De la “Fumée blanche” s’élève au dessus de Fukushima

Ce matin, de la fumée blanche s’échappait d’un réacteur, laissant craindre une reprise de l’incendie, alors que les 50 techniciens travaillant dans la centrale ont dû interrompre leurs opérations pour quelques heures.

Il pourrait s’agir d’un nuage de vapeur en provenance du bassin du réacteur n°3, a indiqué l’opérateur de la centrale, Tokyo Electric Power (Tepco).

Les autorités japonaises ont informé l’AIEA (l’Agence internationale de l’énergie atomique) qu’un incendie avait été observé mardi soir (20h45 UTC) dans le réacteur n°4 de la centrale de Fukushima Daiichi, avant de s’éteindre 30 minutes plus tard.

Par ailleurs, l’armée nippone se prépare a déverser de l’acide borique au-dessus du réacteur n°3 de la centrale nucléaire de Fukushima au moyen d’hélicoptères, a annoncé la chaine de télévision publique NHK.

Les autorités japonaises ont également informé l’AIEA hier (12h00 UTC), que le niveau d’eau dans le réacteur n° 5 était de 2,01 m au-dessus du combustible. Le bassin a ainsi perdu 40 cm d’eau, en 5 heures. Les responsables de la centrale (TEPCO) ont annoncé avoir l’intention d’utiliser le générateur diesel opérationnel situé dans le réacteur 6 pour permettre le refroidissement en eau du réacteur numéro 5.

MAJ

 

07h05 : La compagnie d’électricité japonaise Tokyo Electric Power (TEPCO), subit un autre revers, financier cette fois. Son action a perdu mercredi 24,57 % à la Bourse de Tokyo, après avoir plongé de 42,4 % lors des 2 séances précédentes.

09h50 : L’autorité de Sûreté Nucléaire française (ASN) vient de publier un communiqué qui fait le point sur la situation de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi. L’ASN indique "une évolution préoccupante de l’évolution de la piscine de stockage du combustible usé du réacteur no4 et de la sûreté du réacteur no 3."

Réacteur n°4

Un incendie s’est déclaré au niveau de la piscine d’entreposage du combustible usé du réacteur n°4 le mardi 15 mars 2011 aux alentours de 09h30 (heure locale); l’état du combustible stocké dans cette piscine, potentiellement affecté par l’incendie, n’est pas déterminé. Le feu a été éteint vers 12h00 (heure locale). Un deuxième incendie s’est déclaré le 16 mars 2011 à 5h45 (heure locale). Cet incendie est éteint. L’ossature du bâtiment est fortement endommagée.

La vaporisation de l’eau de la piscine se poursuit. Une partie des assemblages de combustible stockés serait désormais découverte. Le dénoyage du combustible peut conduire à un éclatement des gaines du combustible. Les autorités japonaises ont par conséquent indiqué que des rejets radioactifs sont susceptibles d’être émis directement dans l’atmosphère.

L’exploitant Tepco et les autorités japonaises recherchent des moyens d’appoint pour reconstituer le remplissage de la piscine.

Réacteur n°2

La fusion partielle du cœur est confirmée à hauteur de 33% environ, l’exploitant poursuit l’opération de refroidissement du cœur par injection d’eau de mer autant que possible.

Deux explosions successives, à 06h10 et 10h (heure locale) le 15 mars, ont probablement entraîné une dégradation de l’enceinte de confinement en sa partie inférieure. Cette perte de l’intégrité de l’enceinte serait à l’origine de l’augmentation significative des rejets radioactifs détectés de manière ponctuelle en limite du site.
Réacteurs n°1 et 3

La fusion partielle du cœur du réacteur n°1 est confirmée à hauteur de 70 % environ.

La fusion partielle du cœur du réacteur n°3 est également confirmée. Le refroidissement de chacun des réacteurs par injection d’eau de mer se poursuit autant que possible. Chaque enceinte de confinement est restée intègre après les explosions survenues sur ces réacteurs.

Les efforts de l’exploitant pour alimenter le réacteur n°3 en eau ne suffirait plus à maintenir le niveau d’eau en son sein. L’enceinte de confinement pourrait avoir été endommagée, selon le gouvernement.
Réacteurs n°5 et 6
– élévation de la température des piscines

Les réacteurs n°5 et 6 étaient à l’arrêt pour maintenance lors du séisme. Le refroidissement des réacteurs était assuré par la circulation d’eau. Un générateur électrique du réacteur n°6 a pu être préservé à la suite du tsunami.

Celui-ci permet une certaine alimentation en eau des deux réacteurs en vue du maintient de leur refroidissement.

Une augmentation de la température de l’eau des piscines stockant le combustible est observée.

 

10h30 : L’hélicoptère de l’armée de l’air renonce à arroser le réacteur numéro 3, a indiqué le ministère de la Défense. La cause : trop de radioactivité dans le secteur, d’après l’agence Kyodo. L’opération qui avait pour but de refroidir le réacteur est reportée.

11h00 : La piscine du réacteur N°4 est en ébullition, selon l’ASN. A défaut d’appoint d’eau, "un début de dénoyage des assemblages combustibles interviendra sous quelques jours." Ensuite, toujours selon l’autorité de sûreté, "l’assèchement de la piscine conduirait à terme à la fusion du combustible présent. Dans un tel cas, les rejets radioactifs correspondants seraient bien supérieurs aux rejets survenus jusqu’à présent. Vers 6h00 (heure locale) le 16 mars 2011 (22h00 heure de Paris le 15 mars 2011), les intervenants n’ont pas pu s’approcher de la piscine compte tenu d’un débit de dose ambiant trop important (de l’ordre 400 mSv/h)."

12h15 : Il y a 2 ans, le Japon a été averti par l’AIEA que ses centrales nucléaires ne seraient pas en mesure de résister à des séismes d’un niveau d’intensité > à 7.0 sur l’échelle de Richter, à cause notamment de règles de sécurité, devenues obsolètes. Cette information émane du Telegraph, qui cite WikiLeaks.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

28 Commentaires sur "De la “Fumée blanche” s’élève au dessus de Fukushima"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
ccsiaix
Invité

pour les cinquantes techniciens et l’équipage de l’hélicoptére qui auront ,au minimum, des problèmes de santé suite à ces interventions.

suntep
Invité

et Mr Bernard Bigot (admin général du CEA) qui minimise la situation ce matin sur france inter..      je sais bien qu’il faut éviter les mouvements de panique, mais est-ce qu’on est pas à la limite de la désinformation là ??

renewable
Invité

Mais qu’il y aiile! La france industrielle va mourir de gens comme lui! Qu’ils dégagent lui et notre gouvernement nucléaire! Areva n’a jamais eu autant de pub gratuite partout et sans contradicteurs!

epob
Invité

Vous êtes remontés et bien agissez : ENERCOOP

yp
Invité
franchement vous manquez pas de culot. Alors qu’il y a quelques jours ici-même vous faisiez l’apologie du nucléaire, et aujourd’hui vous venez  verser une larme sur le sort des gens qui doivent sacrifier leur santé et surement leur vie pour protéger d’autres gens de cette technologie démente qui nous menace tous. Et pourquoi vous faites nous courir de tels risques déja? Ah oui pour les bénéfices d’areva et de quelques élites grassement pot-de-vinés. Le plus marrant c’est qu’ils trouvent des gens pour défendre leur idéologie-campagne de pub, j’espère au moins que vous en croquez, et que vos subsides vous permettent… Lire plus »
michel123
Invité

Insulter les gens par des insiniuations déplacées n’a jamais été utile au débat. Ce genre de comportement stérilise les échanges.

ccsiaix
Invité

Je viens de poser cette question à un spécialiste. La réponse a été : la radiation détruit rapidement l’électronique des robots.

renewable
Invité

Lors de l’accident de tchernobyl les robots n’ont pas pu fonctionner non plus, il a fallu envoyer de la chair à radiation. Au Japon ils ont l’air de trouver des “héros” pour y aller, mais qu’en serait-il en France? Besson, NKM, Fillon, Allègre et vous-même iriez-vous sur site??

ccsiaix
Invité

Que je sache, vous avez consommé autant que moi cet électricité d’origine nucléaire, non ?

renewable
Invité

eh non justement! Non seulement je consomme très peu (10/20€ par mois) mais en plus je paye mon électricité 30% plus cher que vous (et bien davantage si vous êtes d’EDF) Enercoop vous connaissez? Même si un électron n’as pas de couleur, chaque kwh que j’ai consommé était produit/compensé quelque part par une source renouvelable. Enfin là n’est pas la question, la situation actuelle je ne l’ai pas voulue, on ne m’a pas demandé mon avis et vous l’avez voulue et soutenue.

ccsiaix
Invité

Monsieur, vous utilisez apparement beaucoup internet qui consomme des kilowatts nucléaires et je suppose que vous fréquentez des magasins, des cinémas, des bus, des trains qui eux aussi consomme des kilowatts nucléaires. J’aimerais aussi examiner le bilan de vos achats. Pas de bol, je viens de vous inscrire sur la liste des volontaires. (et j’inscris le premier qui tente de défendre notre ami)

Coupe-court
Invité
Monsieur Ccsiaix, et à tous : Pouvez vous dire le contraire de cette assertion : En cas de pépin, la technologie nucléaire est la plus notoirement dangereuse pour la Planète et pour l’Homme. Nous en avons la preuve par l’exemple aujourd’hui. Aucune autre activité industrielle ou énergétique au MONDE est autant risqué que le nucléaire. En effet, le côté incontrolable et invisible de la chose rend un accident comme nous le connaissons aujourd’hui incomparable à tout autre accident industriel. Encore une fois, pouvez vous affirmer le contraire ? Si vous répondez par la négative, vous reconnaissez donc que vous avez… Lire plus »
Kat182
Invité

Ne devrait-on pas  fermer au minimum les centrales qui sont proches des frontières de nos voisins europpéens désireux d’arréter le nucléaire? Car si un déastre survient en Alsace, pourquoi un pays souhaitant sortir du nucléaire devrait subir les choix français? Ceci n’est qu’hypothétique bien évidemment, mais je me pose la question du droit européen en la matière. Si quelqu’un dispose de certains éléments sur le sujet?

ccsiaix
Invité

La catastrophe de Tchernobyl nous a apporté la preuve que les conséquences ont été limités dans le temps et dans l’espace. L’utilisation des fossiles à effet de serre provoque des effets désastreux 1) sur  l’ensemble de la planéte 2) à plus ou moins court terme

Coupe-court
Invité

Votre réponse est édifiante. Ayez l’honnêteté de dire que vous n’êtes absolument pas capable de fournir un bilan fiable de l’accident de Tchernobyl. Le bilan humain, pour ne parler que de celui là, se chiffre en dizaine ou en centaine de milliers de morts + des cancers par centaines de milliers non mortels. Effectivement, c’est “limité” (aargl) comme vous dites.

Coupe-court
Invité
Enfin, comme l’explique le Dr. Okeanov, les rayonnements créent une instabilité génétique qui pourrait continuer à s’exprimer dans les générations à venir. En effet, des études* portant sur les enfants nés après l’accident de Tchernobyl de parents contaminés ont montré un taux de mutations de leur ADN deux fois plus élevé que la moyenne. Par ailleurs, d’autres études sur des rongeurs ont également révélé que ces mutations se compliquaient et s’aggravaient au fil des générations. Le bilan de Tchernobyl est donc loin d’être clos… * voir notamment les travaux de Yuri Dubrova (Dubrova et al. (1996). Human minisatellite mutation rate… Lire plus »
ccsiaix
Invité

vous et moi n’avons plus le choix. Nous allons subir les conséquences de Tchernobyl, de Fukushima et du réchauffement climatique. Alors autant s’amuser plutot que de se plaindre …..

renewable
Invité

aïe! piégé par le train que je prend beaucoup 🙂 ….. mais une fois encore je n’ai pas choisi ce modèle il m’a été imposé par votre génération….ainsi que les déchets et les risques qui vont avec l’ensemble….

ccsiaix
Invité

Il n’existe pas de régles dans ce sens. Par contre Euratom et l’AIEA, imposent des normes de sureté communes pour les installations nucléires.

Eol'centre
Invité
Après moi le déluge!!!! Je pense que l’a fin de votre précédent poste se passe de commentaire. On nous dit que notre courant coute 40% moins chère que nos voisins,s’est en réalité une vaste escroquerie car dans la réalité le prix du tarif réglementé du KWH et totalement déconnecté de la réalité du prix du marché, de plus  la loi NOME va changer la donne, s’est d’ailleurs la guerre avec EDF qui demande un prix moyen de 45 euros le MW nucléaire et les concurrents 35 euros! Et oui rente nucléaire mon c….EDF a besoin de 800 millions d’euros pour… Lire plus »
yp
Invité

Moi ce que je trouve insultant et déplacé, c’est que quelques personnes au nom d’un aveuglement idéologique fassent courir un risque pour leur santé et leur vie à tout les peuples de la planète contre leur volonté. Ca je trouve ça profondément insultant et déplacé. j’exige un REFERENDUM pour la sortie du nucléaire, on est en démocratie, personne n’a le droit de me mettre en danger contre ma volonté, et certainement pas l’état qui doit justement veiller à protéger ses citoyens.

ccsiaix
Invité

Je n’ai pas cette priorité ainsi que tous les présidents et la quasi-totalité des élus depuis cinquante ans. Avant Fukushima, même Yves Cochet n’avait pas ces priorités…… Pour info: j’ai entendu un spécialiste sur France_Inter que les japonais continuraient le nucléaire aprés les 4 accidents majeurs.

falmer
Invité

Pourriez-vous nous fournir les sources de ce document?  Je cherche notamment la source de vos chiffres sur la fusion partielle des reacteurs 1, 2, et 3. Merci!

ccsiaix
Invité

des points réguliers et détailés sont disponible sur le site de l’IRSN

Buel
Invité

Il me semble qu’à l’heure actuelle, le plus grand danger radioactif dans les zones dévastées n’est pas la centrale de Fukushima mais les sources à usage médical (hopitaux) et industriels (radiographies) qui ont été dispersées par le Tsunami. Plus grave que le danger radioactif est celui de tous les produits chimiques (dont hydrocarbures) qui ont brûlé et se sont répandus, et encore plus grave, ce sont les conditions atmosphériques auxquelles sont soumises les populations sans abris, ni eau, ni nourriture.

Claude b.
Invité

De la “Fumée blanche” s’élève au dessus de Fukushima Avec un titre pareil, j’aimerais mieux que ce soit l’élection d’un pape!

suntep
Invité
là on parle d’accident en cours d’opération, pour ma part je m’inquiète aussi pour les centres de stockage.. je crois que la solution la plus pérenne trouvée par les gestionnaires du nucléaire serait de stocker les déchets dans une couche géologique “stable” à je ne sais plus combien de km de profondeur.. sachant que ces déchets ont une durée de vie de 40 à 50000ans (à valider par nos experts enerziens) comment s’assurer que ce poison est à l’abri de toute exposition catastrophique pour la vie à la surface ?? quelles sont les autres pistes de retraitement ? comment gérer… Lire plus »
suntep
Invité
là on parle d’accident en cours d’opération, pour ma part je m’inquiète aussi pour les centres de stockage.. je crois que la solution la plus pérenne trouvée par les gestionnaires du nucléaire serait de stocker les déchets dans une couche géologique “stable” à je ne sais plus combien de km de profondeur.. sachant que ces déchets ont une durée de vie de 40 à 50000ans (à valider par nos experts enerziens) comment s’assurer que ce poison est à l’abri de toute exposition catastrophique pour la vie à la surface ?? quelles sont les autres pistes de retraitement ? comment gérer… Lire plus »
wpDiscuz