Coût réel de l’électricité : l’audition d’Henri Proglio (I)

La Commission d’enquête sénatoriale sur le coût réel de l’électricite créée sur l’initiative du groupe écologiste a auditionné le 14 mars 2012, Henri Proglio, l’actuel président-directeur général d’Électricité de France.

Tout d’abord, voici les groupes de questions auquelles a été confronté H. proglio.

M. Jean Desessard (rapporteur) : Monsieur Proglio, nous vous avons adressé 6 séries de questions, car nous ne voulions pas vous poser de questions-surprises. Au contraire, nous souhaitions avoir de votre part des réponses argumentées, étayées. Pour commencer, permettez-moi de rappeler ces questions.

Première série de questions
: les différents tarifs régulés de l’électricité reflètent-ils actuellement, selon vous, les coûts réels complets de production, de transport, de distribution et de fourniture ?

Par ailleurs, après la mise en place de la loi portant nouvelle organisation du marché de l’électricité, la loi NOME, et l’obligation d’EDF de céder une partie de son électricité d’origine nucléaire à ses concurrents à un tarif spécifique – l’ARENH, l’accès régulé à l’électricité nucléaire historique -, censé représenter le coût de production de son parc historique, vos concurrents sont-ils en mesure de proposer des offres attractives aux consommateurs ? Comme vous le savez, certains d’entre eux considèrent que le prix actuel – 42 euros le mégawattheure – procure une marge excessive à votre entreprise, notamment au regard du coût du nucléaire que GDF Suez opère en Belgique. Ce tarif est-il pertinent ?

Deuxième série de questions
: quel est le coût actuel de la production d’électricité par les différentes filières ? À cet égard, comment réagissez-vous aux conclusions de la Cour des comptes sur le coût de la filière électronucléaire ? Par ailleurs, quelle est l’évolution prévisible de ces coûts à une échelle de dix ou vingt ans ? Quel sera demain, selon vous, un mix électrique compétitif et comment se traduira-t-il en termes de prix de l’électricité ?

Troisième série de questions : la prolongation de la durée de vie des centrales nucléaires n’est-elle pas un pari compte tenu des investissements qui sont nécessaires et de l’incertitude qui pèse sur la date de leur arrêt ?

Comme le rappelle la Cour des comptes, EDF a évalué le coût des investissements de prolongation de vie des centrales nucléaires à 50 milliards d’euros en valeur 2010 sur les quinze prochaines années, à comparer aux 73 milliards d’euros du coût de la construction du parc. Ce coût est-il raisonnable, alors même que l’on ne dispose pas de vision claire sur la durée de vie des éléments non remplaçables, comme la cuve des réacteurs ?

En tout état de cause, une prolongation de la durée de vie des centrales actuelles dispensera-t-elle EDF d’investir dès à présent dans des infrastructures de remplacement de ces centrales, construites dans un intervalle de temps resserré ?

Quatrième série de questions : pour succéder, à plus ou moins long terme, aux centrales nucléaires de la génération des années soixante-dix à quatre-vingt-dix, vous semble-t-il préférable d’investir dans une nouvelle technologie nucléaire comme l’EPR ou bien dans des technologies renouvelables matures, par exemple l’éolien terrestre ?

Des technologies comme la méthanation peuvent-elles permettre, à un horizon raisonnable, de répondre à la question de l’intermittence de ces moyens de production à des conditions économiques acceptables ?

Cinquième série de questions : que pensez-vous des récentes déclarations de M. Philippe de Ladoucette, président de la Commission de régulation de l’énergie, la CRE, qui considère que les tarifs régulés de l’électricité devraient augmenter d’environ 30 % d’ici à 2016 ? Partagez-vous ce diagnostic et, dans l’affirmative, pourquoi ?

D’une manière générale, la France peut-elle rester durablement compétitive en Europe en matière de prix de l’électricité ?

Enfin, sixième et dernière question : quel jugement portez-vous, filière par filière, sur le mécanisme actuel de soutien – la contribution au service public de l’électricité, la CSPE, et les dispositifs fiscaux – aux différentes énergies renouvelables et à la cogénération ?

 

Lire les réponses d’Henry Proglio ici

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz