Cyclocargo, un éco-utilitaire 100% français

Pour répondre aux enjeux en matière de transport écologique de marchandises notamment dans les centres-villes, la société Cyclopolitain étoffe sa gamme de triporteurs à assistance électrique et lance le CycloCargo®.

Implantée dans 10 villes françaises, Cyclopolitain s’est fait connaître dès 2003 en développant le concept de compagnie de cyclotaxis. La société s’attaque maintenant au marché de l’utilitaire, avec un véhicule dont les caractéristiques deviendront peut être une référence sur ce segment de marché.

Sur la base d’un châssis ultra-rigide en aluminium, le CycloCargo® est doté d’équipements cycles de dernière génération et notamment d’une assistance électrique intelligente placée dans le pédalier. Elle évite au chauffeur tout effort et rend le CycloCargo® aussi facile à conduire qu’un simple vélo, même dans des cotes allant jusqu’à 8% de déclivité.

Alimenté par une batterie Ion-Lithium de seulement 3 kg, le CycloCargo® peut atteindre 25km/h et bénéficie d’une autonomie de 50 km (avec la possibilité d’aller jusqu’à 100 km en embarquant une deuxième batterie).

Le CycloCargo se distingue grâce à son coffre d’une capacité importante. Il permet d’embarquer une charge de 180 kg pour un volume d’1,5 m3, ce qui le positionne comme une alternative pertinente à des utilitaires automobiles. Le CycloCargo® se distingue également grâce à son design moderne avec une volonté de créer une rupture avec l’image du triporteur traditionnel.

Ce triporteur s’inspire clairement des codes automobiles, tant sur le design que sur les équipements ou la qualité de fabrication. Le CycloCargo® propose de nombreux espaces annexes directement intégrés à sa coque, comme une boîte à gant, des vides poches et même deux portes bouteilles ! « Nous avons voulu créer la référence du triporteur utilitaire, en gardant l’essence d’un utilitaire automobile, l’essence en moins » souligne en plaisantant Gérald Lévy, co-fondateur de Cyclopolitain.

Cyclocargo, un éco-utilitaire 100% français

Dans une démarche d’entreprise citoyenne et responsable, Cyclopolitain a fait le choix de concevoir, produire et assembler le Cyclocargo® intégralement en France. Entièrement « éco-conçu », avec un châssis en aluminium fabriqué dans le Rhône et une coque polyéthylène, produite dans le Doubs, le Cyclocargo® est assemblé en Alsace par Automobiles Dangel.

Sur le plan industriel, Cyclopolitain a fait le choix de s’associer à cette entreprise spécialisée dans la transformation de véhicules utilitaires en 4 roues motrices qui a entamé une démarche de diversification sur les fonctions de mobilité depuis 2008.

A la différence du marché du cyclotaxi où Cyclopolitain est à la fois fabricant et opérateur, c’est donc en tant que concepteur et distributeur, que la société intervient sur le marché des véhicules utilitaires nouvelle génération. Le CycloCargo® est considéré par la réglementation française comme un vélo. De ce fait, il a accès à l’ensemble des rues mais également toutes les zones réservées aux vélos (pistes cyclables, voies de bus élargies, etc.). Il n’a pas besoin de se faire immatriculer, une simple assurance R.C suffit et il ne demande que très peu d’entretien.

Son prix de vente hors taxe est de 6 900 euros.

Dans un premier temps, l’entreprise Cyclopolitain prévoit de livrer une dizaine de CycloCargos® par mois. « Mais cela ne signifie pas que nos capacités se limitent là. En fait, nous adapterons notre rythme de production à la demande. Nous nous appuyons pour cela sur la structure d’Automobiles Dangel », indique Gérald Lévy, qui table sur une centaine de ventes en 2010 et environ 5 fois plus en 2011. L’entreprise s’attaque au marché hexagonal en priorité, mais compte également être présente à l’étranger dès cette année.

Le lancement et la rapide montée en puissance de CycloCargo® ont amené Sarah Dufour et Gérald Lévy, les deux créateurs de Cyclopolitain à se pencher sur leur modèle de financement.

« La conception, la fabrication et la distribution de ce nouveau produit engendrent des coûts et des investissements importants, de l’ordre de 300 000 euros », expliquent-ils. L’entreprise prépare ainsi un deuxième tour de table avec le Groupe Siparex (entré au capital en 2007) associé à un autre fond d’investissement.

« Avec CycloCargo® et nos nouveaux partenaires financiers, nous souhaitons franchir un nouveau palier », affirme Gérald Lévy. Ainsi, l’entreprise, qui emploie actuellement une dizaine de personnes et qui a réalisé 750 000 euros de chiffre d’affaires en 2009, vise 1,3 Millions d’euros dès cette année et table sur 3 Millions d’euros en 2011.

Cyclocargo, un éco-utilitaire 100% français

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "Cyclocargo, un éco-utilitaire 100% français"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Erebio
Invité

superbe initiative un bémol toutefois son prix de vente élevé

Guydegif(91)
Invité

Je rejoins le commentaire de Erebio. Prix pour la série est à revoir à la baisse car prohibitif qd on lit la fiche technique et certaines solutions somme toute assez ”light”!(frein AV) Globalement un très bon compromis de fonctionalités bienvenues et bien vues ! Devrait avoir de belles perspectives sur le marché visé de la livraison / coursier en agglomérations. Bravo aux concepteurs ! NB.: S.Dufour et G.Levy avez-vous pensé à exposer à Ever-Monaco du 25 au 28/03/10? Contexte promotionnel ad hoc ! A+ Salutations Guydegif(91)

michel123
Invité

je pourrais l’acheter s’il ne valait pas le prix d’une petite voiture

Guydegif(91)
Invité

Au vu de la photo associée à l’article, jaune avec 1 enveloppe, ce véhicule pourrait équiper un max de nos facteurs / trices…en // avec les choix quad et en plus light suffisant pour un max de cas…Qu’en est-il? Avec peut-pêtre un budget PV à revoir à la baisse ! A+ Salutations Guydegif(91)

Cramelas
Invité

Je souhaite que ce genre de véhicules puisse être mis prochainement en location à Paris, ce serait beaucoup plus utile que les vélibs et permettrait à beaucoup de gens de se passer de voiture. Dommage qu’apparemment le toit ne puisse pas être ouvert (pour transporter des objets hauts, qu’il n’y ait pas de clignotants, pas de marche arrière, et que le prix soit si élevé. J’espère que CycloCargo trouvera des investisseurs avant que les Chinois ne raflent le marché.

wpDiscuz