Comment réduire les rejets de méthane chez les bovins

Une étude menée par l’Université de Guelph (ndlr : au Canada) a permis de déterminer si une alimentation à base de maïs roulé à sec et d’un extrait d’huile de palme, notamment avec de l’acide myristique pouvait réduire les émissions de méthane chez la vache.

Le méthane produit par la vache est une perte de l’énergie qu’elle tire de son alimentation. Celle-ci peut atteindre jusqu’à 12%. Etant donné que le méthane ne contribue pas à la production de lait, il constitue une perte d’énergie alimentaire qui se traduit par une augmentation des coûts d’alimentation et une augmentation des gaz à effet de serre .

Le maïs roulé à sec et l’acide myristique ont été incorporés séparément aux rations mélangées destinées à l’alimentation quotidienne des vaches, et les émissions de méthane ont été mesurées. Des expériences ont permis de comparer le maïs floconné à la vapeur avec le maïs roulé à sec afin de voir lequel des deux produirait le plus de méthane. Le maïs roulé à sec a produit 7% moins de méthane par jour par kilogramme de lait produit que le maïs floconné à la vapeur. Par ailleurs, l’acide myristique a fait encore mieux, réduisant les émissions de méthane de 28% par jour par kilo de lait produit

En augmentant la digestibilité des grains, une des raisons des rejets de méthane, l’industrie laitière pourrait ainsi améliorer ses coûts de production et diminuer les gaz à effet de serre, dont le méthane.

 
Cette information est un extrait du BE Canada numéro 306 du 23/10/2006 rédigé par l’Ambassade de France au Canada. Les Bulletins Electroniques (BE) sont un service ADIT et sont accessibles gratuitement sur www.bulletins-electroniques.com
Partagez l'article

 



      

Articles connexes

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Comment réduire les rejets de méthane chez les bovins"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Guydegif(91)
Invité

…où en est l’Université de Guelph (Canada) sur le sujet de réduction de GES des bovins par rapport à l’article en réf..oct.2006. J’espère qu’ils ne sont pas seuls à se pencher sur la question car des bovins il y en a à peu près partout….Des synergies transcontinentales s’imposent ! L’INRA travaille-t-elle sur ce sujet et si oui qu’ont-ils envisagé comme actions pour réduire les GES de nos bovins nationaux… On s’occupe bien des voitures, autres véhicules et de l’Industrie…. Toutes les pistes néfastes doivent être neutralisées surtout quand non-négligeables… ! Bonne chasse ! A+ Salutations Guydegif(91)

wpDiscuz