Cogénération solaire et thermique au village olympique

La semaine dernière, nous évoquions la volonté des autorités chinoises d’utiliser l’énergie du vent à Pékin, par l’installation de 33 éoliennes dans la Capitale. En matière d’énergie solaire cette fois, c’est au tour du village olympique de se distinguer.

En effet, le village a adopté l’un des premiers systèmes de cogénération qui capte à la fois, la chaleur de l’air et le solaire photovoltaïque dans le but d’optimiser le rendement final et donc le retour sur investissement.

SolarWall est un capteur solaire développé par la société canadienne "Conserval Engineering" (voir notre article écrit à ce sujet), qui transforme le rayonnement infrarouge du soleil en énergie thermique. L’air comme médium ne gèle pas et est très efficace pour le chauffage et la ventilation. Pour faire simple, la chaleur accumulée à l’arrière des modules PV est canalisée et acheminée dans le circuit de chauffage traditionnel.

Cogénération solaire et thermique au village olympique

Monté sur le toit d’un des bâtiments centraux des Jeux Olympiques, – le centre de coordination des athlètes en l’occurence – SolarWall produit à la fois de l’électricité et de l’énergie thermique pour une surface identique, générant au passage 200 à 300 % plus d’énergie qu’un système PV conventionnel.

"Solarwall demeure un bon exemple concret où le rapport coût-efficacité en fait l’une des technologies propres prometteuses", a déclaré Gary Lunn, le ministre des Ressources naturelles du Canada. "Les Jeux Olympiques de Pékin offre une formidable occasion de mettre en évidence cette technologie aux yeux du monde entier".

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz