Comment réduire son impact environnemental à l’approche de Noël ?

Les fêtes de fin d’année approchent avec au programme : de belles lumières, de bons repas, des réunions entre proches et des moments conviviaux… qui peuvent aussi rimer avec économies d’énergie et une bonne gestion des déchets produits.

À cette occasion, l’ADEME rappelle aux particuliers et aux collectivités les solutions possibles pour profiter des fêtes de fin d’année, tout en maîtrisant son impact environnemental.

Quelques conseils de l’ADEME pour le grand public :

En France, la puissance fournie pour les illuminations de Noël est estimée à 1 300 MW, dont les trois quarts sont liés à la consommation des ménages.

Parce qu’en période de pointe, l’électricité est issue en grande partie d’énergies fossiles, elle est fortement productrice de gaz à effet de serre. À l’achat, mieux vaut veiller à la consommation électrique de la guirlande mais aussi à sa qualité, afin de pouvoir la conserver pendant plusieurs années. Une fois installées, ne pas oublier d’éteindre les illuminations durant la journée et la nuit, une fois la maison endormie.

Le sapin artificiel a le mérite d’être réutilisable plusieurs années. Mais il est changé en moyenne tous les trois ans, ce qui est une courte durée de vie. L’achat d’un sapin en pot peut être une bonne idée pour être ensuite replanté ou destiné à la déchèterie ou encore au compost proposé par certaines collectivités.

Les jouets
sont souvent importés de pays lointains, leur fabrication et leur usageparfois très consommateurs d’énergie. Or cette période de fêtes est propice à de nombreux achats. Là encore, mieux vaut miser sur la qualité que la quantité. Noël peut être aussi l’occasion de faire jouer sa créativité et d’impliquer pourquoi pas les enfants pour créer des cadeaux originaux.

Pour composer son menu de fête tout en réduisant son impact sur l’environnement, il est conseillé de privilégier des produits de saison et si possible labellisés donc plus respectueux de l’environnement et/ou respectant des critères sociaux. Les fêtes de fin d’année offrent l’occasion de sortir une jolie vaisselle, ce qui permet en tout cas d’éviter l’utilisation d’assiettes et gobelets jetables en plastiques et donc tout autant de déchets.

En cette période de fin d’année, le trafic routier peut augmenter de 50 % et les conséquences sont non négligeables pour l’environnement : pollution de l’air, émission de gaz à effet de serre, bruit, coût financier.

En ville, 1/4 des trajets en voiture font moins d’1 km et il ne faut pas beaucoup plus de 1/4 d’heure pour parcourir ce kilomètre à pied ; pour faire ses courses, la marche à pied et le vélo sont donc des options appréciables. Pour rejoindre sa famille ou ses amis tout en limitant les nuisances, on peut opter pour les transports en commun ou encore, le co-voiturage : à ce jour, 80 % des conducteurs roulent seuls dans leur voiture. Si cela n’est pas possible, la pratique de l’éco-conduite reste une manière de limiter ses consommations en énergie.

Pour réaliser un Noël sous le signe de l’écologie, rendez vous à cette adresse Internet.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz