Enerzine

De la butadiène à partir de ressources renouvelables

Partagez l'article

Synthos, un spécialiste européen dans la production de caoutchouc synthétique, et Global Bioenergies, une entreprise de biologie industrielle développant des procédés de bioproduction d’oléfines légères, ont annoncé hier la signature d’un partenariat portant sur le développement d’un procédé innovant de conversion de ressources renouvelables en butadiène.

Cette collaboration comprend un financement de recherche, des paiements à hauteur de plusieurs millions d’euros pour financer le développement, des redevances, une répartition des droits d’exploitation et une prise de participation de Synthos dans le capital Global Bioenergies à hauteur de 1,4 millions d’euros.

Le butadiène, une des molécules centrales de la pétrochimie, est actuellement produite exclusivement à partir de pétrole. Environ 10 MT sont produites chaque année, dont deux tiers sont destinés à la fabrication du caoutchouc synthétique. Le dernier tiers est utilisé pour produire du nylon, du latex, les plastiques ABS et certains autres polymères.

Le prix spot du butadiène s’est récemment envolé à plus de $3/kg pour un marché mondial qui représente environ 30 milliards de dollars.

Dans ce contexte, Synthos et Global Bioenergies ont décidé d’unir leurs forces pour développer un bioprocédé permettant la conversion de ressources renouvelables en butadiène.
Les 2 groupes se sont réparti les différentes responsabilités : Global Bioenergies sera chargé de la recherche et du développement à l’échelle du laboratoire, et Synthos de l’industrialisation du procédé.

Selon les termes de cet accord, Global Bioenergies recevra des fonds pour mener à bien les travaux de recherche, puis plusieurs millions d’euros pour le développement du procédé, et enfin des redevances de la part de Synthos sur l’utilisation de butadiène biologique pour la fabrication de caoutchouc synthétique. Global Bioenergies conservera les droits exclusifs sur les autres applications.

"Nous nous réjouissons de démarrer ce projet avec Global Bioenergies, une entreprise développant une approche unique de biologie synthétique. Le développement d’un procédé de fabrication de butadiène biologique, économique et respectueux de l’environnement, prépare Synthos pour la prochaine génération de caoutchoucs, et contribuera à donner à Synthos un avantage compétitif à moyen et long terme" a indiqué Tomasz Kalwat, Président de Synthos.

"Ce programme butadiène est très similaire à celui que nous avons mené sur l’isobutène, et nous espérons qu’il conduira au même succès. Les engagements de Synthos sur le long-terme et le fait que nous conservions les droits d’exploitation sur un marché de 10Md$ permettra une importante génération de valeur pour nos actionnaires" a ajouté pour sa part Marc Delcourt, P-DG de Global Bioenergies.

* Synthos entre dans le capital de Global Bioenergies à hauteur de 1,4 millions d’euros, ce qui représente 3,6% du capital.


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    2 Commentaires sur "De la butadiène à partir de ressources renouvelables"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    Pastilleverte
    Invité

    OK, OK, mais si c’est pour concurrencer l’alimentaire, aucun interêt dans un monde encore en croissance démographique. A force de partir de plantes (si c’est le cas) « non concurrentes » de l’alimentaire, on va, de fait, réduire les surfaces consacrées à l’alimentaire pour augmenter celles consacrées aux « matières premières renouvelables ». Marché de dupes ! Si au moins le « renouvelable » était issu de bactéries, déchéts, champignonds, algues ET cultivé hors sol dans des réacteurs, pourquoi pas ?, mais est-ce bien le cas ?

    Minitax
    Invité

    une des molécules centrales de la pétrochimie, est actuellement produite exclusivement à partir de pétrole. » —————– Archi FAUX ! Le butadiène n’est pas une molécule « centrale » et il est fabriqué ultra majoritairement à partir du gaz naturel et non du pétrole. Vu l’abondance du gaz naturel, les arguments pour justifier les machins renouvelables, c’est une fois de plus du vent.

    wpDiscuz