Danemark / Norvège: une 4ème interconnexion électrique

Nexans a annoncé vendredi avoir remporté auprès d’Energinet et de Statnett, respectivement opérateurs publics des réseaux de transport d’électricité (RTE) danois et norvégien, un contrat de 87 millions d’euros portant sur la fourniture du câble d’énergie sous-marin destiné à Skagerrak 4 (SK 4), la quatrième interconnexion CCHT (courant continu haute tension) entre les deux pays.

L’achèvement de SK 4 est prévu pour la fin de 2014.

Le nouveau câble SK 4 de 700 MW a été planifié afin de renforcer la sûreté de l’approvisionnement électrique au Danemark et en Norvège tout en contribuant à intensifier les échanges d’énergie avec les autres pays de la région via le marché commun nordique de l’électricité. En combinaison avec ses prédécesseurs SK 1-3, le nouveau câble portera la capacité totale de l’interconnexion Skagerrak à 1.700 MW, ce qui facilitera l’exportation d’énergie renouvelable (en particulier d’origine hydroélectrique) produite en Norvège et encouragera l’augmentation de la production d’énergie éolienne au Danemark.

Câbles sous-marins d’énergie et à fibre optique :
Dans le cadre du projet SK 4, Nexans assurera la conception, la fabrication et la pose du nouveau câble sous-marin de 140 km à travers le détroit de Skagerrak entre la péninsule danoise du Jutland et la Norvège. Le câble CCHT de 500 kV, de type MIND (Mass-Impregnated Non-Draining, isolation à matière stabilisée), sera fabriqué par l’usine norvégienne de Nexans basée à Halden et posé sur le fond marin à une profondeur pouvant atteindre 530 mètres par le propre navire câblier du Groupe, le C/S Nexans Skagerrak. Simultanément, Nexans posera également un câble sous-marin distinct, câble à fibre optique réalisé par un autre site norvégien du Groupe, celui de Rognan.

Protection des câbles : Le projet SK 4 prévoit en outre la protection par Nexans des câbles d’énergie et à fibre optique. Ils seront enfouis d’environ un mètre dans le fond marin au moyen du Capjet, puissant robot excavateur à jets d’eau.

Câbles souterrains : Conjointement avec les câbles SK 1-3 existants, SK 4 sera raccordé aux réseaux de transport à terre aux postes convertisseurs CCHT de Tjele au Danemark et Kristiansand en Norvège. Du côté norvégien, Nexans fournit également le câble d’énergie souterrain, d’une longueur de 12 km, qui reliera le câble sous-marin au poste de Kristiansand.

Danemark / Norvège: une 4ème interconnexion électriqueDes interconnexions CCHT Skagerrak en service depuis plus de 30 ans : Nexans a déployé les deux premiers câbles sous-marins CCHT Skagerrak (SK 1-2) entre 1976 et 1977 dans le cadre d’un projet révolutionnaire qui, à l’époque, en faisait les plus longs câbles à courant continu jamais posés. Fonctionnant sous 250 kV, ils assurent une interconnexion efficace et fiable de 500 MW entre le Danemark et la Norvège depuis une bonne trentaine d’années. En 1993, l’interconnexion a été renforcée avec l’ajout par Nexans d’un troisième câble (SK 3) de 350 kV, procurant une capacité supplémentaire de 500 MW.

« Ce contrat majeur portant sur le câble Skagerrak 4 permet à Nexans de bien commencer 2011. Nous sommes très heureux de collaborer avec Energinet et Statnett au renforcement de cette interconnexion stratégique », commente Yvon Raak, Directeur Général Adjoint de Nexans. « Parmi les éléments décisifs qui ont joué en notre faveur figure le fait que les trois câbles existants ont prouvé la qualité et la fiabilité à long terme de notre technologie de câble dans cette application très exigeante. »

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

4 Commentaires sur "Danemark / Norvège: une 4ème interconnexion électrique"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Aliane
Invité

j ai lu votre article vraiment ça m interesse comme je suis un energiticien mais la chose que je veux savoir est les aucasion des boulots qui sont disponibles dans ces projets pour les energiticiens mercie pour vos inf.

Pastilleverte
Invité

d’interconnections, on comprend que le DK puisse développer son énergie éolienne. La Norvège produisant essentiellement de l’hydraulique, là ça commence à faire de l’électricité vraiment “propre”. Noter la présence française prépondérante dans cette affaire : Nexans. comme quoi, ce n’est pas parce que nous n’avons pas (ou peu, je n’oublie par Vergnet) de fabricants d’aérogénérateurs qu’il faut clamer l’absence de la France dans les ENR. Les cables “petites choses”, certes mais ans lesquels rien ne pourrait se faire !

Sicetaitsimple
Invité

effectivement. Pas seulement pour le Danemark et la Norvège d’ailleurs, Suède et Allemagne devraient également y trouver leur compte. Norvège-UK, c’est pour quand? Là,il y a de sacrés enjeux, à mon avis.

Sicetaitsimple
Invité
Disparate est le mot! D’un coté, un hydraulique qui assure 100% des besoins “centraliés”(ou presque, je pense qu’il y a un CCG en Norvège) et dont la valeur augmente avec le volume des échanges, de l’autre un système certes encore surcapacitaire, mais quasiment obsolète, avec des moyens de production dont la moyenne d’age est largement supérieure à tout ce qu’on trouve en Europe “historique”(des 15). Et une politique encore malgré tout teintée de l’ère Thatcher, qui fait que l’ensemble des livres blancs publiés et non respectés pourraient à minima alimenter une centrale thermique… Exporter de l’electricité en UK, à mon… Lire plus »
wpDiscuz