Crise : Baisse de la consommation d’énergie en février

La consommation d’énergie primaire a connu une baisse importante en février 2009. Une tendance que le ministère de l’Ecologie relie directement aux effets de la crise financière.

Dans sa note mensuelle de conjoncture, le ministère de l’énergie note un lien direct entre la crise économique et la consommation d’énergie au mois de février. La consommation élevée de chauffage liée à un hiver froid masque en partie cette tendance, avec un niveau de consommation légèrement inférieur en février 2009 par rapport à février 2008. 

Mais une fois corrigée du climat, la tendance est nettement à la baisse : -4,9%. Il faut toutefois prendre en compte une journée de différence entre février 2008 et 2009.

Cette baisse s’observe en particulier sur le gaz et le charbon. Elle est moins criante en ce qui concerne le pétrole et l’électricité.

Le charbon "accentue sa tendance baissière entamée en novembre", relève la DGEMP. Une tendance liée à la baisse d’activité des centrales électriques et de la sidérurgie. La baisse de la consommation du gaz concerne à la fois les petits et les gros consommateurs. le ministère souligne les prix élevés des contrats d’importation à long terme, qui incitent à recourir aux stocks.

La forte baisse observée sur les carburants routiers (-3,4% en année mobile), sont expliqués à la fois par la "régression de la circulation des poids lourds", effet de la crise, et par la conséquence des niveaux très élevés des prix à la pompe qui ont modifié le comportement des automobiliste. En revanche, les réapprovisionnements en fioul ont été effectués bien plus tôt cette année, que l’année précédente.

Concernant l’électricité, la consommation est en hausse pour la basse et moyenne tension, mais diminue pour la haute tension. Là encore, la conjoncture est invoquée.

Cette tendance de la consommation entraîne une diminution notable des émissions de CO2 liées à l’énergie : – 1,7% entre février 2008 et 2009. Par rapport à l’année 2000, le niveau est inférieur de 3%.

La facture énergétique se chiffre à 3,3 milliards d »euros, contre 4,1 milliards en décembre. En juillet, elle battait un record avec 5,7 milliards d’euros.

Voir en ligne (PDF)

Partagez l'article

 



Articles connexes

avatar
  Souscrire  
Me notifier des