montant, environ 3 milliards d’euros seront utilisés à des fins liées au climat et à l’énergie, ce qui est beaucoup plus que le niveau de 50 % recommandé par la directive SEQE de l’UE.

"Le fait de réaliser les objectifs 2020 de la politique climatique de l’Union européenne montre que l’Europe est prête à intensifier ses efforts. Et, mieux encore, cela montre que l’UE tient ses engagements et obtient des réductions importantes d’émissions. Les politiques menées donnent des résultats. C’est la raison pour laquelle la semaine dernière, les dirigeants de l’UE ont décidé de poursuivre dans cette voie ambitieuse et d’atteindre au moins 40 % d’ici 2030. Cet objectif nécessitera des investissements importants. Mais il est encourageant de constater que les États membres ont décidé d’utiliser la majeure partie de leurs recettes tirées du système d’échange pour investir dans le climat et l’énergie et poursuivre la transition vers une économie à faibles émissions de carbone" a déclaré à ce propos Mme Connie Hedegaard, commissaire européenne chargée de l’action pour le climat.

Ces recettes complètent les fonds provenant du programme NER 300 de l’UE qui consacre 2,1 milliards d’euros au soutien de 39 projets de démonstration à grande échelle des technologies à faible intensité de carbone à travers l’Europe.

Le rapport sur les progrès accomplis dans la réalisation des objectifs assignés au titre du protocole de Kyoto et dans le cadre de la stratégie Europe 2020 est élaboré chaque année par la Commission européenne à l’intention du Parlement européen et du Conseil. Ce rapport s’appuie sur les données transmises par les États membres en application du règlement relatif au mécanisme de contrôle. Il fournit des informations sur les progrès accomplis par l’Union européenne et ses États membres sur la voie de la réalisation de leurs objectifs en matière d’émissions de gaz à effet de serre.

La diminution des émissions de 1,8 % en 2013 par rapport à 2012 implique que les émissions totales dans l’UE sont actuellement inférieures d’environ 19 % au niveau de 1990.

Depuis 2013, la mise aux enchères constitue la méthode par défaut pour l’allocation des quotas dans le cadre du SEQE de l’UE. Les recettes de ces enchères reviennent aux États membres. La directive établissant le SEQE de l’UE précise qu’au moins la moitié des recettes provenant des enchères des quotas doit être utilisée pour lutter contre le changement climatique dans l’UE ou dans d’autres pays.

La plupart des pays ont utilisé ces investissements dans des domaines tels que l’efficacité énergétique, les énergies renouvelables ou le transport durable.

Par exemple, la France, la République tchèque et la Lituanie consacrent la totalité des recettes tirées de la mise aux enchères à des projets visant à améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments.

La Bulgarie, le Portugal et l’Espagne utilisent la majeure partie de leurs recettes pour développer les énergies renouvelables. La Pologne utilise la plupart de ses recettes consacrées au changement climatique en faveur de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables.

En Allemagne, les recettes sont essentiellement affectées à un Fonds spécifique pour le climat et l’énergie qui soutient un large éventail de projets, y compris dans les domaines de la recherche et des transports durables.

Le Royaume-Uni quant à lui concentre en particulier ses efforts sur l’efficacité énergétique, les énergies renouvelables et la recherche ainsi que sur l’assistance financière, ciblée sur les dépenses énergétiques, en faveur des ménages à faibles revenus. Les montants déclarés ne constituent qu’une partie du total des dépenses liées au climat et à l’énergie dans les budgets des États membres.

>>> Accéder au rapport de l’EEA : ici (.pdf)

Partagez l'article

 



         

Articles connexes

Poster un Commentaire

20 Commentaires sur "Climat-énergie : L’UE sur la bonne voie pour atteindre ses objectifs"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Reivilo
Invité

De bons résultats avec une Europe globalement en avance sur ses objectifs. (grâce à la crise ?) Notre bonne vieille France est dans le grupetto des suiveurs, alors que les allemands, danois, espagnols font la course en tête. Vraiment pas juste quand on voit tout le charbon qu’ils brûlent à cause de leurs enr intermittentes ou de leur nucléaire à l’arrêt 😉

sunny
Invité

Cette baisse est essentiellement imputable à la crise économique et à la déindustrialisation en Europe. C’est un peu le résultat de la délocalisation de la production. Dans certains pays, les ENR ont participé mais on fait en sorte de réduire leur progression. Les objectifs ont été calculés pour que ce ne soit pas trop difficile. Ceux de 2030 n’ont absolument rien d’ambitieux.

dgewai
Invité

Un peu audacieux de citer “la course en tête de l’Allemagne”. Je sais la germanolâtrie est à la mode, mais quand même les faits sont là : des émissions de GES qui augmentent et un bilan rédhibitoire, près de 2 fois plus d’émission de GES par tête d’habitant qu’un français moyen.

Reivilo
Invité

Pas d’audace la-dedans, juste les chiffres : Les allemands ont atteint les 2/3 de leur objecfif de réduction alors que nous dépassons tout juste la moitié. (70% pour l’Espagne, 83% pour le Danemark) D’accord avec sunny, pour dire “merci la crise” ? ou “vive la décroissance” ?? Mais si on prend en compte les activités délocalisées et l’évolution du PIB le résultat doit être nettement moins bon …

Dan1
Invité

Je confirme qu’an matière d’émission de CO2, l’Allemagne est bien devant la France… largement devant : Avec la politique actuelle de la France (notamment la fermeture programmée des tranches charbon < à 600 MW), nous n'avons aucune chance de rattraper notre retard !

Temb
Invité

Elles baissent de 4% en 2014 comparé à la même période en 2013… La part du charbon en Allemagne depuis le début de l’année recule de 10%, comparé à la même période en 2013. La tendance de fond est très bonne, même s’ils ne sont pas prêts de renoncer à leur gros lignite bien sale, défendu mordicus par leurs équivalents EDF, les utilities étant partout, dans tous les pays, les freins à la transition écologique. Eux n’ont qu’un mot d’ordre : vive les déchets et la pollution tant que nous faisons du profit!

Dan1
Invité

“même s’ils ne sont pas prêts de renoncer à leur gros lignite bien sale” Et ce milliard de tonnes annuel dont un tiers pour la production d’électricité ne fait réagir personne outre-Rhin ? y-a pas de manifs monstres pour arrêter les chantiers d’extension des mines ou pour faire taire les “BAGGER” en exploitation ? Les Allemands n’ont pas d’écologistes actifs ? Ils sont partis en France ?

Dan1
Invité

Et les imporations de charbon de Colombie des Etats-Unis, de Russie, d’Indonésie? les Grünen ne peuvent pas les arrêter ?

Temb
Invité
Vous devriez plus suivre Geenpeace, ils font action sur action en Allemagne sur le charbon. Comme d’habitude vous êtes d’une incroyable mauvaise foi. Je ne peux pas mettre plus de deux liens mais tapez Greenpeace Coal Germany ou la même chose en Allemand ou en Français et vous aurez beaucoup de choses. Regardez le dernier rapport du RAC aussi. Regardez ceci : Vous pouvez contribuer Dan1 vous qui vous interessez à cette question. Mais entre nous vous vous en fichez éperduement, la seule chose qui vous importe : votre nucléaire. Vous ne bougerez jamais le petit doigt ni ne contribuerez… Lire plus »
Dan1
Invité

Et alors, Greenpeace a obtenu quoi exactement sur le charbon-lignite en Allemagne ? Ils occupent les villages qui vont être rasés ? Il y a des ZAD autour de Cologne ?

De passage
Invité

Y compris et surtout la catastrophe financière, pas au programme mais annoncée depuis longtemps par les gens réalistes. Ne reste à atteindre que les multi-pannes de réseau électrique, disons pour 2016 et au dela.

Temb
Invité

Tiens l’Allemagne va réduire ses capacités de production à partir du charbon de 23% d’ici 2020, soit dans 6ans, pour tenir compte de la montée en puissance des ENR et tenir l’egagement de réduction des émissions de GES. Alors Dan1 on saute de joie? Non vous vous en fichez complètement. Ces méchants allemands ont osé fermer des centrales nucléaires, meur transition marche à fond et ça vous irrite au plus haut point. Nous on arrive même pas à dire quelles centrales nucléaires on va fermer d’ici 2025…

Temb
Invité

10 000 MW de centrales à charbon fermées en Allemagne dans les 6 ans ! Combien de MW Nucléaires fermés dans le même temps en france? 0…

Dan1
Invité
A Temb Tiens les Allemands commence à réfléchir sur la façon de réduire concrètement les émissions de CO2 : Je reprends la première partie de l’article que vous citez : “Electricité : l’Allemagne envisage de sabrer dans ses centrales à charbon Le ministère de l’Energie songe à sortir du marché un quart de ses centrales au charbon. Son but : atteindre ses objectifs de réduction des émission de CO 2. Le gouvernement allemand envisage de fermer de vieilles centrales à charbon pour atteindre ses objectifs d’émission de gaz à effet de serre et réduire les surcapacités de production électrique. «… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

En tous les cas, le débat risque d’être interessant à suivre; Je ne désespère pas de voir la DG Concurrence attaquer le gouvernement allemand pour manipulation de marché!

zoziau
Invité

D’après Dan1 la France sort du charbon, pourtant d’après le RTE on en a brulé 14% de plus en 2013 qu’en 2012 ??? Un bel exemple en effet… (voir page 17)

Sicetaitsimple
Invité

Le chiffre est tellement faible que la moindre particularité d’une année ( hydraulicité, froid,…) fait varier le chiffre de plusieurs % ou dizaines de %. Je vous invite à regarder 2014 par rapport à 2013 sur ce lien (même source) p5. C’est fossile en général, pas uniquement charbon.

Dan1
Invité
A zoziau + 14% en France, c’est à mettre en perspective avec l’Allemagne. Parce que le bon facteur d’appréciation du charbon électrogène (charbon + lignite) entre la France et l’Allemagne, c’est le FACTEUR 15. En 2013, la France a produit 19,8 TWh au charbon contre 17,4 TWh en 2012. On a donc + 2,4 TWh = + 14 % En 2013, l’Allemagne a produit 286 TWh (162 lignite + 124 charbon) contre 277,1 TWh en 2012 (160,7 lignite + 116,4 charbon). On a donc + 8,9 TWh qui font “seulement” + 3,2 % (source AGEB). Il est clair que nous… Lire plus »
climax1891
Invité

On peut aussi utiliser l’isolation, la géothermie, le chauffage solaire et la biomasse pour remplacer ou d’économiser la totalité de l’énergie utilisée pour produire de la chaleur, ceci jusqu’à la fin des temps.

Sicetaitsimple
Invité
Comme l’article est plutôt sur le CO2, on peut penser que votre sortie sur la production charbon 2013 vs 2012 en France visait ce point. Alors oui , c’est plutôt un bel exemple: – une production majoritairement nucléaire modulable complémentée par l’hydraulique au fil de l’eau, complémentée peu à peu par d’autres productions fatales comme l’éolien, le solaire et la biomasse (notamment ordures ménageres), le tout assurant assurant plus de 80% de la production sans un gramme direct de CO2. – un complément hydraulique d’éclusée,de lac et STEP assurant l’essentiel de l’équilibre journalier offre-demande. -et enfin un complément fossile (… Lire plus »
wpDiscuz