Création des premiers azulejos photovoltaïques

Un des partenaires du consortium du projet Solar Tiles, l’équipe du Centre de Recherche en Matériaux de la Faculté de Sciences et Technologie de l’Université Nouvelle de Lisbonne (CENIMAT), dirigée par Rodrigo Martins, a transformé récemment le premier azulejo en mini panneau photovoltaïque.

Les cellules photovoltaïques traditionnelles de première génération, en silicium massif, ont un rendement limité. Elles ne transforment que 15% d’énergie solaire en électricité. Pour répondre aux objectifs du projet Solar Tiles, les chercheurs ont utilisé la nouvelle approche actuelle qui consiste à utiliser un film mince de silicium (environ 10 micromètres) et à le déposer sur un substrat moins cher, des plaquettes de verre ou de céramique. Les chercheurs portugais ont alors testé comme substrat un azulejo classique, matériau céramique utilisé traditionnellement au Portugal pour revêtir les façades des maisons. Leurs premiers résultats sont prometteurs. Ils ont obtenu une performance proche de 70% de celle qu’ils obtiennent avec des substrats en verres.

Ils doivent maintenant résoudre les problèmes liés à la porosité de la céramique. Pour cela, ils essaient d’uniformiser le plus possible la superficie sur laquelle ils déposent la cellule afin d’éviter au maximum la migration des impuretés du substrat vers le film. En parallèle, ils développent également une capsule de protection finale pour rendre le panneau imperméable.

En ce qui concerne la liaison électrique entre les blocs de céramiques, cela sera du ressort du Centre Technologique de Céramique et du Verre de Coimbra, un autre partenaire du consortium. Enfin restera à résoudre le problème de l’esthétique où un compromis devra sans doute être trouvé entre efficience et esthétique… A moins que la recherche ne permette de remplacer le silicium par un semi-conducteur conducteur transparent. Un projet de recherche qui actuellement fermente dans la tête des chercheurs de cette équipe du CENIMAT, dont le laboratoire est dirigé par Elvira Fortunato, la spécialiste en électronique transparente.

En décembre 2010, date de la fin d’exécution prévue du projet, les chercheurs se sont engagés à fournir un prototype ayant une aire de 1m sur 2m certifié au préalable par le Département des Energies Renouvelables de l’Institut National d’Ingénierie, Technologie et d’Innovation. Le projet passera alors en phase d’industrialisation. Les entreprises de revêtements céramiques partenaires du projet prendront la relève pour créer des processus industriels qui permettront de fabriquer en séries les céramiques photovoltaïques.

BE Portugal numéro 40 (19/03/2009) – Ambassade de France au Portugal / ADIT – http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/58252.htm

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz